Le localisme c'est le crétinisme appliqué à la géographie et ses territoires!

Désenclaver la Normandie est une urgence d'intérêt national!

Faut-il donc relancer la guerre du Vexin ? Entre le Vexin normand et le Vexin français pour réussir à faire "sauter le bouchon du Mantois" tant au niveau ferroviaire que routier?

Pendant près de 50 années, il ne s'est rien passé en aval de Mantes-la-Jolie ou des Yvelines: les léopards normands séparés l'un de l'autre s'étaient profondément endormis et il est vrai que les félins peuvent dormir beaucoup...

Mais depuis peu, ils se sont réveillés et la tâche est devenue immense tant on a pris, du côté normand, du retard sur l'aménagement du territoire en matière d'infrastructures de transport pour relier la Normandie à la capitale ou pour relier la Normandie au reste du pays par le Sud-Ouest ou par le Nord-Est sans avoir à traverser la région capitale. Les aménagements routiers et ferroviaires actuels datent encore du début des années 1970. 

Alors, bien entendu, rattrapper ce retard va exiger de faire des travaux importants au niveau de la métropole de Rouen (le contournement Est et le raccordement direct du Pont-Flaubert à la Sud III et la création d'une nouvelle gare SNCF sur la rive droite de la Seine sur le site de Saint-Sever)... Mais aussi aux frontières Est de la Normandie avec ce barreau à 2x2 voies qui manque toujours entre Nonancourt et Chartres pour rejoindre l'A10 et fermer enfin à l'Ouest la couronne autoroutière de contournement de la région parisienne dans un rayon de 100km.

Et puis, pour continuer avec les urgences routières, il y a le problème de la trop vieille Route Nationale n°31 Rouen-Reims via Beauvais d'une part, le problème de la trop vieille Route Nationale n°12 dans l'Orne et le Perche, d'autre part, et, enfin, le problème de la trop vieille Route Nationale n°13 Evreux -Paris via le Mantois (Yvelines). C'est sur ce dernier sujet que certaines humeurs s'expriment en ce moment du côté de Versailles dans une parfaite posture localiste:

Les Normands se sont réveillés et ont, désormais, des projets et dans l'Ouest parisien certains s'en étonnent. Il faut donc en discuter mais si l'on pouvait s'épargner des polémiques inutiles ce serait mieux car ces élus localistes oublient que ces projets routiers et ferroviaires visant à améliorer la connection terrestre de la Normandie au reste de la France sont des projets d'intérêt national puisque la Normandie est, encore, la première région industrielle française, la première région française pour la fourniture d'énergie au pays et la première région française pour l'économie maritime et logistique du pays:

Mieux connecter la Normandie au reste de la France c'est donc un impératif vital car le schéma d'aménagement du territoire à l'Ouest en aval de la région parisienne a trop longtemps été celui d'un paresseux modèle à la fois opportuniste et colonialiste: il est aujourd'hui dépassé.

Lire ci-après quelques échos des humeurs déplacées de Monsieur Bédier, président du conseil département des Yvelines dans la presse locale.

Question: que pense de tout ceci Dame Pécresse? En parle-t-elle à Hervé Morin?


« La Normandie n'a rien appris depuis l'invasion des Vikings. Je trouve complètement aberrant qu'un barreau routier, qui n'intéresse que les Normands, et qui peut très bien être fait en Normandie soit imposé dans les Yvelines où cela nous apporte que des nuisances. C'est tout de même une drôle de conception du voisinage. Ce sont des méthodes scandaleuses. Nous n'avons pas été associés à la concertation, ce qui démontre tout le mépris que les élus normands tiennent à l'égard des Yvelines [...] » Pierre Bédier élu LR des Yvelines

« Ce dossier préfigure, sur le plan de la concertation, les difficultés que nous aurons à gérer avec la Région de Normandie dans le cadre d’un autre projet, la ligne nouvelle Paris-Normandie. »

Patrick Stefanini elu départemental

Pour un échangeur d'autoroute, le torchon brûle entre la Normandie et les Yvelines ! | 78actu

Pour un échangeur d'autoroute, le torchon brûle entre la Normandie et les Yvelines !

 

Après l'affaire des trains supprimés à Mantes, un projet d'aménagement de la RN13 entre Evreux et Chaufour-lès-Bonnières met le feu aux poudres entre la Normandie et les Yvelines.

Entre la Normandie et les Yvelines, on n’est pas loin de réarmer la place forte de château Gaillard, haut lieu historique de Richard Cœur de Lion qui vit les Français de Philippe Auguste l’emporter sur les troupes anglo-normandes de Jean sans Terre (XIIIe siècle). 

Vendredi 21 octobre 2022, en séance du conseil départemental des Yvelines, le président (LR) Pierre Bédier est même remonté aux invasions des Vikings pour qualifier « d’impérialiste » le comportement des Normands.

« Une drôle de conception du voisinage »

« La Normandie n'a rien appris depuis l'invasion des Vikings. Je trouve complètement aberrant qu'un barreau routier, qui n'intéresse que les Normands, et qui peut très bien être fait en Normandie soit imposé dans les Yvelines où cela nous apporte que des nuisances. C'est tout de même une drôle de conception du voisinage. Ce sont des méthodes scandaleuses. Nous n'avons pas été associés à la concertation, ce qui démontre tout le mépris que les élus normands tiennent à l'égard des Yvelines [...] »

Pierre Bédier, le président (LR) du conseil départemental des Yvelines

Et Pierre Bédier d’ajouter : « Je le redis, nous serons fermes sur nos propositions à la Ligne Nouvelle Paris Normandie. Dans sa partie Ouest, Mantes et la Normandie, pour faire gagner quelques minutes aux Normands, on saccage des exploitations agricoles ; on gaspille de l’argent public comme s’il en pleuvait. J’ai cru comprendre que le ruissellement était parti pour s’interrompre. Maintenant, ça suffit ! »

Le dossier qui met le feu aux poudres, ce vendredi 21 octobre 2022, est un projet d’aménagement de la route nationale 13 entre Evreux (Eure) et Chaufour-lès-Bonnières (Yvelines).

« On parle d’un tronçon de route qui va de la Normandie aux Yvelines, précise Patrick Stefanini le rapporteur de la délibération.

Le projet poursuit un double objectif : une mise en sécurité et, d’autre part, une mise aux normes écologiques. »

Un barreau et un échangeur

Rappelons que la commission nationale du débat public a organisé une concertation qui doit s’achever le 23 octobre prochain. D’où l’importance du vote ce 21 octobre 2022.

« Ce projet pose plusieurs problèmes, explique le conseiller départemental du canton de Bonnières, compétent à Chaufour.

Il comporte notamment le risque d’une réduction des fonctionnalités de l’échangeur n°15, à hauteur de Chaufour avec la suppression d’une ou deux bretelles qui permettent actuellement aux habitants du canton de « se brancher » sur l’autoroute A13 pour aller vers Rouen ou pour en revenir. »

Les Yvelines ont pris position « très clairement » pour le maintien intégral de l’échangeur 15 dans sa configuration actuelle.

Patrick Stefanini a également exprimé, au nom du Département des Yvelines, son « scepticisme sur l’opportunité de la mise en deux fois deux voies de la N13 qui n’est justifié ni par les études de circulation, ni par la nécessité de faire des travaux de sécurité ou mises aux normes environnementales ».

Voir la présentation des futurs aménagements de la RN13 et de sa nouvelle connexion à l'A13 entre Evreux et Chauffour-lès-Bonnières:

rn13-synthese-dossier-concertation-viii2.pdf (actu.fr)

Capture

À lire aussi

Outre le scénario référent, la concertation met en avant deux autres projets avec notamment la création d’un barreau (route de très courte distance qui relie deux axes routiers) de Douains à une commune non précisée située en aval de Chaufour.

Un autre scénario consisterait à créer une déviation pour contourner la commune de Chaufour. Deux scénarios rejetés par les Yvelines.

« Ni le barreau ni la déviation. Les conséquences pour les exploitations agricoles seraient désastreuses, a souligné Patrick Stefanini avec le prélèvement d’une centaine d’hectares de terres agricoles. »

Les Yvelines souhaitent approuver le scénario de référence « moins onéreux pour la collectivité publique (2,5 fois moins cher) ».

Elles en appellent au préfet des Yvelines pour porter les préoccupations yvelinoises auprès du préfet de la région de Normandie, pilote de cette opération avec le président de la Normandie, Hervé Morin et la SAPN. Qu’il fasse remonter nos arguments auprès du ministre de tutelle qui décidera au final.

« Ce dossier préfigure, sur le plan de la concertation, les difficultés que nous aurons à gérer avec la Région de Normandie dans le cadre d’un autre projet, la ligne nouvelle Paris-Normandie. »

Autant dire : « Aux armes à château Gaillard ! » (sic!)

Commentaire de Florestan:

Ce plumitif écrit vraiment mal!


 

Autre commentaire de Florestan:

Et au crétinisme localiste du président du conseil départemental des Yvelines, on ajoutera la coquille d'un inculte de la rédaction numérique de 78. actu: Hervé Morin devient pour eux le "président du département de la Normandie..."

Capture