Billet de Florestan:

Les convaincus sont des cons inutiles à vaincre puisque, malgré tout et en dépit de tout bon sens, ils s'apprêtent à reconduire dans ses fonctions actuelles le Prince-président stagiaire qui nous tient lieu de chef d'état depuis cinq ans, en sifflant déjà le célèbre refrain de Ray Ventura de "Tout va très bien madame la Marquise" (1939) en prenant cet air pour une belle promesse d'avenir faute de connaître le texte des couplets...

Citation:

"Allô, allô James !
Quelles nouvelles ?
Notre château est donc détruit !
Expliquez-moi
Car je chancelle
Comment cela s'est-il produit ?
Eh bien ! Voila, Madame la Marquise,
Apprenant qu'il était ruiné,
A peine fut-il rev'nu de sa surprise
Que M'sieur l'Marquis s'est suicidé,
Et c'est en ramassant la pelle
Qu'il renversa toutes les chandelles,
Mettant le feu à tout l'château
Qui s'consuma de bas en haut ;
Le vent soufflant sur l'incendie,
Le propagea sur l'écurie,
Et c'est ainsi qu'en un moment
On vit périr votre jument !
Mais, à part ça, Madame la Marquise,
Tout va très bien, tout va très bien."
La situation politique tant à l'extérieur qu'à l'intérieur de nos frontières est explosive. Macron se présente à nous dans une dernière imposture comme le chef "désarmé" protégeant les Français passant du récit d'une pseudo guerre sanitaire à celui d'une guerre véritable: Poutine a forcé le scénario mais Macron n'est qu'un acteur cabot... qui fait tristement ricaner les Ukrainiens sous les missiles russes.
Macron au travail magnifié par le service de communication de l'Elysée...

FMwiMV1WYAAGMXs

Et ce qu'en pensent les Ukrainiens (photo bien évidemment détournée): Zelensky vole au secours d'un Macron aussi inutile que poseur...

FNRwa_cXEAQXOJa

Le comédien Macron n'a pas l'étoffe ni l'emploi pour le rôle qu'il croit pouvoir jouer: La République française et son président tout omnipotent croit-il être n'ont plus aucun moyen politique ou diplomatique pour imposer les solutions de la Paix entre Moscou et Washington et comble de malheur, notre jeune homme est le seul à croire véritablement en Europe au miroir aux alouettes de Bruxelles.
Quand Macron se pare des ors du Roi Soleil au château de Versailles, il chante une souveraineté diplomatique et militaire européenne à laquelle aucun état membre de l'Union européenne ne croit réellement. Il en est ainsi depuis l'établissement de l'OTAN en 1949, depuis l'échec d'une communauté européenne de la défense réellement indépendante en 1954 voire depuis le sabotage par la CIA du fameux "plan Fouché" annexé au traité de l'Elysée de 1963 scellant l'amitié franco-allemande et, par conséquent, il en est ainsi depuis la sortie de la France du commandement intégré de l'OTAN de 1966 aux années Sarkozy.
Et quand nos amis Allemands annoncent 100 milliards d'investissements dans leur fantomatique Bundeswehr, il ne s'agit que de rattrapper 40 années de laisser aller afin de ne pas laisser le monopole de la question essentielle du militaire aux Français qui sont les seuls dans l'Union européenne à posséder un système militaire complet encore opérationnel (et encore !) après le départ des Britanniques.
Bref! Macron est le Prince-président des illusions perdues et dangereuses: les Allemands ne sont pas les Grecs. Ils n'acheteront pas nos avions Rafale tant que Macron ne leur donnera pas les clefs de Dassault. Et, en attendant de pouvoir récupérer le siège permanent de la France au conseil de sécurité de l'ONU par le truchement de l'Union européenne, les Allemands achèteront comme les autres Européens du matériel américain comme il est fortement recommandé de le faire dans le cadre de l'OTAN.
Sur la situation intérieure, jamais la société française n'avait paru aussi déprimée, divisée et chauffée d'une colère rentrée qui pourrait exploser encore plus brutalement qu'en 2018 à la moindre marque de mépris ou de morgue du Prince-président Macron qui a le malheur d'être simplement ce qu'il est malgré toutes les manipulations dont il s'est montré capable:
Macron est le candidat d'un nouveau parti de l'Ordre donc du désordre et du désespoir.
En 2018, nous avons vu des éborgnés et des mains arrachées.
En 2020 et jusqu'à aujourd'hui, nous avons vu le retour d'un passeport intérieur et une discrimination entre bons et mauvais Français avec une atteinte inédite faite à nos libertés les plus fondamentales.
Après le printemps 2022: doit-on s'attendre à ce qu'il y ait des... morts avec le retour, là encore inédit, de la violence politique en France?
Une violence politique venant non plus seulement de ceux qui nous font vraiment la guerre à savoir l'islamisme radical mais une violence politique à caractère insurrectionnel. Autrement dit, un climat de guerre civile tant l'actuel président ressemble à un tyran au sens grec ancien de ce mot, c'est-à-dire, un chef d'Etat qui n'ayant plus aucune légitimité ou autorité pour agir, se fait obéir par la crainte, la peur et la coercition.
Dans un entretien récemment donné dans la presse locale de l'Orne, le philosophe normand Michel Onfray, originaire de Chambois livre son analyse lucide comme il se doit sur le blocage total de la démocratie représentative institutionnelle française.

https://actu.fr/normandie/argentan_61006/michel-onfray-le-moral-nest-pas-bon-pour-nombre-de-gens-modestes_49278803.html

Michel Onfray : « Le moral n'est pas bon pour nombre de gens modestes »

efdf61c38a906c3ef61c38a9097ef6v-960x640

À l'aune de l'élection présidentielle 2022, le philosophe Michel Onfray, originaire de Chambois (Orne), ne croit pas en de jours meilleurs. Entretien.

Nous nous sommes entretenus avec le philosophe originaire de Chambois ( près d’Argentan dans l’Orne) Michel Onfray. Selon lui, le dispositif « verrouillé » de l’élection présidentielle qui se tient en avril 2022 ne permettra pas d’éviter un « naufrage ». Entretien.

Que pensez-vous de la situation actuelle en France ?

Il faudrait sacrément manquer de lucidité pour dire que tout va bien ! Des années d’abandon de souveraineté nationale (depuis 1992, date du traité de Maastricht) ont fait que la France ne peut plus mener de politique autonome, c’est-à-dire obéissant au principe de la démocratie – le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple.

De sorte que nous vivons sous le régime libéral de l’Europe maastrichtienne, qui nous contraint à la ligne américanophile, y compris en matière de politique étrangère.

Ainsi, dans le cas de l’Ukraine, nous subissons une politique décidée par une Commission européenne occulte, qui passe par-dessus les peuples, relayée par Emmanuel Macron sans aucune consultation du Congrès – l’Assemblée nationale et le Sénat réunis.

Le peuple français a-t-il envie d’une surenchère belliqueuse avec les Russes voulue par madame Van der Leyen (qui s’est fait taper sur les doigts pour avoir menti sur ses CV…), sans souci de la riposte que Poutine ne manquera pas d’infliger aux Français sur le principe de la cyberguerre pour les punir d’être entrés en guerre contre lui ? Ou sans souci des prix mondiaux du blé qui vont mettre les paysans à terre ?

Comment ressentez-vous le moral des Français actuellement ? 

On ne saurait parler des Français en général, car le libéralisme que droite et gauche défendent depuis des années fait de nombreuses victimes parmi les gens les plus modestes.

Ce régime paupérise, c’est-à-dire qu’il rend les pauvres de plus en plus pauvres et de plus en plus nombreux et les riches de plus en plus riches et de moins en moins nombreux.

De sorte que la crise en a enrichi une poignée de façon considérable et elle en a appauvri d’autres en très grand nombre. Le moral n’est donc pas bon pour nombre de gens modestes. 

Attendez-vous quelque chose de l’élection présidentielle ? 

Rien du tout. Le dispositif est verrouillé de façon à ce qu’il en sorte un candidat maastrichtien, c’est-à-dire qui défend le monde comme il va…

Pensez-vous qu’un autre président, quel qu’il soit, puisse infléchir le cours de choses ? 

L’état dans lequel se trouve notre société du fait de l’état de décomposition de cette civilisation vieille de deux mille ans ne permet pas d’être optimiste !

Notre civilisation a fait son temps.

Ceux qui promettent des jours heureux ou meilleurs trompent le client sur la marchandise !

Le Titanic a déjà percuté l’iceberg, ceux qui prétendent qu’ils ont les solutions pour éviter le naufrage, c’est-à-dire tous les candidats, nous vendent des marchandises idéologiques frelatées… 

Le modèle de notre système démocratique a-t-il encore du sens ? 

La destruction de la constitution de 1958 depuis 1992 – la fin de la souveraineté, c’est la fin d’une nation libre et démocratique… – a laissé la démocratie gaullienne loin derrière nous.

Nous sommes dans une démocratie illibérale où l’on connait, non pas le nom du prochain président élu, encore que, mais le programme qui va gagner et qui sera le même que celui qu’a initié Mitterrand en 1983 : une Europe néolibérale qui fonctionne en courroie de transmission de la machine américaine, qui travaille à la civilisation qui remplacera le judéo-christianisme et qui sera le transhumanisme.