Billet de Florestan:

"Axe Seine" ou Vallée de la Seine?

Le 6 décembre 2022 avaient lieu à Paris les 5ème rencontres consacrées à l'avenir de ce qu'ils appellent désormais "L'Entente Axe Seine" (sic!)... Rien de moins! Autant parler d'une "Triplice" de la duplicité ou, pour rester dans l'histoire normande, un chapelet de "châteaux adultérins" bâtis sur les rives de la Seine qui pourrait avoir pour conséquence, à terme, un démantèlement de fait de l'unité territoriale de la Normandie si était vraiment sérieux ce nouveau "Plan Hercule" (il n'y a pas que EDF) piloté par un ancien Premier ministre à l'amarre dans un bassin havrais obnubilé par l'Horizon en 2027, un petit oiseau rouennais ambitieux rêvant d'être calife à la place du calife socialiste et une Dame patronesse parisienne qui rêve de vélos à Kiev!

En effet, outre le fait que le contenu annoncé par cette "entente" qui sera co-présidée pour deux ans par Anne Hidalgo et Edouard Philippe (lire, en intégralité, le communiqué de presse ci-après) ne fait l'objet d'aucun financement vraiment significatif, demeure ignoré par le protocole d'accord qui vient d'être signé entre la Région Normandie d'une part et le Préfet de région d'autre part, pour ne pas même parler du futur Contrat de Plan Interrégional de développement de la vallée de la Seine avec le concours de l'Etat, on notera qu'à la liste des territoires entrés dans cette "entente" il manque à l'appel, du côté normand et c'est très significatif, tous les grands territoires concernés (les départements de l'Eure, de la Seine-maritime et du Calvados) à commencer par la région Normandie elle-même qui dispose pourtant, de par ses compétences propres, de la puissance financière nécessaire pour réaliser le début du commencement du moindre projet un tant soit peu sérieux pour l'avenir d'une Vallée de la Seine dont les rives sont à élargir jusqu'à Cherbourg et le Cotentin, à l'Ouest, et jusqu'au Tréport et l'ensemble du plateau cauchois au Nord-Est, afin d'ouvrir le grand angle d'une géo-histoire normande qui embrasse la baie de la Seine depuis près de 1500 ans: c'est la raison pour laquelle nous refusons de parler d'"Axe Seine" expression médiatique qui renvoie à un marketing territorial qui simplifie à l'excès une proposition géo-historique normande ouverte sur la mer et le vaste monde pour n'en faire qu'une tuyauterie fonctionnelle et logistique au seul bénéfice du Grand Paris, c'est-à-dire la première région urbaine d'Europe...

L'expression "Axe Seine" renvoie donc à une conception "corridorienne" d'une Normandie seulement utile à Paris, qui enterre définitivement toute possibilité pour ce qui fut la seconde ville de France d'être, enfin, la métropole régionale du Nord-Ouest!

Bref! pour paraphraser le Général de Gaulle, nous espérons que cette "usine à gaz" de "l'entente de l'Axe Seine" puisse demeurer, le plus longtemps possible, une idée d'avenir!

1670320802749

Capture d’écran du 2022-12-07 23-35-46Capture d’écran du 2022-12-07 23-36-31

Capture d’écran du 2022-12-07 23-37-35

Capture d’écran du 2022-12-07 23-38-10Originale

Capture d’écran du 2022-12-07 23-38-52

Capture d’écran du 2022-12-07 23-39-24

Capture d’écran du 2022-12-07 23-40-02

Capture d’écran du 2022-12-07 23-40-55


 Premier commentaire de Florestan:

"L'entente Axe Seine pour incarner le territoire..."

Quel territoire?

Le baratin s'écoule, incontinent, avec un débit toujours aussi régulier sous les ponts de la Seine. Colloques, forums, rencontres, débats, tribunes, effets de manche et de micros pendant douze longues années avec pour résultat, rien de sérieux si ce n'est l'augmentation en cours du trafic fluvial sur le fleuve ou la création sur les rives de pseudos guinguettes cultureuses pour bobos parisiens en goguette!

Deux éléphants ont été oubliés entre les sièges de cet énième salon parisien consacré à l'Axe Seine:

D'abord, nous l'avons déjà noté plus haut, cette réunion n'associe pas la Région Normandie, ce que commande pourtant le bon sens géographique: c'est donc une erreur, bien plus! c'est une faute car la région Normandie est, de fait, le premier financeur public pour tout projet dans la vallée de la Seine en aval de Vernon: Hervé Morin a déjà fait savoir qu'il n'était pas qu'un chéquier monté sur deux pattes! Par ailleurs, on peut comprendre qu'il n'apprécie guère cette initiative, essentiellement menée par Edouard Philippe qui est surtout pour lui l'occasion de tisser son réseau chez les élus locaux et autres oiseaux limicoles de la vallée de la Seine éventuellement fascinés, non pas par les Jeux olympiques de 2024 à Paris, mais par un horizon en 2027.

Autre bénéfice? Jeter des cailloux, des cailloux bien alignés dans le jardin normand du père Morin puisque certains d'entre eux font partie de l'exécutif du conseil régional de Normandie ou font partie de la majorité régionale: que l'on songe à Bernard Leroy, président de la Communauté d'agglo Seine Eure ou de Virginie Carolo-Lutrot, présidente de Caux Seine Agglo, maire de Port-Jérôme et... vice-présidente en charge de nos finances normandes: voilà qui fait un peu désordre...

On remarquera, en outre, que celui qui s'était pourtant jeté à l'eau pour elle et son unité en traversant le bassin du commerce du port du Havre se contrefiche, aujourd'hui, totalement de la Normandie en faisant maintenant ce que tous ont fait avant lui: se servir de la Normandie au lieu de la servir. Antoine Rufenacht, de là où il se trouve désormais, appréciera!

Seconde erreur: ces blablabla qui sont autant de ronds dans l'eau de la Seine se limitent au seul "Axe Seine" alors qu'il faudrait considérer la vallée de la Seine dans toute la profondeur territoriale de ses deux rives jusqu'au littoral de la baie de Seine, de Cherbourg à Eu-Le Tréport. Les élus locaux de l'ex-Basse-Normandie apprécieront au risque de raviver leur atavisme pour le localisme!

Bref! Encore des éoliennes qui nous abusent!

Par exemple, lorsque sur le dossier de la LNPN, le petit Nicolas se vante d'avoir écrit au Père Noël de l'Elysée qui avait annoncé un nébuleux projet de créer des RER dans les grandes villes de province:

https://www.ouest-france.fr/normandie/rouen-76000/projets-de-rer-metropolitains-avec-ses-2-4-millions-de-deplacements-quotidiens-rouen-veut-en-etre-b2b76460-70c6-11ed-b658-d40122929dc2

Inutile de dire, pour finir, que si la vallée de la Seine passait par la Bretagne, nous n'aurions pas droit à cette nouvelle et désolante pantalonade de la division régionale... Au contraire! Les élus du territoire, petits ou grands danseraient tous en rond!


 Que pense notre ami géographe Arnaud Brennetot des dernières ondulations du serpent de mer de l'Axe Seine?

On lira sa réaction à brûle pourpoint postée sur son compte Linked In ci-après:

https://www.linkedin.com/posts/arnaud-brennetot-34805b256_p%C3%A9rim%C3%A8tre-de-lentente-axe-seine-activity-7006238164386238464-oyDp/?utm_source=share&utm_medium=member_android

La Vallée de la Seine se dote enfin d’un outil de coopération inclusif

Le 6 décembre 2022, les EPCI de la vallée de la Seine, emmenés par la Ville de Paris, la Métropole du Grand Paris, la Métropole Rouen Normandie et Le Havre Seine Métropole, ont instauré une « Entente » en faveur de la transition écologique, économique et énergétique de la vallée.

Il a donc fallu attendre la 5ème rencontre pour que les élus des grandes villes s’allient le concours des intercommunalités intermédiaires : Seine et Oise, Val Parisis, Seine Normandie, Portes de l’Ile de France, Roumois Seine, Pont-Audemer-Val de Risle, Caux Seine et Pays Honfleur-Beuzeville.

L’initiative est heureuse et laisse entrevoir la possibilité de mobiliser un véritable collectif, et non quelques élus, au service d’une gouvernance réticulaire et inclusive de la vallée de la Seine.

S’il y a là une vraie raison de se réjouir, il convient cependant de garder à l’esprit que la coopération entre les territoires de la vallée a connu un précédent échec, lorsqu’en 2014, les villes de Caen, Paris, Rouen et Le Havre ont mis fin aux rencontres qu’elles avaient pris l’habitude d’organiser depuis 2010 pour concevoir ensemble l’avenir de la vallée.

Aujourd’hui, cette nouvelle « Entente » de la Vallée de la Seine interpelle directement l’État, notamment, et avec raison, sur le dossier de la Ligne Nouvelle Paris Normandie. Espérons que la réponse effective de ce dernier ne conduise pas, comme en 2014, à briser les espoirs d’une mobilisation collective aussi fragile qu’indispensable. Pour prospérer, la coopération horizontale entre territoires doit pouvoir s’appuyer sur une coopération verticale franche et responsable.

Second commentaire de Florestan:

Faute de grives! Ou alors, un plat de lentilles!

Faute d'avoir une vraie classe politique normande -elle est réduite à une seule personne, Hervé Morin, le président de région- pour penser collectivement et de façon solidaire l'intérêt général supérieur de toute la Normandie, Arnaud Brennetot nous dit qu'il faut se réjouir de tout ce qui peut encore bouger à la surface des eaux dormantes de la Seine normande: faute d'un tripode métropolitain normand rassemblant tous les territoires normands autour de Rouen, Caen, Le Havre avec le conseil régional, nous voilà réduit à nous appuyer sur un pseudopode parisien rampant jusqu'à nous sur les eaux planes de la Seine.

Brennetot insiste, en effet, sur la fragilité de l'initiative évoquant la fin en 2014 des initiatives précédentes, l'année même où la décision de réunifier la Normandie fut prise par François Hollande: le géographe ne voulant pas entrer dans tous les détails ne nous rappelle pas que le débarquement manu militari en 2012 d'Antoine Rufenacht de son poste de haut-commissaire de l'Etat en charge du développement de la vallée de la Seine par le Premier ministre socialiste Jean-Marc Ayrault  à la demande des fabiusiens rouennais farouchement opposés à cette initiative lancée par Nicolas Sarkozy, est largement à la source de cet échec.

En revanche, on notera que notre géographe préféré n'ait pas noté la même évidence que nous, à savoir, l'absence de la région Normandie dans cette "entente Axe Seine" alors qu'elle devrait en être la protagoniste principale tout en soulignant que l'Etat central se trouve plus que jamais interpellé par cette initiative "horizontale" venue des élus locaux et leurs territoires suivant une logique "fonctionnaliste" qui semble, désormais aller de soi...

Pourtant, dans un article proposé en 2013 au sujet, déjà, de l'Axe Seine, les géographes Arnaud Brennetot et Yves Guermond nous proposaient une autre analyse, une analyse qui a gardé toute sa pertinence...

Citation:

"Désigné sous divers toponymes "Axe Seine"; "Seine Métropole" ou "Paris-Seine-Normandie", ce projet métropolitain d'échelle interrégionale repose sur l'hypothèse que Paris et la Basse Seine auraient vocation à former un ensemble économique intégré.(...) Parmi les intitiatives proposées dans le cadre du Grand Paris, l'idée de consolider l'Axe Seine en reliant Paris à l'estuaire du fleuve et plus largement en arrimant la façade maritime normande à l'île-de-France, s'est rapidement imposée comme une façon de permettre à la "région capitale" de maintenir son rang parmi le club restreint des villes mondiales."

Et les deux géographes de se donner comme objectif de vérifier si "les justifications avancées par les promoteurs de l'Axe Seine s'appuient sur un argumentaire néolibéral entièrement naturalisé, érigeant la soumission à la concurrence mondiale en élément constitutif du projet territorial considéré ici."

Avouons notre préférence pour le Brennetot cru 2013 au Brennetot cru 2022...

Pour notre part, sur ce sujet de l'Axe Seine qui conditionne l'avenir même de la Normandie comme territoire pertinent, nous avions écrit, le 27 février 2021:

"Moralité, ou plutôt ruse de l'Histoire:

Les "Jacobins" en sont encore à craindre un approfondissement de la décentralisation ou une plus grande reconnaissance de la géographie humaine régionale dans ses réalités territoriales, culturelles qui pourraient nuire gravement à la république française "une et indivisible". Mais le plus grand risque pour l'intégrité du cadre national français ne serait-il pas l'émergence, de fait, d'une "région-Etat" du Grand-Paris fabriquée par la géographie fonctionnelle?

Le maintien d'une vraie région normande en aval de la région parisienne sur l'Axe Seine sera, probablement, le meilleur moyen de garder en France la première région urbaine d'Europe."

Extrait final d'un texte intitulé: "La dernière leçon de géographie du professeur Frémont. Géographie humaine ou géographie fonctionnelle?"

("Un géographe dans le siècle. Hommage à Armand Frémont". Publication des actes du colloque Frémont de juin 2022. Maison de la Recherche en Sciences Humaines de l'Université de Caen. Pages 167-169).