L'humeur de Barreau:

La moraline est une bouse qui pave l'enfer de bonnes intentions... Nouvelle démonstration au cul de nos vaches dans le bocage du Domfrontais (Orne) avec la fausse bonne idée de la méthanisation.

Poiriers-en-fleurs_credit-photo-Gerard-Houdou

(Poiriers en fleurs dans le bocage du Domnfrontais. Crédit photographique: Gérard Houdou)

http://actu.fr/normandie/domfront-en-poiraie_61145/a-domfront-en-poiraie-l-unite-de-methanisation-devrait-rentrer-en-service-a-l-ete-2023_55593040.html

A lecture de cet article qui nous présente ce projet "formidable", une question me vient à l'esprit:

Pour alimenter les deux digesteurs, les paysans vont-ils courir les prés, une pelle et un seau à la main, afin de ramasser les bouses laissées par leurs bovins  ? 

Ben.. je ne crois pas. Cela laisse supposer que ces bovins vont passer leur temps (si ce n'est leur vie) en stabulation et qu'ils ne seront jamais libre de vaquer dans leurs herbages puisqu’il faudra « nourrir » le digesteur pour assurer sa rentabilité… c’est pas comme si on avait un peu besoin de gaz...

Alors après nous avoir vanté les bienfaits de la méthanisation dans cet article, il faudrait peut-être expliquer aux lecteurs les méfaits potentiels.

Ce procédé va apporter quelques changements radicaux dans nos paysages puisqu'il est à craindre une raréfaction des bovins dans les herbages et que dire de l'alimentation de ces animaux : ne pouvant accéder aux pâturages, qu'est ce qu'ils mangeront ? de l'herbe et du foin nés des herbages dont on leur aura privé l’accès (ce qui sera la moins pire des solutions) ou toute autre saloperie qui permet de les gaver à moindre coût puisque les énergumènes se vantant de cette création seront au final sans aucun doute producteurs de gaz avant d'être paysans ? Quelle sera la qualité de la viande et du lait de ces bêtes ?

Et cela me chagrine de savoir que Monsieur Morin trouve ce concept génial et finance ces projets de méthanisation engendrant des élevages intensifs. Ceux-ci risquent de se multiplier à grande vitesse dans notre région.

Quoi qu'il en soit, nous serons peut-être les derniers mohicans à voir en Normandie des bovins paissant encore tranquillement dans leur herbages, voire parfois dans les vergers en fleurs, quand on a la chance qu’ils soient encore bien entretenus.

Comme pour tout le reste, nous assistons à une révolution agricole silencieuse : disparition des petites exploitations consécutivement au développement gigantesque des autres, remembrement du bocage, disparition des méthodes agricoles ancestrales comme le pastoralisme ou la mise aux herbages dans les marais (Vernier et Carentan), méthanisation à outrance, etc... Tout laisse à penser que ces modernisme et productivisme forcenés vont s’imposer et se généraliser.

Quelques paysans vont résister à ces changements mais combien et pour combien de temps ?

Les campagnes d’appel au boycott pour ne plus manger de viande ou boire le « lait du petit veau » trouvent écho chez les jeunes. Chez les plus vieux, qui veulent manger sainement et qualitativement, l’augmentation folle des prix due à la raréfaction de l'offre couplée à la hausse globale du coût de la vie, va les obliger à se restreindre ou alors il faudra que les producteurs baissent encore leur coût de revient pour satisfaire ces amateurs au risque d’une baisse de la qualité. Un cercle vicieux !

Mais alors qu’en pensent nos amis les écolos ? Ben, ils vont être rassurés puisque les concepteurs du projet nous promettent des haies périphériques re-densifiées pour obtenir une bonne intégration paysagère, l’installation de nichoirs pour les oiseaux et les chauve-souris... et pour les autres, une citerne réserve d’incendie qui pourra être utilisée par les sapeurs-pompiers en cas d’incendie chez les riverains ou d’accident sur la route et les bâtiments équipés de 1 500 m2 de panneaux photovoltaïques afin de produire l’électricité consommée achèveront de les convaincre. 

Chapeau les gars ! Votre projet est bien ficelé et bien vendu et vous avez fait fort sur la rubrique "caution morale"...


 

Et pendant ce temps-là la région communique:

Les 3èmes Rencontres Régionales de la Méthanisation en Normandie se déroulent aujourd'hui (2 décembre 2022) à l'Abbaye de Valasse (76) !

👉 Autour de stands, d'ateliers ou de colloques, les acteurs de la filière méthanisation normande se réunissent pour échanger et contribuer au développement de cette énergie renouvelable sur le territoire. La Région Normandie consacre plus de 7,7 millions d'euros par an à la structuration et à l'émergence des projets pour faire de la méthanisation l'une des énergies renouvelables phares du territoire. Dans la continuité des actions engagées entre 2018-2020, la Région poursuit, en lien avec l'ADEME et l'ensemble de ses partenaires socio-économiques, le plan Métha'Normandie sur la période 2021-2023, qui traite notamment des enjeux d'acceptabilité sociétale des projets.

➡️https://lnkd.in/ei3p96DV #méthanisation #énergie Chambres d'agriculture de Normandie | BIOMASSE NORMANDIE

1669909580073