SCANDALE TOTAL !

Décidément, nos chers voisins d'outre-Couesnon, il faut sans cesse les avoir au coin de l'oeil pour les surveiller comme le lait sur le feu! Car lorsqu'il s'agit du Mont-Saint-Michel en particulier (qui est Normand, ça va sans dire) ou de la baie du Mont-Saint-Michel que nous partageons avec nos encombrants et envahissants voisins, ces deux éléments étant classés sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO depuis 1979 pour le premier et 1983 pour la seconde, il faut toujours s'attendre au pire avec nos chers amis... Bretons!

Dernière COCHONNERIE BRETONNE en date?

Oser transformer notre baie (hélas) commune en déchetterie à moules en raison de l'intensification industrielle de la conchyliculture (la moule de bouchots) du côté de Cancale...

La Société Protectrice des Paysages et de l'Esthétique de la France (SPPEF) qui édite la revue "Site et Monuments" qui fait autorité dans le milieu de la défense du patrimoine tire la sonnette d'alarme et interpelle l'UNESCO car il faut mettre un terme à ce véritable scandale! Malheureusement, de la part des Bretons qui sont, en quelque sorte, nos Chinois du fait de leur redoutable efficacité commerciale et marketing consistant à nous vendre n'importe quoi y compris ce qui ne leur appartient pas ou ce qui n'existe pas, quitte à piller ou à tout saccager, on ne sera guère surpris!


 https://www.sitesetmonuments.org/petition-pour-la-preservation-de-la-baie-du-mont-saint-michel

Pétition : Pour la préservation de la baie du Mont Saint-Michel

La Baie du Mont Saint-Michel, bien commun de l’humanité, est devenue une zone d’exploitation intensive de moules sur bouchots qui conduit à la production annuelle massive de milliers de tonnes de moules « sous taille ». Non commercialisables sous le label AOP, elles sont rejetées, en état de putréfaction pour la plupart, sur l’estran de l’une des plus belles baies du Monde ! C’est une dégradation inacceptable de la mer, du littoral et des paysages de la Baie du Mont Saint-Michel.

image1-3

  • Non à l’abandon de la baie bretonne du Mont Saint-Michel au profit des exploitations mytilicoles : la mer est un bien commun qu’une profession ne peut s’accaparer.
  • Non à la densification des exploitations mytilicoles qui reproduisent en mer les erreurs de l’agriculture intensive à terre : surexploitation, épuisement des ressources, concentration, privatisation au profit de quelques uns.
  • Non au huis clos Conchyliculteurs (mytiliculteurs, ostréiculteurs) / État qui décident seuls de l’avenir du littoral et de la mer. Les citoyens doivent pouvoir exprimer leurs attentes et participer à la validation des projets.
  • Non à un arrêté préfectoral autorisant l’épandage de milliers de tonnes de moules sous taille non commercialisables sous le label AOP alors qu’une bonne partie pourrait être vendue sous d’autres appellations : ce gaspillage alimentaire scandaleux doit cesser !
  • Non à un arrêté préfectoral autorisant l’épandage de milliers de tonnes de moules sous taille non commercialisables sous le label AOP, en putréfaction, génératrices de pollution de l’estran et des eaux marines, d’insupportables odeurs et émanations de gaz toxiques (hydrogène sulfuré, ammoniac) à l’instar des "fameuses" algues vertes !
  • Non à un arrêté préfectoral qui ne contient aucune mesure visant à ÉVITER ou RÉDUIRE la production annuelle de milliers de tonnes de petites moules et qui conduit à un véritable scandale environnemental, énergétique et financier : 8 millions d’euros, dont un montant très important et non communiqué de subventions, pour les transporter par camions frigorifiques, les stocker afin de les « valoriser » au moyen de procédés énergivores et générateurs de polluants.
  • OUI à des cultures de moules sur bouchots, à taille humaine, respectueuses de la biodiversité et des autres usages de notre mer littorale.
  • OUI à l’application du droit de l’environnement aux activités mytilicoles avec la mise en œuvre de la doctrine de l’ÉVITEMENT et de la RÉDUCTION de déchets... Les mytiliculteurs ne peuvent pas en être exemptés.
  • OUI à l’application du droit de l’environnement aux activités mytilicoles avec l’application du principe pollueur /payeur : il n’appartient pas aux habitants de la Communauté de Communes du Pays de Dol et de la Baie du Mont Saint-Michel de financer la mise en décharge des moules que les mytiliculteurs ont laissé pourrir.
  • OUI à la préservation des paysages, au respect de la nature et de la biodiversité de la Baie du Mont Saint-Michel, classée au patrimoine mondial de l’Unesco.

Pour signer la pétition
Faire un don


Voir aussi cet article paru le 10 septembre 2022 dans le n°573 du magazine du Monde:

Capture d’écran du 2022-11-21 17-58-40

Capture d’écran du 2022-11-21 17-59-35