L'humeur de Barreau

 

Quand il est fait appel à l’excellence normande…

 En France, les édifices civils tels que les beffrois, châteaux ou mairies-écoles sont nombreux. Par ailleurs, la « fille aînée de l’Eglise »  détient aussi un patrimoine impressionnant de cathédrales, églises, chapelles, abbayes... à tel point qu’aujourd’hui cela devient une charge financière de plus en plus difficile à gérer pour les collectivités et nombre de villages et de petites villes ont un, voire, plusieurs édifices à entretenir.

 Tous ces monuments ont un point commun : ils possèdent souvent une ou plusieurs cloches de toute taille, de tout poids qui rythment le temps qui passe accompagnant ainsi notre vie quotidienne, le travail, les fêtes, les baptêmes, les mariages, les deuils, les alarmes (tocsin), en un mot tout simplement la vie des habitants de ce pays depuis des siècles.  

 A l’heure actuelle, où ces cloches énervent tant les vacanciers en recherche de calme et les néo-ruraux imposant leur vision de ce que doit être la vie rurale du XXIème siècle (pas de coqs, pas de cloches, pas de tracteurs), certains ont le courage d’aller à contre-courant.

Capture

 C’est ainsi le cas à l’Abbaye Royale de Fontevraud en Maine-et-Loire où il a été décidé de faire fabriquer six cloches pour redonner une vie sonore à la plus vaste cité monastique d’Europe héritée du Moyen Âge.

 Fondée en 1101, l’Abbaye de Fontevraud doit sa puissance aux Plantagenêts et abrite, dans la nef de l’abbatiale, aux côtés de celui d’Aliénor d’Aquitaine, les gisants de deux de nos ducs de Normandie, rois d'Angleterre : Henri II Plantagenêt et Richard Cœur de Lion.

 Si l’État est propriétaire des lieux, c’est la région Pays de la Loire qui finance l’association  « Centre culturel de l’Ouest », qui gère le volet culturel de l’Abbaye de Fontevraud.

 Quand il a fallu se tourner vers un fondeur pour réaliser ces œuvres, le choix s’est porté sur l’excellence normande : la fonderie Cornille-Havard à Villedieu les Poêles.

 Cette célèbre entreprise est spécialisée depuis 1865 dans la fabrication de cloches et de bronzes d’Art. D’ailleurs, elle est l’héritière d’une longue tradition de fondeurs de cloches installés dans cette ville depuis le Moyen Âge. Rachetée en 1981, par Françoise et Luigi Bergamo, elle est dirigée depuis les années 2000 par Paul Bergamo, qui n’a de cesse de perpétuer les traditions, permettant ainsi à la fonderie Cornille Havard d’être reconnue par l’ensemble des experts pour la qualité esthétique et musicale de ses cloches.

 Les fonderies de cloches en France se comptent sur les doigts d’une main. On se réjouira donc de voir que notre savoir-faire a été reconnu à sa juste valeur.  

 On découvre dans ce reportage que le Directeur artistique et culturel de l’Association « Fontevraud Centre culturel de l’Ouest », Emmanuel Morin, est fier d'être normand et le fait savoir. Cela fait chaud au cœur quand tant de normands ne s'aiment pas...

 À toute volée, six nouvelles cloches pour Fontevraud – documentaire d’une heure à découvrir sous le lien suivant:

http://www.fontevraud.fr/a-toute-volee-documentaire/