EDUCATION NATIONALE: le bateau ivre...

OIP

Visiblement aveuglés par leur opiniâtreté idéologique, le président Macron et son pape de ministre refusent de voir la réalité. Le bateau ivre de l'Education Nationale fait naufrage avec une avarie grave: la coque est atteinte car derrière la crise de recrutement des enseignants se cache la baisse du niveau des profs après celle des élèves.
On lira, par exemple, l'analyse froide et cruelle du naufrage en cours proposée par Claude Thiriat (Causeur, 02/09/22)

Bien entendu, les conseils régionaux qui gèrent le parc des lycées ne sont pas responsables du contenu de l'enseignement ni de son organisation même si la crise éducative aura et a déjà des conséquences sur le marché local ou régional de l'emploi. C'est la raison pour laquelle, les régions, à commencer par la nôtre incarnée par Hervé Morin, plaident pour l'autonomie locale des établissements scolaires voire pour une régionalisation des lycées professionnels.

En attendant les réformes structurelles et déchirantes indispensables, les régions font ce qu'elles peuvent en tenant, physiquement les murs, sinon les planches du bordage d'un bateau ivre de l'Education Nationale en plein naufrage!

Voir aussi:

Conférence de presse de rentrée - Les Régions engagées pour l'Éducation et l'Orientation - Régions de France (regions-france.org)


 Communiqué de la région Normandie (02 septembre 2022)

Rentrée scolaire 2022 :

La Région poursuit ses engagements en faveur de la réussite des jeunes normands !

 

Dans le cadre de la rentrée scolaire, Hervé Morin, Président de la Région Normandie, et Bertrand Deniaud, Vice-président en charge des lycées et de l’éducation, ont visité le lycée Val de Seine au Grand Quevilly, qui accueille 1 900 élèves dont 1 500 demi-pensionnaires et 100 internes, en présence de Christine Gavini Chevet, Rectrice de la région académique Normandie, Chancelière des universités. A cette occasion, Hervé Morin a présenté les principales actions menées par la collectivité en faveur des lycées et des jeunes normands.

« Malgré un contexte d’incertitudes (situation sanitaire, hausse des prix, difficultés de recrutement de conducteurs de car pour les transports scolaires, évolutions induites par le nouveau Gouvernement…), la Région entend poursuivre, durant l’année scolaire 2022-2023, ses engagements pour assurer les conditions de réussite et d’épanouissement des jeunes normands tout au long de leur parcours » a déclaré Hervé Morin, Président de la Région Normandie

Une année scolaire marquée par l’augmentation des prix de l’énergie et des denrées alimentaires

L’année scolaire 2021-2022 a été marquée par une forte évolution des prix des denrées alimentaires et de l’énergie, pesant sur les budgets des lycées publics.

Concernant l’énergie, pour mémoire, les 142 lycées publics sont chauffés au moyen de 325 chaufferies représentant 265 MW installés, comptant 704 chaudières et 42 échangeurs de réseaux de chaleurs. Ces chaudières, employées pour couvrir les besoins en chauffage, eau chaude sanitaire et besoins pédagogiques, consomment environ 200 000 MW par an. Par ailleurs, les lycées normands consomment près de 70 000 MW d’électricité par an. Le prix de l’énergie a fortement évolué depuis un an et selon une étude prospective menée par les services de la Région le montant des dépenses en énergie pour les établissements normands a fortement augmenté en 2022 et pourrait quasiment tripler en 2023.

Face à ce constat, la Région, outre la réduction des consommations et la poursuite des travaux d’amélioration de la performance énergétique des bâtiments, soutiendra financièrement les lycées publics pour payer les factures d’énergie dont les montants seraient trop élevés.

Une augmentation du prix des denrées alimentaires de l’ordre de +10 à +15% est aussi prévue d’ici fin 2022, dont +20% pour les viandes, les céréales et les produits laitiers et +30% pour l’huile végétale. L’impact sur le coût des denrées (2,39€ par repas en moyenne en Normandie) serait de l’ordre de plusieurs dizaines de centimes par repas d’ici fin 2022.

En réponse à ces augmentations, la Région, qui a déjà été sollicitée par plusieurs établissements ne disposant pas de crédits suffisants, mobilise plusieurs leviers :

-       Les tarifs des tickets journaliers de restauration ont été revus à la hausse dans certains établissements pour la rentrée scolaire 2022. Les forfaits à l’année restent quant à eux au même prix en passant d’un abonnement de 35 semaines à 32 semaines. Les tarifs régionaux en Normandie demeurent néanmoins dans la fourchette basse des tarifs pratiqués par les autres Régions ainsi que par rapport à la moyenne des Départements normands. Le tarif régional varie ainsi pour un élève et pour un repas complet de 3,22€ à 4,10€ maximum (coût réel d’un repas pour les établissements :  9 € avant la hausse des prix).

-        Le Fonds social régional (FSR), doté de 300 000 euros par an, reste mobilisable pour accompagner les lycéens et familles en difficulté face aux frais de restauration et d’hébergement en complément du Fonds Social Lycéen attribué par l’Etat ;

-       Le montant de la subvention « Secours, Risques et Sinistres » a été augmenté de 2,5 millions d’euros, soit un montant total de 3 millions d’euros en 2022 (dont plus de 468 000 euros ont déjà dépensés en 2022) ;

-       Le Fonds commun des services d’hébergement (FCSH) est mobilisé en priorité pour combler les déficits des Services de restauration et d’hébergement et les réparations urgentes. 

Plus de 300 conducteurs de bus recrutés sur le réseau NOMAD CAR pour la rentrée scolaire

 

En France, des milliers de postes de chauffeurs de bus sont vacants d'après la fédération nationale de transport de voyageurs (FNTV).

Afin de préparer au mieux la rentrée scolaire, la Région Normandie a lancé une grande campagne de recrutement au début de l'été qui a permis le recrutement de 300 chauffeurs de bus scolaires.

Si, à ce jour, il manque encore environ 70 chauffeurs pour assurer le transport scolaire en Normandie, la quasi-totalité des circuits scolaires pourra être maintenue grâce à la mobilisation de différents personnels au sein des entreprises de transport.

Certains ajustements ont dû néanmoins être mis en place par la Région et les transporteurs :  décalages de certains passages de bus de quelques minutes pour permettre à des conducteurs d'enchaîner deux circuits de ramassage, fusion de services, mobilisation de plus petits véhicules nécessitant un simple permis B… De rares suppressions de circuits scolaires interviendront dans l’attente de la prise de poste de nouveaux conducteurs. Les services de la Région sont en contact quotidien avec les communes et les intercommunalités concernées afin de trouver des solutions de substitution.

Ce travail d’ajustement du plan de transport initial a été conçu de façon à être le moins pénalisant possible pour les enfants et les familles.

Accompagner les lycéens normands dans leurs usages numériques

Pleinement mobilisée pour construire un environnement propice aux usages numériques des lycéens, la Région a lancé à la rentrée 2021 le « Pack Numérique Lycéen » afin de favoriser l’inclusion, lutter contre la fracture numérique, développer les compétences numériques des jeunes, faciliter la communication digitale au sein de la communauté éducative mais aussi éduquer aux médias et aux écrans. Elle y consacre 60 millions d’euros sur 3 ans.

Le « Pack Numérique Lycéen » prévoit notamment le prêt d’un ordinateur portable, à chaque lycéen entrant en seconde générale et technologique ou en 1ere année de CAP dans les établissements publics, privés et les MFR. Dans ce cadre, les 39 000 ordinateurs commandés par la Région seront progressivement distribués aux élèves à compter du 19 septembre.

En parallèle, la Région poursuit sa démarche innovante de médiation numérique engagée dans les lycées publics. 7 médiateurs numériques ont été recrutés depuis octobre 2021 pour dresser un état des lieux du numérique dans les lycées, identifier les freins (humains, techniques, organisationnels…) aux usages et impulser de nouvelles actions pour accélérer la transition numérique.

La Région continue, par ailleurs, de financer, les travaux de mise à niveau du réseau WIFI des lycées publics. Le wifi devrait ainsi être déployé dans l’intégralité des lycées normands d’ici le début de l’année 2023.

Enfin, 18 lycées (11 lycées relevant de l’Education nationale, 5 lycées privés et 1 lycée agricole public) sont, à ce jour, engagés dans l’expérimentation des manuels scolaires numériques.

Plan « Je mange Normand dans mon lycée » : Plus de la moitié des produits alimentaires servis dans les restaurants scolaires sont normands

La qualité de vie des lycéens passe aussi par l’amélioration de l’offre de restauration scolaire avec la poursuite des actions engagées dans le cadre du plan « Je mange normand dans mon lycée ».

Initié en 2017, celui-ci a pour ambition de valoriser l'agriculture normande, de soutenir les filières de proximité et de sensibiliser l'ensemble des acteurs de la restauration scolaire aux enjeux d'une alimentation de qualité et locale.

Ainsi, en 2021, 51 % des denrées alimentaires servis en restauration scolaire étaient normands. La part de produits normands servis en restauration scolaire augmente ainsi de 10 points par rapport à l'année 2018 et 62 lycées (sur 124) dépassent désormais la barre des 50 % de produits normands, contre seulement 23 en 2018. La part de produits issus de l’agriculture biologique progresse également. En 2021, 4,7% de produits bio servis dans les restaurants des lycées (dont 1,83% de produits bio normands), contre 1,43% en 2018.

Pour la période 2022-2027, de nouvelles propositions d’actions issues d’une concertation avec les acteurs normands de la restauration collective, seront soumises au vote des élus régionaux lors de l’assemblée plénière du 17 octobre 2022.

Réhabiliter et moderniser les lycées normands

La Région poursuit son vaste programme de réhabilitation et modernisation des lycées normands engagé depuis 2017 dans le cadre du Programme d’investissement régional.

Quelques exemples d’opérations finalisées durant l’année scolaire 2021-2022 :

-       la restructuration de la demi-pension et création d'espaces pour les agents du lycée Jean Jooris de Dives-sur-Mer (14) pour un montant de 2 millions d’euros ;

-       la restructuration des laboratoires et des salles de cours de sciences du lycée Salvador Allende d’Hérouville-Saint-Clair (14) pour un montant de 4,2 millions d’euros  ; 

-       L’agrandissement des pistes camions du lycée Marcel Mezen d’Alençon (61) pour un montant de 380 000 euros ;

-       La restructuration des ateliers des agents du lycée au lycée Emile Littré d’Avranches (50) pour un montant de 900 000 euros ;

-       La restructuration des blocs sanitaires de l’internet et la sécurisation du lycée agricole de Coutances (50) pour un montant de 1,7 million d’euros ;

-       L’Isolation Thermique par l’Extérieur (ITE), les menuiseries du bat B et la démolition du bâtiment logement de fonction du lycée Porte de Normandie de Verneuil sur Avre (27) pour un montant de 2,7 millions d’euros ;

-       La mise en conformité du désenfumage des ateliers du lycée Colbert de Petit Quevilly (76) pour un montant de 560 000 euros ;

-       La restructuration (réception Cuisine/laverie + Bat I et 13) du lycée Queneau d’Yvetot (76), pour un montant de 35 millions d’euros ;

- Le remplacement des menuiseries extérieurs du bâtiment principal du lycée Decrétot de Louviers (27), pour un montant de 600 000 euros.

 

Quelques exemples d’opérations en cours ou à venir :

-          La restructuration du pôle scientifique du lycée Henri Cornat de Valognes (50) pour un montant de près de 2,4 millions d’euros ;

-          La rénovation du bâtiment d’hébergement Cèdres, du dojo, du gymnase Coubertin et du théâtre de nature du Centre Sportif Normand d’Houlgate (14) pour un montant de 11,3 millions d’euros ;     

-          La restructuration de l'internat et de l'espace vente et accessibilité du lycée Sauxmarais de Cherbourg (50) pour un montant de 5,5 millions d’euros ;

-          Le ravalement et le remplacement des fenêtres des logements de fonction et internats du lycée Hébert d’Evreux (27) pour un montant de 540 000 euros ;

-          L’aménagement du Pôle infirmerie du lycée Prévert de Pont-Audemer pour un montant de 200 000 euros ;

-          Les travaux de l’internat du lycée Descartes/Maupassant de Fécamp (76) pour un montant de 2,3 millions d’euros ;

-          La sécurisation de l’entrée principale du lycée Lavoisier du Havre (76), pour un montant de 350 000 euros ;

-          La reconstruction des logements de fonction et de l’administration du lycée Fontenelle de Louviers (27) pour un montant de 5,9 millions d’euros ; 

-          La rénovation du gymnase lycée Maurois d’Elbeuf (76), pour un montant de 2,5 millions d’euros ;

-          Le regroupement du lycée Ader sur le site Lottin à Bernay (27) pour un montant de 40.9 millions d’euros ;

-          La construction d’un nouveau gymnase au lycée Jeanne d’Arc de Rouen (76), pour un montant de 8,5 millions d’euros ;

- Le remplacement des fenêtres du lycée Siegfried du Havre (76), pour un montant 2,1 millions d’euros ;

- L’extension et la restructuration des ateliers du lycée Jean Moulin aux Andelys (27) ; pour un montant de 20,1 millions d’euros.

Favoriser la transition écologique des lycées normands

Face à l’urgence climatique, la Région souhaite accompagner ses lycées dans une trajectoire de transition écologique. Dans cet objectif, la collectivité fait évoluer ses dispositifs :

-       L’achat de véhicules propres pour les établissements sera désormais privilégié ;

-       Un financement incitatif aux économies d’énergie, d’eau et de réduction des déchets est mis en place dès la rentrée scolaire 2022 (ex : soutien à l’installation d’économiseurs d’eau, l’installation de récupérateurs d’eau de pluie, l’aménagement des salles les plus exposées à la chaleur…) ;

-       L’évolution des pratiques pour l’entretien des espaces verts sera favorisée (ex : limiter la tonte et la taille des haies et les favoriser en fin de saison, supprimer l’utilisation des traitements phytosanitaires, offrir la possibilité aux apiculteurs de déposer leurs essaims, etc.) ;

-       L’achat de simulateurs pédagogiques numériques sera privilégié à partir de 2023, pour limiter la consommation de fluides et de matières premières consommables (bois, peinture, carburant, etc.) pour certaines formations professionnelles (notamment conduite d’engins et de véhicules) ;

-       Des actions de promotion d’une alimentation plus vertueuse sur le plan environnemental seront mises en place : proposition de menus végétariens, actions de sensibilisation à la réduction des déchets et à la lutte contre le gaspillage alimentaire, signalétique informative à l’attention des élèves sur l’origine des produits, leur impact sur la santé etc.) ;

-       Un référentiel sur les travaux d’aménagement des espaces extérieurs sera mis en place à partir de 2023 ;

  • De nouvelles formations professionnelles scolaires en lien avec le changement climatique seront mises en place partir de la rentrée scolaire 2024 ;

Développer les compétences transversales des lycéens normands

60 % des recruteurs déclarent que les compétences transversales des salariés sont aujourd’hui plus importantes que la maîtrise des compétences techniques. Par ailleurs, les jeunes issus des territoires ruraux se projettent en moyenne moins dans des études supérieures ambitieuses et ont également moins accès à des modèles inspirants pour leur choix d’orientation, de formation et de carrière.

Afin de développer l’ambition individuelle des jeunes Normands et développer leurs compétences transversales, la Région a mis en place depuis 2019 un partenariat avec l’association Chemins d’avenir pour accompagner une centaine de jeunes volontaires en classe de 4ème et de 1ère, inscrits dans 4 lycées généraux et 2 collèges ruraux de l’Orne et de l’Eure.

A ce jour, le programme de parrainage entre des lycéens et des mentors de Chemins d’avenir a permis d’accompagner 3 promotions d’une centaine de jeunes chacune.  Par ailleurs, le programme de développement des compétences transversales de Chemins d’avenir a mobilisé 14 lycées en 2021-2022 avec 19 ateliers thématiques collectifs (prendre la parole, découverte de parcours professionnelles, mes compétences transversales), 8 conférences inspirationnelles et 6 webinaires pour les jeunes filles, permettant de toucher près de 1700 lycéens.

En complément, la Région a sollicité l’association Article 1 pour intervenir dans les lycées professionnels à partir de 2020 avec le dispositif 3Job Ready" (sic! Ndlr: pourquoi ce recours au globish alors que notre Guillaume a importé le français outre-manche?). 128 lycéens de 6 établissements ont été mobilisés en 2020-2021, puis 1 808 lycéens de 17 établissements en 2021-2022 pour participer à des ateliers de découverte des compétences transversales et des codes professionnels pour faciliter la recherche de stage et emploi.

Ces différentes actions se poursuivront en 2022-2023, à l’échelle d’une quinzaine d’établissements avec Chemins d’avenir et d’une quinzaine d’autres établissements volontaires avec Article 1, permettant d’accompagner plusieurs milliers de jeunes normands.

 

 

Chiffres clés des lycées normands 

- 246 établissements (lycées et structures apparentées) accueillant 130 000 lycéens.

- 141 lycées publics accueillant 100 000 lycéens : 126 lycées relevant de l’Education Nationale, 13 lycées agricoles, 2 lycées maritimes.

- 105 lycées privés accueillant 30 000 lycéens dont 64 lycées confessionnels sous contrat, 7 lycées agricoles et 34 Maisons Familiales et Rurales (MFR).

3600 agents techniques chargés de l’accueil, de la restauration, de l’entretien et de la maintenance des locaux.

- 8,5 millions de repas servis par an dans les 129 restaurants scolaires des lycées publics normands.

- 118 millions d’euros de dépenses par an pour les transports publics routiers en Normandie (lignes régulières pouvant être utilisées par des scolaires et lignes spécifiquement scolaires). La Région transporte sur le réseau NOMAD 115 000 élèves dont 37 000 lycéens, pour un coût estimé de 1 000 euros par élève.

- 584 millions d’euros de travaux, soit 243 chantiers, ont été engagés dans les lycées publics dans le cadre du Programme pluriannuel d’investissements 2017-2022. De nouvelles opérations de travaux sont en préparation pour 2023-2028.