REVUE DE PRESSE NORMANDE au 26 août 2022

 C'est bientôt la rentrée et la rentrée normande n'a pas son marronnier mais son pommier...

Capture

Le programme:

 
9h30 : Accueil café
 
9h50 : Mot d’accueil par Catherine Morin-Desailly, Présidente de la commission «culture, tourisme et attractivité du territoire» de la Région Normandie et David Margueritte, Vice-Président de la Région Normandie et Président du groupe «La Normandie Conquérante»
 
10h00 : première table-ronde animée par Bertrand Deniaud, Vice-Président de la Région Normandie chargé des lycées et de l’éducation
Le système éducatif français : un modèle à réinventer ?
  • Sonia de la Provôté, Sénatrice du Calvados, Secrétaire de la commission culture, éducation et communication
  • Frédéric Dabi, Directeur Général Opinion du Groupe Ifop
 
11h : Remise des propositions 2021/2022 des Jeunes Normands Conquérants à Hervé Morin et bilan des activités du Club à l’occasion de ses trois années d’existence.
 
11h15 : seconde table-ronde animée par Hubert Dejean de la Bâtie, Vice-Président de la Région Normandie chargé de la Transition environnementale et énergétique et Président du Conservatoire du Littoral
Changement climatique : comment nous adapter aux réalités de demain ?
  • Valérie Létard, Vice-Présidente du Sénat, ancienne Secrétaire d’Etat chargée des technologies vertes et des négociations sur le climat
  • Yann Wehrling, ancien Ambassadeur de France délégué à l’environnement, Vice-Président de la Région Île-de-France chargé de la Transition écologique, du Climat et de la Biodiversité
  • Benoît Laignel, Membre du GIEC international et Co-Président du GIEC normand
  • Didier Feray, Président du Centre de sauvegarde de la Faune Sauvage « Le Chêne »
 
12h15 : interventions de clôture
  • Joël Bruneau, Maire de Caen
  • David Lisnard, Président des Maires de France, Président de Nouvelle Energie
  • Hervé Morin, Président de la Région Normandie
 
13h00 : Déjeuner
 

Pour s'inscrire:

https://my.weezevent.com/fete-de-la-pomme-2022


 Vraies solutions énergétiques et normandes: quelques nouvelles du projet de réacteur EPR à construire sur le site de la centrale nucléaire de Penly avec une nouvelle visite de la centrale de la part d'Hervé Morin, notre président normand qui sait, in petto, que le "et en même temps" à la sauce Macron entre un Nucléaire indispensable, d'un côté, et un Eolien inutile et coûteux de l'autre est impossible à tenir sur le long terme notamment en Normandie...

A lire le compte Linked In du directeur de la centrale nucléaire de Penly:

https://www.linkedin.com/posts/fran%C3%A7ois-valmage-9b25641_mardi-dernier-nous-avons-eu-le-plaisir-et-activity-6968606233620578305-exzS?utm_source=share&utm_medium=member_android

Mardi dernier (23/08/22), nous avons eu le plaisir et l'honneur d'accueillir Hervé MORIN, Président de la Région Normandie. Avec Alban VERBECKE, Délégué régional du Groupe, et Gabriel OBLIN, Directeur du Projet EPR2, nous avons présenté les nombreux enjeux industriels de la centrale à court et moyen terme. L'occasion également d'échanger sur le partenariat dans la durée avec le Conseil Régional, en particulier en matière de formation et de développement économique du territoire dieppois. Avec les responsables de filière, comme le GIPNO, Dieppe Méca Energies et la CCI Normandie, et les divers organismes de formation, l'écosystème se renforce durablement pour assurer une offre de compétences adaptée et suffisante et garantir localement le maximum de retombées.

1661445196042

On rappelle l'évidence: l'électro-nucléaire en Normandie, c'est plus de 6000 emplois dans notre région, d'après l'INSEE.

https://www.gazettenormandie.fr/article/plus-de-6-000-emplois-generes-par-l-activite-des-centrales-nucleaires-normandes


 Candidature de Rouen pour le titre de capitale européenne de la Culture en 2028: ils auraient intérêt à laisser tomber les misères intellectuelles et esthétiques de l'art con et temporain à la mode de Paris et de se tourner vers le grand large de nos racines scandinaves. Finalement, ils ont osé le faire... Enfin!

https://rouen2028.eu/martin-wahlberg-parrain-norvegien-de-rouen-seine-normande-2028/

Le chef d'orchestre norvégien Martin Wåhlberg fait partie des parrains de la candidature de Rouen au titre de Capitale européenne de la culture 2028.

martin-walhberg


Martin Wåhlberg a connu un succès considérable avec l’orchestre norvégien d’instruments d’époque Orkester Nord, et qu’il dirige depuis sa fondation en 2018 à Trondheim. Sous sa direction, Orkester Nord a atteint une renommée internationale considérable et rapide. Les enregistrements d’Orkester Nord avec le label Aparté ont suscité une grande attention.

Pourquoi j’ai accepté d’être parrain ?

Quand on m’a demandé d’être parrain de la candidature de la ville de Rouen pour être Capitale européenne de la culture j’ai immédiatement accepté, car Rouen est une ville qui me tient au cœur depuis très longtemps, et plus précisément depuis les années où, très jeune, j’ai fait, en tant que norvégien, toute ma scolarité de lycéen dans le très beau cadre historique du lycée Pierre Corneille. Rouen est une ville extraordinaire, avec une architecture splendide. C’est une ville qui a une longue histoire, et qui porte aussi les marques de l’histoire. Rouen est une perle. La proximité de Paris fait peut-être que, parfois, elle s’éclipse sous le poids parisien, mais Rouen est une ville qui mérite d’être connue pour elle-même. C’est la situation de Rouen, en Normandie, sur le fleuve qui lie la France au monde, avec une agriculture et un pays local et un contact avec le monde extérieur qui a toujours fait, et qui continue de faire la richesse de Rouen. Les temps changent et les moyens techniques évoluent, mais cet emplacement géographique tout à fait exceptionnel, et toutes les opportunités qu’il apporte, demeure. Il faut maintenant porter ces opportunités dans le vingt-et-unième siècle avec les moyens et les possibilités qu’offrent les nouvelles technologies pour construire le futur, avec, toujours, un ancrage local et une ouverture vers l’Europe. C’est le sens du projet de la ville de Rouen pour sa candidature européenne.

Ce que je vais faire pour la candidature

Pour ce projet, je peux être un ambassadeur et un porte-parole. Rouen est une ville qui, du fait de cette situation à la fois comme ville portuaire et ville fluviale, a, depuis toujours, tissé des liens très étroits avec des communautés internationales. C’est le cas, notamment, des pays du Nord. Rouen abritait par exemple, pendant le vingtième siècle, une église norvégienne pour les marins dans la flotte commerciale. Les vieux marins en Norvège connaissent tous, sans exception, la ville de Rouen. Mais ces réseaux, qui existent, doivent être cultivés et le renouvelés pour les générations nouvelles. Rouen est une ville qui mérite d’être mieux connue. Avec notre orchestre, Orkester Nord, nous nous proposons d’être, à travers nos activités internationales, et dans la mesure du possible, des ambassadeurs des idées portées par le projet de la candidature de la ville de Rouen.

Commentaire de Florestan:

La ville de Rouen pourrait passer commande à un compositeur norvégien ou français d'une symphonie ou d'un opéra mettant en scène ou évoquant Saint Olaf de Norvège baptisé en 1014 en la cathédrale de Rouen: ça nous changerait de la cuisine au woke!


 

Ce que veulent les roses? Des huîtres, pardis!

La filière ostréicole normande qui est la première de France pour sa production est, essentiellement, concentrée sur le littoral de la presqu'île du Cotentin ainsi qu'à l'ouest de celui du Bessin. En amont du cap d'Antifer, il n'y avait ou il n'y avait plus d'élevage d'huîtres à tel point que sur le littoral normand du Pays de Caux s'est développé l'activité d'affiner en bassin des huîtres venues d'ailleurs, notamment celles venues de la Normandie occidentale. Mais à Veules-les-Roses, des pionniers ont relancé l'ostréiculture locale malgré des conditions de marées moins favorables que sur la côte Ouest du Cotentin...

https://www.gazettenormandie.fr/article/a-veules-les-roses-annelyse-gauguelin-eleve-des-huitres-en-or

À Veules-les-Roses, Annelyse Gauguelin élève des huitres en or

2022-06-21-Veules-les-Roses-Huitres-medaille-d-or-GAZ76-LoPe-2

Sur la première marche du podium, Annelyse Gauguelin, ostréicultrice à Veules-les-Roses. Elle a remporté la médaille d’or au Salon de l’Agriculture 2022 pour son huître "La belle du Nordet". Une première pour elle et son associé et mari Emmanuel Maître.

Avec son muscle ferme et charnu et un taux de chair, croquant et sucré, atteignant les 14 %, comment résister à l’huître "La Belle du Nordet" ? Le jury du Salon de l’agriculture, lui, s’est laissé tenter et l’a couronnée en 2022 d’une médaille d’or. « Recevoir la médaille d’or au Salon de l’agriculture, c’est une vraie reconnaissance d’un travail acharné pour la qualité », se réjouit Annelyse Gauguelin, ostréicultrice.

D’autant que les conditions pour élever ces huîtres spéciales à Veules-les-Roses requièrent patience et précision. « Dans notre exploitation d’un hectare, la mer ne se retire qu’une seule fois par mois. Il faut donc aller sur site à la bonne date et nous avons 3/4 jours pour réaliser notre travail, après quoi la mer remonte. Il ne faut pas louper le coche », s’amuse l’ostréicultrice.

Une médaille qui dore l’image de l’entreprise

Pour remporter la médaille d’or, Annelyse Gauguelin a mis toutes les chances de son côté. « Le salon étant en fin février, c’est vrai que ce n’est pas la meilleure période pour nous pour concourir, car les huîtres sont plus maigres à cette période. Toutefois, avant d’aller au salon, j’ai sélectionné dans mon lot d’huîtres numéro 3, celles qui avaient les plus belles formes, la plus belle couleur de nacre, pas trop d’algues. Je regarde également les valves inférieure et supérieure. Et j’ai surtout pris soin de respecter le grammage noté dans le cahier des charges entre 66 et 85 grammes », confie l’ostréicultrice.

Même si cette médaille d’or ne va pas booster les ventes de son entreprise, car Annelyse Gauguelin est déjà au maximum de sa capacité en terme de clients, elle va tout de même permettre de donner une image de qualité à son huître. « C’est sûr que cette médaille d’or nous met en lumière, c’est une jolie publicité », assure Annelyse Gauguelin.

70 % des ventes à l’export

Chaque année, ce sont près de 60 tonnes d’huîtres qui sortent de son exploitation à Veules-les-Roses. Après avoir été ramassées, triées, lavées, les huîtres sont envoyées en grande distribution dans le Leclerc et l’Intermarché de Bayeux, mais aussi dans certains restaurants et poissonneries de la région, mais avant tout à l’export vers l’Espagne, l’Italie ou encore les Pays-Bas.« Quand je me suis installée en tant qu’ostréicultrice en 2008, il faut dire que le marché normand était déjà bien saturé. Alors pour me différencier de mes collègues qui travaillent déjà en région, j’ai fait le pari d’exporter en Europe. Aujourd’hui, 70 % de ma production part chez nos voisins», affirme Annelyse Gauguelin. Des voisins qui peuvent profiter d’huîtres en or.


 

A Rouen, bien évidemment, pavoisement minimaliste à l'entrée d'un lycée: heureusement que le logo du conseil régional de Normandie est un bon logo puisqu'il s'inspire directement de nos couleurs et formes héraldiques historiques...

Capture


 

A Rouen, toujours...

Roule-t-on vers un apartheid écolo-routier en faisant un excès de vitesse?

https://actu.fr/normandie/rouen_76540/zfe-a-rouen-quel-calendrier-pour-les-crit-air-4-et-5-dans-les-autres-metropoles-francaises_53334222.html

ZFE à Rouen. Quel calendrier pour les Crit'air 4 et 5 dans les autres métropoles françaises ?

La Métropole de Rouen étend sa ZFE aux véhicules Crit'air 4 et 5 dès le 1er septembre 2022. Un calendrier rapide comparé aux autres métropoles françaises ?

La réalité rapportée par cet article de presse contraste bien évidemment avec la com' orwellienne de la métropole de Rouen sur les fameuses mobilités...

https://www.metropole-rouen-normandie.fr/actualite/2022/la-metropole-capitale-des-mobilites-de-demain-37020

Capture d’écran 2022-08-24 à 15

Et c'est reparti pour l'arlésienne rouennaise! Le fameux "tram-train" jusqu'à Elbeuf: on en parle depuis aussi longtemps que l'on parle du contournement autoroutier complet de la métropole normande!

https://actu.fr/normandie/rouen_76540/nouveaux-metros-teor-rallonges-la-metropole-de-rouen-projette-l-avenir-de-ses-transports_52932279.html

Rêvons un peu en effet!

https://actu.fr/normandie/rouen_76540/avec-son-nouveau-reseau-de-transports-rouen-se-reve-en-capitale-des-mobilites-de-demain_53329723.html


GRAND'MESSE du politiquement correct énergétique annoncée à Caen le 15 novembre 2022:

https://mailchi.mp/anbdd.fr/lettre-anbdd-13675333?e=20399496f0

L'agence régionale normande du développement durable annonce sa grand'messe sur le thème, en autres, de la transition énergétique dans notre région: un vent de contestation va-t-il pouvoir souffler dans les bronches des brasseurs de vent officiels?

La Région Normandie et l'ANBDD ont le plaisir de vous annoncer que la 5e édition des Rencontres normandes du développement durable se déroulera le 15 novembre 2022 au MOHO à Caen avec pour thème “Les démarches et stratégies de transition”.

035f29e4-e8fd-8c05-7d2e-440460c239e9


 

Devant les "conseillers du commerce extérieur de la France", Hervé MORIN fait le point sur le commerce extérieur français qui passe par la Normandie: malgré les difficultés liées au Brexit, la Normandie renforce ses liens économiques, culturels et énergétiques avec le Royaume-Uni et l'Irlande... Mais il parle des éoliennes "off shore" hélas!

https://www.linkedin.com/posts/comit-national-des-conseillers-du-commerce-ext-rieur-de-la-france_interview-normandie-excellence-ugcPost-6967856374072410112-B2dx?utm_source=share&utm_medium=member_android


 

CAEN POUR LES NULS!

Et quand va-t-on parler de Caen enfin? Quand nous en aurons une bonne occasion... En attendant qu'elle se présente vraiment, la mairie de Caen a décidé de cancaner sur un mode léger sinon humoristique: on craint le pire! Heula... la!

https://actu.fr/normandie/caen_14118/colette-la-patronne-du-dollys-reveille-limage-de-caen-dans-une-web-serie_53341901.html

Colette, la patronne du Dolly's, réveille l'image de Caen dans une série !

Une web-série tournée à Caen est diffusée sur les réseaux sociaux depuis le 18 août. Un ancien de Canal+ l'a imaginée pour porter un regard "marrant" et "décalé" sur la ville.

2f7dcd9316036438dcd931603778dcv-960x640


 

Enfin! Ils ont compris: le Mont-Saint-Michel, par le train c'est quand même mieux via la Normandie et la ligne Paris-Granville-Pontorson... Pourquoi, en effet, faire cher et compliqué alors que l'on peut faire simple et modique?

Même les Bretons de Ouest-France sont obligés d'en convenir: débouler en TGV à la gare de Rennes pour se fader un autocar se tortillant jusqu'au Mont-Saint-Michel en Normandie, c'est d'un... ringard! Et en plus ça coûte cher!

https://www.ouest-france.fr/normandie/le-mont-saint-michel-50170/reportage-pourquoi-le-train-paris-le-mont-saint-michel-a-davantage-seduit-cet-ete-9c539fd8-1ca0-11ed-8c85-5b63ab2398ba

REPORTAGE. Pourquoi le train Paris-Le Mont-Saint-Michel a davantage séduit cet été

​Tout l’été, la SNCF propose une ligne qui relie Paris au Mont-Saint-Michel, avec un train jusqu’à Pontorson (Manche) puis une navette jusqu’au Mont. Mise en place pour la troisième année de suite, la ligne connaît cet été un grand engouement avec une fréquentation qui a doublé par rapport aux années précédentes.

« On est très fiers de cette ligne. » Lundi 15 août 2022, la gare de Pontorson (Manche) est fort animée. Le train en provenance de Paris à peine arrivé, la centaine de passagers et passagères descend et se hâte pour rejoindre l’un des deux cars garés sur le parvis. À peine trente minutes plus tard, ils seront tous et toutes arrivés au pied du Mont-Saint-Michel.

Tout l’été, la SNCF propose cette ligne pour relier la capitale à la Merveille. Lancée et financée par la Région Normandie, elle connaît cette année un engouement particulier. « Le principe est simple, proposer un aller-retour par jour entre Paris et Le Mont-Saint-Michel, avec un train jusqu’à Pontorson et une navette jusqu’au Mont », explique Cédric Patenay, directeur contrat à la SNCF.

« On chouchoute cette ligne »

« Cette année, la fréquentation a doublé par rapport aux années précédentes , révèle-t-il. On estime avoir retrouvé une grande partie de nos voyageurs habituels, y compris les voyageurs étrangers. » En 2020 et 2021, la ligne comptait environ 2 000 passagers par mois. Rien qu’au mois de juillet 2022, la ligne en a accueilli près de 4 000, et le mois d’août devrait suivre sur la même lancée.

Il faut dire que la SNCF a mis les bouchées doubles pour attirer son public. Quasiment tous les week-ends des mois de juillet et août, les voyageurs et voyageuses en gare de Montparnasse sont accueillis dans le train avec un caramel et une boisson chaude. Une guide les rejoint en gare de Villedieu-les-Poêles pour leur conter l’histoire du Mont et leur donner des conseils pratiques sur la visite du site. « On chouchoute cette ligne », sourit le directeur contrat, ajoutant que « tous les agents, les contrôleurs et les conducteurs de cette ligne sont Normands, ils ont un attachement particulier ».

Un prix attractif

Du côté des touristes, forcément, on est convaincus. « On nous a expliqué les moyens de transport, les restaurants, les informations à savoir sur Le Mont-Saint-Michel, c’était très pratique », détaille Martin, Américain venu visiter le Mont avec Chloé, Parisienne. Le prix – 27 € l’aller – en a lui aussi attiré plus d’un. À l’image de Nadja Pecheux et sa fille, originaires de la région parisienne, venues pour la première fois au Mont : « Le train n’était pas trop cher par rapport au bus, c’était plus rapide que le covoiturage, et reste quand même plus agréable ».

Si la ligne a vocation à perdurer chaque été, la SNCF envisage de l’ouvrir certains week-ends au printemps et à l’automne. Le reste de l’année, « la demande n’est pas suffisante pour proposer cette desserte », précise Cédric Patenay. Hors saison, il reste malgré tout plusieurs options : la navette depuis Villedieu-les-Poêles, le bus depuis Paris, la voiture personnelle ou le covoiturage.


 

A Granville, du 24 au 28 août 2022, on célèbre le patrimoine maritime local et régional avec le festival des "voiles de travail" qui fête, cette année, son dixième anniversaire:

https://www.facebook.com/festivaldesvoilesdetravail/

301491596_3202895533295759_2865231313243765649_n


 

Patrimoine régional: le conseil régional recrute un chargé de mission...

https://region-normandie.gestmax.fr/3206/1/charge-de-projets-developpement-du-patrimoine-h-f

Extrait de l'annonce:

Profil

Connaissances principales attendues sur le poste : 

  • Connaissance des procédures administratives et budgétaires propres à la collectivité ;
  • Connaissance des politiques patrimoniales (acteurs, enjeux) ;
  • Niveau de culture générale satisfaisant (sic!!!);
  • Formation supérieure, expérience dans une collectivité territoriale ;
  • Aptitude à gérer une instruction des fonds européens (FEDER).

Commentaire de Florestan:

Lors du dernier colloque sur la langue régionale et le patrimoine normand organisé au printemps dernier à l'abbaye d'Ardenne près de Caen, Hervé Morin avait demandé que les personnels administratifs de la région soient sensibilisés à l'histoire normande et au patrimoine régional en passant, dans le cadre de la formation continue,  la certification proposée par l'université de Caen et validée par l'octroi d'un diplôme d'études normandes...

Ne faudrait-il pas que ce futur chargé de mission soit astreint de passer cette certification universitaire spécifiquement normande? Car on peut craindre, en effet, que le "niveau de culture générale satisfaisant" ne soit jamais réellement atteint si l'on parle de la culture générale... normande!


 

"Peindre en Normandie", l'exceptionnelle collection de peinture qui appartient au conseil régional de Normandie est, désormais, basée au musée des Franciscaines de Deauville a son site internet: que la Normandie était belle sans éoliennes et sans le béton de l'après 1944!

https://peindre-en-normandie.fr/

Capture


 

Patrimoine musical normand en difficulté: à cause de la sécheresse exceptionnelle de l'été 2022, l'orgue historique de la cathédrale de Sées a de sérieuses difficultés pour chanter (cornements... claviers muets)

https://actu.fr/normandie/alencon_61001/orne-lorgue-de-la-cathedrale-de-sees-endommage-a-cause-de-la-secheresse-le-concert-de-dimanche-deplace-a-alencon_53202009.html


 

Avec l'arrivée de Sophie Noël, la région se dote d'une nouvelle directrice de la politique régionale du livre et de l'édition. On se posera, encore et toujours la même lancinante question:

S'agit-il de promouvoir, d'abord, la culture régionale normande ou de gérer, comme partout ailleurs, la culture sous prescription ministérielle parisienne en région?

 

Normandie Livre & Lecture, l'agence de coopération des métiers du livre en Normandie, accueille sa nouvelle directrice, Sophie Noël. 

En fonction depuis le 18 juillet dernier, Sophie Noël aura pour priorité de proposer un projet triennal (2023-2025) pour l’agence.

Le projet

Ce projet triennal devra permettre notamment de renforcer le rayonnement culturel et l’attractivité de la Normandie, terre d’écriture. Il consolidera les liens avec la filière de l’économie du livre et développera l’appropriation de l’agence par les professionnels du livre et de la lecture. Il approfondira la présence et l’action de l’agence dans les domaines de la lecture publique et du patrimoine littéraire et de leurs enjeux respectifs. Le projet visera ainsi à développer la filière, en structurant et en articulant les missions d’accompagnement, de valorisation et de développement culturel.

Particulièrement attachée au rôle d’ensemblier de l’agence, elle s’attachera à développer un dialogue régulier et fertile avec l’ensemble des acteurs du livre et de la lecture en Normandie, afin de les associer de façon ouverte et coopérative à la gouvernance et au projet de l’agence.

La dimension interprofessionnelle sera également présente dans le projet, en proposant des réflexions et des expérimentations interprofessionnelles, autour par exemple des questions de la transition écologique, des droits culturels, des liens entre patrimoine littéraire et tourisme ou encore de l’innovation numérique.

Parcours professionnel de Sophie Noël

Au cours de sa carrière professionnelle, principalement en tant que directrice des affaires culturelles, Sophie Noël a piloté des politiques publiques au sein de collectivités territoriales (Brunoy, Rouen), dans les champs de la culture, de la lecture publique ou de la vie associative. Elle a récemment opéré au ministère de la Culture autour des enjeux du numérique sur les politiques culturelles. La mise en réseau des acteurs et des écosystèmes, leur inscription dans leur territoire sont au cœur de ses préoccupations et de sa pratique professionnelle.