Manque de savoir-faire normand dans le faire-savoir,  guerre de Cent ans du camembert menée par des industriels peu scrupuleux, déconstruction culturelle du repas de famille traditionnel, nouvelles habitudes consumméristes et individualistes fabriquées par la publicité, fracture générationnelle, ringardisation d'une région "angle-mort", le trou normand à deux heures de Paris...

R

On ose poser ici la question:

Si le camembert était un fromage emblématique breton, serait-il devancé par le fromage à raclette et la mozarella?

La réponse serait évidemment négative car un camembert breton risquerait d'avoir le même standard de qualité gustative et organoleptique qu'un fromage à raclette qui n'a jamais vu un alpage suisse ou une mozarella qui n'a jamais vue l'Italie: l'époque est à la médiocrité en tout et c'est le propre de toute période de décadence...

Dans ce contexte difficile, il est donc normal que le camembert normand, mais probablement aussi les autres fromages régionaux qui ont encore de l'authenticité et du caractère, soit détrôné par des plâtres aseptisés...

Mais de là à ne rien faire!

Il faut donc, réagir! 

La région Normandie va devoir mettre en oeuvre un plan de préservation et de valorisation de l'image du camembert: il serait temps d'arrêter la guerre du camembert. C'est urgent!


 

Le camembert en passe d'être devancé par le fromage à raclette et la mozzarella (lefigaro.fr)

Le camembert en passe d'être devancé par le fromage à raclette et la mozzarella

Les ventes de l'incontournable fromage normand, moins adapté aux nouvelles habitudes de consommation, chutent depuis cinq ans.

43.860 tonnes de camembert ont été achetées par les ménages en 2021, rapporte les données de Kantar publiées par FranceAgriMer. Si le camembert reste le deuxième fromage le plus vendu derrière les 148.757 tonnes d'emmental consommées par les Français, il est en passe d'être rattrapé par le fromage à raclette (38.997 tonnes) et la mozzarella (38.545 tonnes).

Un boom de plus de 55% des ventes pour la mozzarella

En effet, ses deux concurrents connaissent, ces cinq dernières années, un boom de leurs ventes : +34 % pour le fromage à raclette et +55,4 %. pour la mozzarella. À l’inverse, le camembert affiche une chute de 18,3% . Ses deux challengers, quant à eux, parviennent même, entre 2020 et 2021, à voir leurs ventes augmenter (+2,3 % pour la raclette et +1,8 % pour la mozzarella), alors qu'elles reculaient pour le reste du rayon fromages.

Les raisons de leur succès proviennent de leur utilisation en tant qu'ingrédients dans les plats. Au contraire, le camembert est un élément mythique des plateaux de fromages, de moins en moins plébiscités par les ménages. Un manque d'adaptation de sa consommation qui pourrait lui coûter sa seconde place dans les prochaines années.

En terme de valeur, le camembert déjà vaincu

D'autant qu'en termes de valeur des ventes, l'étude révèle que le camembert a d’ores et déjà perdu. Auparavant troisième derrière l'emmental et le comté, la raclette était déjà passée devant le fromage normand en 2019. L'an dernier, c'est finalement la mozzarella qui l'a rattrapé.

Pour l'année 2021, la tendance ne s'inverse pas puisque la raclette rapporte 388,69 millions d'euros et la mozzarella 329,72, contre 319,18 millions d'euros pour le camembert. Malgré tout, le petit fromage rond n'a pas dit son dernier mot et tente de se renouveler en prenant la forme de croques ou de bouchées.


 

Commentaire de Florestan:

Il faudrait à la demoiselle du Figaro que "le petit fromage rond qui n'a pas dit son dernier mot" en tentant de "se renouveler en prenant la forme de croques ou de bouchées" ne peut plus être appelé un "camembert" et, a fortiori, un "camembert de Normandie".

Il faut promouvoir le camembert ET la Normandie en renouvelant l'image que le grand public peut avoir du camembert et de la Normandie: il y a du boulot!

Un grande débarque des AOC fromagères normandes en Bretagne, en région parisienne, sur la Côte d'Azur serait possible! On le fait avec succès déjà avec la coquille Saint-Jacques et les gens du Beaujolais le font avec leur vin nouveau non sans succès.