Votre serviteur vient seulement d'avoir accès à un article paru fin mai dans un média normand qui se démarque des "merdias" occupant les créneaux horaires (*)et les pages envahis de grossière propagande alimentée par "la voix de son maître" (pardon M. Marconi)...

En voici la copie :

     Outre qu'il comprend une référence historique à l'histoire anglo-franco-normande, ce billet de Vilère fait preuve d'une subtilité devenue rare par les temps qui courent...

     Ce n'est pas la première fois que j'attire l'attention sur un hebdomadaire normand sur lequel un quotidien régional du grand ouest ayant des prétentions de grand quotidien national pourrait prendre exemple dans le traitement de certains sujets de politique étrangère...

(*) voir LCI, pour ne citer que cette station que je regarde par nécessité les tympans crispés pour m'exprimer en connaissance de cause sur la surenchère otanolâtre russophobe...

Sapeur de fond s/c Sire de Sei


Précision:

L'hebdomadaire "le Courrier cauchois" (Pays de Caux) a été repris il  y a quelques années par le groupe multi-médias 100% indépendant normand Leclerc qui possède aussi l'hebdomadaire "la Manche Libre" (Cotentin et Avranchin) et le réseau radiophonique  et d'informations gratuites (sur Internet et sur papier à Caen, Rouen et Le Havre) Tendance Ouest. Le groupe Leclerc est  basé à Saint-Lô et défend à lui seul une certaine autonomie médiatique normande face au groupe belge Rossel (Paris-Normandie) ou face au géant Ouest-France-Publihebdo qui avec la plateforme Actu.fr a littéralement liquidé l'autonomie éditorial des 29 hebdomadaires locaux normands à la notable exception, donc, du Courrier Cauchois et de la Manche Libre.