Une orque fait du tourisme dans l'Axe Seine en remontant la Seine:

Elle a été aperçue au niveau du pont Flaubert à Rouen. Précisons qu'il ne s'agit pas d'une performance d'art contemporain commandée par le FRAC ou installée à l'initiative d'Anne Hidalgo ou d'Edouard Philippe qui, au Havre, a déjà fait venir une statue d'Emmanuel Macron portant sur son dos un gros éléphant avec force et courage...

https://www.paris-normandie.fr/id309382/article/2022-05-24/lorque-reperee-sous-le-pont-de-normandie-continue-de-parcourir-la-seine-et?utm_source=mailing&mgo_eu=b00E80C&mgo_l=29b0925e-1578-4540-8def-41e135e68892.7.2&utm_campaign=mediego-matin&utm_medium=email

L’IMAGE. L’orque repérée sous le pont de Normandie continue de parcourir la Seine et s’approche de Rouen

B9731012700Z

Repérée par des remorqueurs du Havre la semaine dernière, l’orque continue de parcourir la Seine. Lundi 23 mai 2022, des promeneurs ont retrouvé sa trace à Yainville, près de Rouen.

Il semblerait qu’une orque, repérée par des remorqueurs sous le pont de Normandie, souhaite imiter le Francilien Arthur Germain en parcourant la Seine à la nage.

« On regarde à l’horizon et on aperçoit un aileron qui surgit de l’eau, en se demandant ce que c’était, explique le pêcheur Clément Thomas à Brut. L’orque est apparue, est sortie de l’eau, elle a fait un saut. On était étonnés, très impressionnés de voir une orque sur les côtes normandes, et de se voir sa beauté dans son milieu naturel ».

L’orque en balade dans la Seine

nterrogé par nos confrères de 76 Actu, Sébastien Jacquot, chargé de mission au sein de l’association affirme qu’« elle fait des allers-retours. Elle va assez loin dans les terres, ce qui est surprenant ».

L’animal, mesurant entre 3 et 4 mètres, poursuit sa balade dans le fleuve depuis une semaine. Le Groupe d’étude des cétacés du Cotentin (Gecc) a reçu plusieurs signalements indiquant sa présence jusqu’au bac de Yainville.

Reste à savoir jusqu’où l’animal s’arrêtera. Pour Sébastien Jacquot, l’animal proviendrait d’une population qui se trouve « du côté de l’Irlande ». Bien que son espèce vive le plus souvent en groupe, il se peut qu’elle se soit éclipsée, « par curiosité », ou pour chasser.