• Le Prince-président Macron comme nous vous l'avions déjà annoncé ici-même, est en visite au Havre, le port d'attache d'Edouard Barbe blanche commandant du remorqueur l'Abeille Philippe. Le Prince-président doit assister à la mise à l'eau de son nouveau paquebot pour sa prochaine croisière quinquennale. Bien entendu, la ville du Havre est bouclée ...

https://actu.fr/normandie/le-havre_76351/dans-les-rues-du-havre-la-circulation-perturbee-par-la-visite-d-emmanuel-macron_50219953.html

Des secteurs du Havre bouclés pour la visite d'Emmanuel Macron : la circulation perturbée

Alors que le président de la République est attendu à la mi-journée au Havre, certaines rues de la ville sont d'ores et déjà bloquées ce jeudi 14 avril 2022 au matin. Précisions.

Attention si vous comptez vous rendre dans le centre-ville du Havre (Seine-Maritime) ce jeudi 14 avril 2022. En raison de la visite du président de la République, en campagne dans le fief de son ancien premier ministre aujourd’hui, certaines rues ont été fermées à la circulation.

Le secteur du MuMa fermé

Dès mercredi soir à 23 heures, le secteur du musée André-Malraux, où l’arrivée d’Emmanuel Macron est prévue un peu après midi, a notamment été bouclé. Les rues qui bordent le MuMa ont été fermées, et devraient le rester jusqu’à 20 heures ce jeudi.

À noter que le président se rendra ensuite, à 15 heures, sur le port pour assister à des opérations de chargement et déchargement. Enfin, il doit se rendre à 16h45 quai Joannès-Couvert pour visiter l’usine de production de pales et nacelles d’éoliennes off shore de Siemens Gamesa.

Commentaire de Florestan:

Macron ? C'est du vent... vendu!

Voir aussi:

L'élégant tourne-veste du dandy Cazeneuve...

https://actu.fr/normandie/cherbourg-en-cotentin_50129/dans-une-video-bernard-cazeneuve-appelle-a-voter-sans-hesitation-pour-macron_50173116.html


  •  Il est finalement plus intéressant de regarder où l'on a mis Marine Le Pen en tête au premier tour des élections présidentielles: ce qui reste de la gauche normande aurait bien de quoi méditer pour sa prochaine "université" d'été...

https://actu.fr/normandie/caen_14118/ces-communes-du-calvados-ou-marine-le-pen-est-arrivee-en-tete-du-1er-tour-de-la-presidentielle-2022-2_50129310.html


  •  Ne pas oublier que le 8 mai c'est aussi la fête de la Sainte Jeanne d'Arc: malgré l'inclination de la municipalité rouennaise actuelle pour le wokisme made in USA, les fêtes johanniques auront bien lieu... Mais pas à la date prévue!

https://actu.fr/normandie/rouen_76540/rouen-defile-combats-camp-medieval-la-ville-annonce-des-fetes-jeanne-d-arc-xxl_50193840.html?utm_source=newsletter&mgo_eu=d87a06ae983112eee12bf145a99b7dc6&mgo_l=5f3e90df-dee9-4272-9b87-39bbce224107.41.6&utm_campaign=mediego_liberte_caen&utm_medium=email

Rouen. Défilé, combats, camp médiéval... La Ville annonce des Fêtes Jeanne d'Arc XXL

FQNWFPHXoAMvFua

La Ville de Rouen et ses partenaires (Vitrines de Rouen, Office de tourisme, Historial et Donjon...) vont organiser des Fêtes Jeanne d'Arc de grande ampleur, pendant 10 jours.

Jeanne d’Arc va avoir des fêtes à la mesure de son importance à Rouen (Seine-Maritime) — là où elle été jugée, brûlée puis réhabilitée —, avec les « Nouvelles fêtes Jeanne d’Arc », prévues du 20 au 29 mai. Au programme : défilé, marché médiéval, animations fantastiques et médiévales etc., en plus des cérémonies protocolaires habituelles, dans un esprit résolument festif, ludique et familial.

Stéphane Bern parrain des « Nouvelles fêtes Jeanne d’Arc »

Et l’événement aura pour parrain une personnalité bien connue, Stéphane Bern, venu récemment en tournage à Rouen dans le cadre d’une émission sur Flaubert, et promoteur de la restauration de l’abbatiale Saint-Ouen. Il sera présent à Rouen lors de ces « Nouvelles fêtes Jeanne d’Arc », samedi 28 mai.

Le rendez-vous durera 10 jours, sur deux week-ends, donc, dont celui du jeudi de l’Ascension, du 26 au 29 mai (pour ceux qui feront le pont). Ces quatre jours s’annoncent particulièrement animés. Pêle-mêle, au cours de cette fête foisonnante, on trouvera : un camp médiéval square Verdrel avec découverte des métiers (ferronnerie, calligraphie, tissage, orfèvrerie, poterie, taille de la pierre, travail du bois, vitraux…), des combats médiévaux, des danses, des fanfares, des spectacles de feu, des visites thématiques avec l’Office de tourisme, un rassemblement d’enfants sur les quais rive gauche le mercredi, un ciné-concert à l’Abbatiale Saint-Ouen le vendredi… Une quarantaine de troupes et une cinquantaine d’exposants sont attendus. 

Le défilé, qui rassemblera tout ce beau monde et le grand public, invité à venir costumé, aura lieu samedi 28 mai à 17 heures. L’ensemble se veut assurément grand public, et au-delà de la figure de Jeanne d’Arc et de son environnement médiéval, les animations puiseront également dans les univers féériques et fantastiques, à l’image du salon Normmania

Univers médiévaux et fantastiques

Sous cette forme, il s’agit d’un première, mais la volonté de la Ville de Rouen et de ses partenaires est bien d’instaurer un nouveau rendez-vous annuel d’envergure. À voir dans les prochaines années comment l’intégrer dans le calendrier, sachant qu’en 2023 il y aura l’Armada, puis en 2024 le festival Normandie impressionniste et les Jeux Olympiques. 

L’événement associe de multiples partenaires : Ville de Rouen, Vitrines de Rouen (en première ligne de l’organisation des animations médiévales), Ocar (Office du commerce et de l’artisanat), Historial et Donjon, Office de tourisme, diocèse de Rouen, Métropole Rouen Normandie, Région Normandie et Département de la Seine-Maritime.

infos pratiques : 
« Nouvelles Fêtes Jeanne d’Arc », à Rouen, du 20 au 29 mai 2022. 
Retrouvez le programme complet en cliquant sur ce lien.


  •  La restauration écologique de l'Orne doit se faire dans le respect de toutes les contraintes et de tous les intérêts: les poissons doivent passer mais delà à supprimer biefs et moulins qui existent depuis des siècles...

https://actu.fr/normandie/argentan_61006/restaurer-la-continuite-ecologique-dans-lorne-un-laisser-passer-pour-les-poissons_49645006.html

Restaurer la continuité écologique dans l'Orne : un laisser-passer pour les poissons

Faire attention à la qualité de l'eau, c'est aussi protéger la biodiversité. Dans le pays d'Argentan (Orne), les syndicats d'eau veillent à la continuité écologique.

(...)

Les moulins en question

Parmi les problèmes que le syndicat rencontre : pas suffisamment de poissons, trop de nitrates ou de pesticides… Et parmi les solutions : la mise en place de clôtures en bordure de champs pour éviter que les bêtes d’élevage ne viennent dégrader les berges ; la suppression d’ouvrages hydrauliques qui n’ont plus d’utilité et le remplacement de buses agricoles par des passerelles ; mais aussi toute action qui permet le passage des poissons.

Source de crispation : les moulins. La potentielle suppression de ces ouvrages, qui forment un patrimoine séculaire et peuvent servir à produire de l’électricité pour certains riverains, a fait débat l’été dernier à l’Assemblée nationale. « Leurs vannes forment de vrais barrages pour les poissons », explique Pierre Loridon.

Lire aussi sur le même sujet:

https://www.ouest-france.fr/normandie/vernon-27200/dans-l-eure-la-seine-polluee-sur-plusieurs-kilometres-a-hauteur-de-vernon-db1018a8-bb40-11ec-9b9e-5179f805a905


  • Forges-les-Eaux est avec Bagnoles-de-l'Orne la seconde station thermale normande... Mais qui sait qu'il y a deux stations thermales en Normandie?

https://actu.fr/normandie/forges-les-eaux_76276/forges-les-eaux-a-l-honneur-dans-le-documentaire-la-normandie-hors-saison_50210874.html

casino-de-forges-les-eaux-c-drones-smart-images-960x640-960x640


  •  A Rouen, le vandalisme des tags... La ville assure qu'elle fait tout ce qu'elle peut. Est-ce vraiment le cas?

https://actu.fr/normandie/rouen_76540/trop-de-tags-a-rouen-on-intervient-aussi-vite-que-possible-assure-la-ville_50198159.html

  • A Caen, un certain nombre de citoyens ont été radiés des listes électorales et n'ont pu aller voter le 10 avril dernier: là encore, la ville assure qu'elle fait tout ce qu'elle peut. Est-ce vraiment le cas?

https://actu.fr/normandie/caen_14118/presidentielle-2022-electeurs-radies-a-caen-je-ne-comprends-pas-pourquoi_50175976.html


  • A Courseulles-sur-Mer le Canada fait officiellement savoir qu'il s'oppose à un projet immobilier sur l'emprise des plages du Débarquement de juin 1944.

https://actu.fr/normandie/courseulles-sur-mer_14191/projet-immobilier-sur-un-site-du-d-day-en-normandie-le-canada-sengage_50201342.html

Projet immobilier sur un site du D-Day en Normandie : le Canada s'engage

Mercredi 13 avril 2022, des représentants du gouvernement canadien sont venus soutenir le centre Juno Beach à Courseulles-sur-Mer (Calvados), où un projet immobilier inquiète.

« Juno est un site de sacrifice »

C’est là qu’est arrivé Lawrence MacAulay mercredi 13 avril 2022. Le ministre des Anciens Combattants du Canada est venu « en soutien des équipes du centre Juno », explique-t-il. « Juno est un site de sacrifice et d’histoire commune pour le Canada et pour la France. »

Je veux communiquer au gouvernement français à quel point le devoir de mémoire est important.

Lawrence MacAulay, ministre des Anciens Combattants du Canada
Commentaire de Florestan:
Le Macron de la loi dite "ELAN" conchie le patrimoine qu'il soit paysager, littoral ou... mémoriel!
Voir aussi:
Des bancs du souvenir sur les plages du Débarquement... Comme en Angleterre.
https://www.ouest-france.fr/normandie/crepon-14480/en-normandie-des-bancs-du-souvenir-pour-rendre-hommage-aux-veterans-du-d-day-cf05ce8a-b664-11ec-82d3-a0c4b0db3b06

  • Dimitri Rogoff jugé trop mou dans le combat contre les éoliennes marines ou dans le suivi des conséquences du Brexit, jugé aussi "trop bas-normand"... pourrait être remplacé par le Dieppois Pascal Coquet à la tête du comité régional des pêches de Normandie lors des prochaines élections professionnelles... Prière de ne pas rallumer la guéguerre entre Hauts et Bas comme le voudraient les journalistes localistes crasseux qui ne s'intéressent pas sérieusement à la Normandie car de puissants intérêts communs devraient unir nos pêcheurs: éoliennes, Brexit, arrivée des navires industriels hollandais dans nos eaux territoriales. Tout le monde est concerné !

https://actu.fr/societe/pascal-coquet-se-presente-a-la-tete-du-comite-regional-des-peches-de-normandie_50207139.html

Pascal Coquet se présente à la tête du comité régional des pêches de Normandie

Le comité régional des pêches de Normandie organise ses élections le 27 avril 2022. Le Dieppois Pascal Coquet se présente à la présidence de la structure.

Va-t-il y avoir du changement à la tête du comité régional des pêches de Normandie ? Les prochaines élections sont imminentes, elles auront lieu le 27 avril 2022. Pascal Coquet, le Dieppois de l’étape se présente, contre Dimitri Rogoff, l’actuel président. Serait aussi en lice Vincent Lamidel, du Tréport.

Actuellement premier vice-président du comité régional, Pascal Coquet, âgé de 62 ans, a été armateur au port de Dieppe. Sa plus grande fierté lors de son mandat : avoir réussi à trouver un terrain d’entente avec les Anglais, qui impunément se rendaient dans les eaux françaises pour pêcher la coquille Saint-Jacques, sans restriction dans le temps.

Mobiliser les votants

Pascal Coquet se présente sous la bannière de la CFDT. Il souhaite mobiliser le plus de votants possible. « Aux dernières élections, seulement 140 votes ont été comptabilisés dont 70 nuls, sur 2 500 pêcheurs inscrits », souligne le vice-président du comité régional des pêches de Normandie.

Le Haut-Normand veut notamment redonner de la place à son territoire, « trop souvent oublié par l’actuel président Dimitri Rogoff ».

« La fusion ne s’est pas faite. De nombreuses licences sont attribuées aux Bas-Normands. »

Pascal Coquet

En Seine-Maritime, sur 84 navires au minimum, seulement 54 ont la licence baie de Seine. « Les autres attendent », lance Pascal Coquet.

À lire aussi

Accès facilité aux licences

D’ailleurs, il souhaite un accès plus facile à l’obtention de licences, selon les disponibilités : « Actuellement, les armateurs sont obligés de créer des sociétés pour les léguer à leurs enfants. Il n’y a plus rien pour les jeunes ! » Et « sans la licence baie de Seine, les banques ne prêtent pas ».

Les licences permettent aussi de diversifier l’activité, de tendre à la polyvalence des bateaux. « Imaginez qu’il y ait un jour un problème sanitaire dans la Manche… »

Par ailleurs, dans son programme, Pascal Coquet ne compte pas changer le mode de gestion de la baie de Seine, telle qu’il a été établi par les pêcheurs, il y a plusieurs années : ni la taille des bateaux, ni les contingents, ni le matériel…

Des référendums

Il mettrait en place des référendums quant aux grands projets dans l’espace maritime. Comme pour l’implantation d’éoliennes en mer. « Le monde de la pêche doit être concerté. »

S’il est élu, Pascal Coquet créera aussi un groupe de travail pour encadrer l’effort de pêche en Manche Est. C’est-à-dire réfléchir sur la cohabitation avec les bateaux étrangers comme les Hollandais qui pratiquent la senne de fond. « La ressource sur nos côtes diminue, note le Dieppois. Ils viennent parfois dans les 12 milles nautiques et dans la baie de Seine ».

Il instaurera également une commission baie de Granville, afin de traiter tous les problèmes de gestion et de cohabitation post Brexit, dans cette zone sensible.

Commentaire de Florestan:

Autre reproche fait à Dimitri Rogoff, le président sortant, c'est d'avoir inutilement boycotté l'entrevue avec le candidat Eric Zemmour avec les pêcheurs normands à Port-en-Bessin en février dernier...


  •  Justement à Granville, les pêcheurs normands sans licence pour pêcher dans les eaux territoriales de Jersey se mobilisent car tout le monde s'en fout à Paris, Bruxelles et Londres !

https://www.ouest-france.fr/mer/peche-a-jersey-une-negociation-pour-les-pecheurs-sans-licence-a-granville-1476d66a-b752-11ec-91b4-4cb12076d3f2

Pêche à Jersey. Une négociation pour les pêcheurs sans licence à Granville

Une dizaine de pêcheurs granvillais sans licence pour Jersey ont été reçus à la mairie de Granville vendredi 8 avril 2022. Un nouveau front de négociations se dégage.

La grogne monte chez les pêcheurs granvillais privés de licence de pêche dans les eaux de Jersey. Quelques-uns ont été reçus, vendredi 8 avril à la mairie de Granville (Manche) par le maire Gilles Ménard, le député de la Manche Bertrand Sorre, la vice-présidente de la Région Normandie Claire Rousseau, le conseiller départemental de la Manche Yvan Taillebois et le président de l’intercommunalité Granville Terre et mer Stéphane Sorre. Une réunion « informelle » pour tenter de défendre une nouvelle fois les droits perdus depuis l’annonce du Brexit en décembre 2019.

Inquiétudes

L’occasion pour les élus de montrer leur volonté de reprendre pied dans la négociation. « Je suis inquiet à titre personnel. La filière de la pêche granvillaise est menacée à moyen terme car le nombre de bateaux va baisser, regrette le maire Gilles Ménard. Et cela créera un effet d’aubaine pour les ports bretons. Saint-Malo ouvre déjà son port de manière plus intensive aux Jersiais… »

Les élus normands proposent de reprendre une négociation directe avec le gouvernement de Jersey. Pas si facile, répond Dimitri Rogoff, président du Comité régional des pêches de Normandie : « Jersey a très bien utilisé le Brexit à ses fins pour mettre dehors nos bateaux… Et ils ont divisé les pêcheurs français. »

Et les accords de la baie de Granville ?

« Alors, c’est mort ? », réplique Raphaël Chayla, patron du Suzanga. Les pêcheurs sans licence crient leur ras-le-bol. « On a attendu, on a écouté les promesses du ministère de la Mer, les menaces de mesures de rétorsion qui n’ont jamais été mises à exécution… Et aujourd’hui, on est seuls. »

Des élections sont prévues à Jersey et le gouvernement actuel sera en période de réserve à partir du mardi 10 mai 2022. « Il ne faut pas attendre qu’une nouvelle équipe soit nommée, il faut inviter le gouvernement ici, à Granville, avant le 10 mai pour entamer des discussions. » Autre souhait : un audit juridique. « Il faut que l’on sache une fois pour toutes si les accords de la baie de Granville [préexistant au Brexit] sont bel et bien caducs », ajoute Gilles Ménard.

Deux ans après l’annonce du Brexit, la question paraît lunaire et pourtant : « Nous avons demandé confirmation aux services de l’État, appuie Didier Leguelinel, responsable du comité des pêches de Granville. On a toujours eu une réponse évasive… Les pêcheurs ont aujourd’hui énormément de mal à faire confiance à une administration qui a fait preuve d’une naïveté coupable. On ne va pas réécrire l’histoire mais continuer à l’écrire autrement. »


 Commentaire de Florestan:

La seule approche possible est l'approche résolument normande en utilisant la méthode de la subsidiarité régionale, en rappelant la présence d'intérêts et d'héritages culturels et économiques communs et séculaires entre la Normandie et les îles anglo-normandes.

Sur le dossier de la "baie de Granville" ou de la "mer commune" dans le golfe anglo-normand, il revient à Hervé MORIN de reprendre le dossier totalement en mains!


  •  TRAHISON TOTALE !!! On dirait même un poisson d'Avril... Eh bien non!

https://actu.fr/normandie/dieppe_76217/la-future-a110-bientot-produite-en-angleterre_50209799.html

La future Alpine A110 sera-t-elle produite en Angleterre ?

Mardi 12 avril 2022, le journal La Tribune a annoncé que le groupe Renault envisage de déménager la production de la future Alpine A110 en Angleterre.

« Nous, on tombe des nues. Comme d’habitude, nous apprenons tout via les médias et internet, nous ne sommes pas au courant. »

Christophe Réal, représentant syndical CGT sur le site Alpine de Dieppe (Seine-Maritime) semble abattu.

Mardi soir, c’est via les réseaux sociaux qu’il a découvert que Renault envisage de délocaliser la production de la future Alpine A110 en Angleterre.

L’hypothèse est sur la table

Une bombe lâchée via le journal La Tribune qui explique que si la décision n’est pas encore prise « l’hypothèse est bien sur la table et étudiée par le groupe Renault ».

Alors que tout semblait aller pour le mieux pour les salariés de l’usine de l’avenue de Bréauté, cette information les replonge dans le doute parce qu’elle n’apparaît pas comme complètement farfelue.

En effet, la future A110 sera un modèle électrique et sera développée par Renault en partenariat avec Lotus, un constructeur anglais.

Travail commun avec Lotus

Les deux firmes sont d’ailleurs en train de travailler sur le nouveau châssis qui sera adapté à l’A110 et à un autre modèle Lotus.

L’A110, modèle emblématique de la marque dieppoise, qui a toujours été produite dans la cité aux quatre ports pourrait donc réellement devenir une voiture anglaise.

Alors faut-il que les salariés de l’usine dieppoise s’inquiètent ? Pas forcément si l’on en croit les promesses faites par Luca De Meo, le directeur général de Renault, lors de sa venue à Dieppe, le 28 janvier 2022.

Il nous avait fait comprendre à nous, les représentants syndicaux, qu’il fallait s’attendre à ce que nous ne produisions plus l’A110 parce que nous n’aurions plus le temps de le faire une fois le SUV lancé.

Christophe Réal Représentant syndical CGT d'Alpine Dieppe

Trop de travail avec le SUV ?

Pour rappel, le début de la production du SUV électrique à Dieppe est programmé entre la fin de l’année 2024 et le début de l’année 2025.

Pour le moment, le nom du modèle est inconnu tout comme le volume de production envisagé par Renault.

Pour les syndicats, la perte de l’A110 aurait un impact aussi symbolique qu’économique.

« L’A110, c’est une voiture mythique, un symbole made in Dieppe. C’est un mauvais message envoyé aux salariés, c’est une vraie douche froide » regrette Fabien Gloagen, délégué syndical Force ouvrière Renault.

Alpine se veut rassurant

De son côté, Alpine veut se montrer rassurant. « Aujourd’hui, il n’y a pas de décision prise sur le sujet » nous a indiqué la marque via son service communication.

Si l’entreprise reconnaît que toutes les hypothèses sont sur la table, l’avenir de l’usine de Dieppe est assuré.

« Dans tous les cas, l’usine de Dieppe va avoir beaucoup de travail avec le SUV dont les volumes de production seront bien supérieurs à ce qui se fait actuellement avec l’A110. »

Par ailleurs, Sébastien Jumel, le député de la 6e circonscription de Seine-Maritime s’est entretenu avec Jean-Dominique Sénard, président du groupe Renault au téléphone aujourd’hui, mercredi 13 avril 2022. 

« L’usine de Dieppe produira à partir de 2024 un véhicule familial de type SUV à moteur électrique sur ses chaines, au moment où l’Alpine A 110 à moteur thermique, qui a marqué la relance de la marque dieppoise, achèvera sa carrière. La direction de Renault confirme ses objectifs en termes de volume de production avec un prévisionnel de 20 000 véhicules/an produits à Dieppe en rythme de croisière, ce qui devrait entraîner le doublement des effectifs salariés. Dieppe reste le centre de gravité de la marque » assure l’ancien maire de Dieppe.

L’avenir de l’usine de l’avenue de Bréauté est donc assuré.

Commentaire de Florestan: méfité, méfité co, méfité tréjou!


  •  Toujours le front de l'avenir de la filière automobile en Normandie, le renforcement du pôle d'innovation et de recherche de Faurécia de Caligny entre Flers et Condé-sur-Noireau avec l'arrivée de Thermocoax le leader mondial des réseaux chauffants et de la mesure de la température dans les systèmes industriels...

Lire le communiqué de presse officiel de la région Normandie:

Thermocoax inaugure ses nouveaux locaux sur le site de Normand’Innov à Caligny

Nicholas Anderson Group CEO, Spirax Sarco Engineering PLC, Inès Hamon, Présidente de Thermocoax, Hervé Morin, Président de la Région Normandie, Jérôme Nury, Député de l’Orne, Christophe de Balorre, Président du Département de l’Orne, Yves Goasdoué, Président de Flers Agglo et Sophie Gaugain, 1ère Vice-Présidente de la Région Normandie en charge du développement économique et Présidente de Normand’innov, ont officiellement inauguré, ce matin, les nouveaux locaux de Thermocoax sur le pôle d’excellence industrielle Normand’Innov à Caligny.

Grâce au soutien des collectivités locales, l’usine nouvelle génération de 12 000 m² a été livrée à la fin de l’année 2021 et accueille désormais les 300 salariés de l’entreprise.

« Thermocoax bénéficie désormais de conditions industrielles optimales pour son développement. Je me réjouis que le travail partenarial entre la Région, le Département de l’Orne et Flers Agglo ait permis de mener à bien ce projet d’implantation sur le parc d’activités de Normand’Innov. L’arrivée de Thermocoax permettra d’accroitre le rayonnement national et international de ce pôle d’excellence. La Normandie témoigne une fois encore de son dynamisme sur plan économique »a déclaré Hervé Morin, Président de la Région Normandie.

Une usine nouvelle génération au service du projet de développement de Thermocoax

Thermocoax est une entreprise leader de solutions de chauffe et de mesure de température dans les secteurs de l’aéronautique, du nucléaire, du semiconducteur et de l’industrie depuis plus de 60 ans. Elle fait partie du groupe Spirax-Sarco Engineering Plc depuis fin 2019.

De dimension internationale (1 usine de production aux USA, antennes commerciales en Grande-Bretagne et en Chine), Thermocoax a réalisé un chiffre d’affaires de près de 49 millions d’euros en 2020 dont 70 % à l’export.

En juin 2019, la Région Normandie, le Département de l’Orne et Flers Agglo, ont signé un protocole contractualisant l’installation du site industriel de Thermocoax sur le site le site de NORMAND’INNOV à Caligny.

Il s’agissait de permettre à l’entreprise, qui comptait deux sites vieillissants à Saint- Pierre- du- Regard et Saint-Georges- des- Groseillers que Flers Agglo s’est engagée à acquérir, d’asseoir sa croissance avec un outil industriel performant, rassemblant dans un site unique toutes les équipes.

Sur un terrain d’une surface totale 36 800 m2, la nouvelle usine de 12 000 m2 réunit ainsi les 300 salariés de l’entreprise, 1 200 machines et 1 300 équipements de contrôles, mesures et essais.

Un projet d’extension de 3 000 m2 supplémentaires est, par ailleurs, d’ores et déjà programmé afin de faire face à la demande croissante pour les produits dont Thermocoax s’est fait la spécialité : les plaques et câbles chauffants pour les industries nucléaire, aéronautique, aérospatiale et les fabricants de semi-conducteurs.

D’un montant de 12 millions d’euros, le projet d’implantation de Thermocoax sur le pôle d’excellence Normand’Innov, a bénéficié du soutien financier des collectivités locales pour un montant total de 2,1 millions, selon la répartition suivante :

  • Syndicat Mixte Normand’Innov : 810 000 euros
  • Région Normandie : 500 000 euros en 2021
  • Flers Agglo : 700 000 euros pour la reprise des anciens sites  
  • Orne Immo : 84 000 euros

La Shema a été le maitre d’ouvrage de cette opération dans le cadre de la convention publique d’aménagement avec le Syndicat Mixte, avec un portage permettant à l’entreprise un loyer annuel de 700 000 euros sur 12 ans avec option de rachat.

Normand’Innov, un pôle d’excellence tourné vers l’innovation

Pour mémoire, avec la volonté de rapprocher la recherche et le développement des unités de production, la Région, le Département de l’Orne et Flers Agglo se sont constitués en syndicat mixte pour créer en 2005 le parc d’activités Normand’Innov

Devenu en quelques années un pôle d’excellence incontournable, Normand’Innov, entend développer et faire rayonner les compétences du territoire normand, dans le domaine des technologies de pointe.

Véritable site 4.0 à portée internationale, Normand'Innov met en synergie à Caligny :

- l’industrie

  • un centre de production de FAURECIA (40 000 m²), environ 1 100 salariés,
  • un centre d’assemblage et de stockage de Lemoine (10 500 m²), environ 100 salariés.
  • l’usine de Thermocoax (12 000 m2, environ 300 salariés)

- la recherche et le développement

  • un centre mondial de R&D pour FAURECIA (8 000 m²), environ 400 ingénieurs,
  • un centre d’essai dynamique (CED), géré par la CCI de Flers-Argentan, doté d’une catapulte inverse et de bancs vibrants six axes (2 000 m²) qui a obtenu la certification Airbus ainsi que celle de Renault et de PSA
  • un laboratoire matériaux et un banc d’essais 6 axes.

- la formation

  • 2 300 m² de locaux,
  • un formation d’ingénieurs « mécanique et génie des matériaux » par apprentissage, en partenariat avec l’ENSICAEN., 65 apprentis par an (l’ENSI devrait quitter le site en juin 2023)
  • une licence robotique mécatronique en apprentissage en lien avec le CNAM et le Lycée Lemonnier de Caen depuis septembre 2021
  • Un campus connecté labellisé par le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation qui propose à des bacheliers ou personnes en reconversion de suivre à distance des études ou des formations qualifiantes depuis mars 2021
  • Une école de production (métiers de conduite de ligne) installation prévue pour septembre 2023

Depuis 2021, un nouveau service de transport a été mis en place par la Région pour se rendre sur le site depuis Caen. Deux allers et retours assurent ce service, du lundi au vendredi : la ligne 34 Caen/Flers qui s’arrête désormais à Normand’Innov et une nouvelle navette grand confort sur réservation.


  •  Fragilité de la chaîne de valeur mondiale: La pénurie des semi-conducteurs met à l'arrêt l'usine de Sandouville...

https://www.ouest-france.fr/normandie/le-havre-76600/penurie-de-composants-neuf-jours-d-arret-pour-l-usine-de-renault-sandouville-pres-du-havre-c2715710-b7fa-11ec-8218-82176f0101f6

Commentaire de Florestan:

Il va falloir relancer une fabrication française des composants électroniques... Une réalité qui existait dans la Normandie industrielle des dernières années du XXe siècle...


  • Economie régionale: Bertrand Tierce dans sa Chronique de Normandie (n°744 avril 2022), pointe la difficulté pour les décideurs normands d'avoir accès aux fonds européens... Trop compliqué!

Capture d’écran du 2022-04-12 10-42-27


  • Malgré les garanties données aux dockers dans l'usine à gaz d'HAROPA, les grèves font leur retour sur les quais du havre:

https://www.ouest-france.fr/normandie/le-havre-76600/greve-des-portuaires-au-havre-une-deuxieme-escale-annulee-535019ac-b994-11ec-b2ae-b3781970e9ef


  •  Ecartelée entre le pouvoir d'achat trop faible de la clientèle locale et des charges toujours en hausse, la Biocoop du havre va fermer ses portes après décision du tribunal de commerce: histoire édifiante d'une écologie bobo qui n'est pas mise à la portée de toutes les bourses...

https://www.paris-normandie.fr/id296734/article/2022-04-12/au-havre-le-tribunal-de-commerce-ordonne-la-fermeture-de-biocoop-le-gerant?utm_source=mailing&mgo_eu=b00E80C&mgo_l=c10bbed5-ad6c-4972-9825-3853102c9ae9.3.0&utm_campaign=mediego-matin&utm_medium=email

  • Effet immédiat de la guerre en Ukraine et des sanctions économiques prises contre la Russie: le prix des céréales explose et, par conséquent, le prix des biscuits fabriqués par Isigny-Sainte-Mère...

https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/la-biscuiterie-de-sainte-mere-eglise-fait-face-a-la-hausse-des-prix-des-ingredients-1649769386

  • Effet inattendu du changement climatique en Normandie: le retour de la vigne dans le Cotentin après plus de mille ans d'absence...

https://www.francebleu.fr/infos/agriculture-peche/la-manche-va-t-elle-devenir-un-terroir-viticole-1649782693

  • Pour aller de Vernon à Giverny sans se tromper et en toute sécurité rien ne vaut un bon cerveau humain!

https://actu.fr/normandie/vernon_27681/eure-le-projet-de-navette-autonome-entre-vernon-et-giverny-abandonne_50181912.html

  • De beaux chevaux normands pour la Garde Républicaine...

https://actu.fr/normandie/ravenoville_50427/la-garde-republicaine-achete-cinq-superbes-chevaux-dans-le-cotentin_50169074.html


  • La SNCF et la région Normandie s'en plaignent: les usagers Normands boudent les trains... On se demande bien pourquoi!

https://actu.fr/normandie/le-havre_76351/les-trains-normands-sont-ils-toujours-en-retard-une-idee-recue-selon-la-region_50022848.html

Les trains normands sont-ils toujours en retard ? « Une idée reçue » selon la Région

La conviction que les trains normands ont un gros problème de ponctualité a la peau dure. La Région et les usagers apportent leurs éclairages respectifs sur ce sujet.

Le sujet des trains qui n’arrivent jamais à l’heure est presque aussi vieux que les voies ferrées. Et la Normandie ne fait bien sûr pas exception aux réprimandes des voyageurs. On peut facilement lire sur les réseaux sociaux et entendre sur certains quais que les trains normands sont toujours en retard.

« Je paye un forfait mensuel de 20 tickets, donc 10 allers-retours, à 370 euros par mois. C’est énorme ! On est en droit d’attendre une ponctualité », s’agace Elodie. Toujours en retard les trains normands ? On fait le point.

« Une nette régularité »

Pourtant, Karine Maubé Courteaud, la présidente de l’Adurn (Association de défense des usagers du rail normand), note que « la ponctualité était meilleure depuis quelques mois. C’est dû notamment au fait que des trains soient entretenus du côté de Sotteville ou Caen, que tout ne soit plus uniquement centralisé à Clichy. On remarque une nette régularité. »

Un mars et ça rechute

Toutefois, pendant le mois de mars, Karine Maubé Courteaud a personnellement connu quatre retards supérieurs à 30 minutes sur la ligne ParisRouenLe Havre (ce qui entraîne une réduction de -15% sur son abonnement du mois suivant). La faute, selon elle, aux nombreux « problèmes liés aux installations, notamment électriques, en Île-de-France et des aiguillages en Normandie. C’est lié aussi aux intempéries, au froid. J’ose espérer qu’à partir de mi-avril on sortira la tête de l’eau. »

À Paris, « les résultats étaient beaucoup moins bons »

Jean-Baptiste Gastinne, vice-président de la Région Normandie, va plus loin encore : « Beaucoup de Normands sont restés sur une idée reçue. Avant 2020, nos trains avaient de très bonnes performances de ponctualité dès lors qu’ils restaient en Normandie, on était la deuxième ou troisième région de France, uniquement sur le périmètre TER. En revanche, dès lors qu’ils allaient à Paris, surtout Saint-Lazare, les résultats étaient beaucoup moins bons parce que saturation de la gare, problèmes dans les ateliers techniques de préparation et de maintenance… »

2022 comme 2021 ?

Dans ses statistiques, la Région considère qu’un train est en retard s’il arrive au moins cinq minutes après l’heure prévue. Lorsque ses appareils ne circulaient qu’en Normandie, elle affichait 92 à 93% de ponctualité. Pour les trains qui descendaient à Paris, le chiffre chutait à 75%. Un grand écart que la Région se dit « en train de résorber. Aujourd’hui, sur l’ensemble du périmètre, en 2021, on a une moyenne de 92% de ponctualité. On a quasiment aligné la performance des trains qui allaient à Paris sur ceux qui restaient en Normandie. »

Toutefois, Jean-Baptiste Gastinne reste « prudent », puisque l’année 2021 avait ceci de particulier qu’elle a compté moins de trains en circulation. « Du coup, c’est plus facile de les faire arriver à l’heure, confie-t-il. J’attends confirmation de cela avec une année à peu près normale qui est 2022. »


 Commentaire de Florestan:

Les trains le plus souvent en retard sont ceux qui vont à Paris mais comme ce sont ces trains-là que les Normands prennent le plus souvent quand, d'aventure, ils prennent le risque de prendre le train... CQFD! Une fois de plus, l'image de la Normandie est, une fois de plus, dégradée par la faute de ce qui se passe du côté de l'Ile-de-France: la galère Pécresse ?

Quant à la réalité, elle est... duraille!

https://www.ouest-france.fr/economie/transports/train/panne-de-train-retards-encore-une-soiree-compliquee-sur-les-rails-entre-paris-et-la-normandie-57bff238-b9cf-11ec-857e-054a15b86122


  •  Le dernier numéro du magazine "Patrimoine Normand", consacré à la presqu'île de La Hague est disponible dans tous les kiosques normands:

https://www.patrimoine-normand.com/achat-patrimoine-normand-121-413322.html


  • ANNONCE: le prochain colloque régional consacré à l'actualité et l'avenir de la langue normande aura lieu le samedi 14 mai 2022 en l'abbaye d'Ardenne (IMEC)

Document numérisé


  •  Ne pas oublier la fête de la Nature dans toutes nos belles régions françaises du 20 au 28 mai 2022 (garantie sans éoliennes?)

https://fetedelanature.com/

Fête de la Nature en Normandie

Découvrez les animations nature près de chez vous !

Du 18 au 22 mai, la Fête de la Nature est l’occasion de vivre une expérience inédite et gratuite au contact de la nature : balades accompagnées dans les grands espaces naturels protégés, visites guidées de sites protégés, accueil dans des jardins de particuliers, rencontre avec des agriculteurs engagés, inventaires participatifs, jeux de piste… apprêtez-vous à découvrir la nature de Normandie sous un nouvel angle !

unadjustednonraw_thumb_6bc


  • Stéphane Bern, de retour à Caen pour le tournage d'un numéro de "Secrets d'histoire" consacré aux Vikings...

https://actu.fr/normandie/herouville-saint-clair_14327/secrets-dhistoire-lemission-de-stephane-bern-va-venir-tourner-pres-de-caen_50005639.html