Le feuilleton des éditoriaux superficiels conformistes de Paris-Normandie continue sans désemparer, grâce à M. Stéphane Siret, serviteur dévoué de l'oligarchie mondialiste :

Volodymyr Zelensky, président courage

Paris-Normandie Mis en ligne le 24/03/2022 à 07:55

https://www.paris-normandie.fr/id290603/article/2022-03-24/volodymyr-zelensky-president-courage

 

Stéphane Siret, Rédacteur en chef adjoint

Son intervention, bouleversante, n’a duré qu’un quart d’heure, mais quelle intensité. Depuis près d’un mois, Volodymyr Zelensky se bat jour et nuit pour défendre son pays et tenter de protéger le peuple ukrainien face à la folie du maître du Kremlin engagé de manière unilatérale dans une escalade mortifère que rien ni personne, à ce jour, ne semble en capacité de pouvoir stopper net.

Ami de la France, où il effectua son premier déplacement officiel après son élection à la présidence de l’Ukraine en 2019, le président courage n’est pas venu verser des larmes, hier, devant la représentation nationale. Stoïque, les mains posées sur son bureau, Volodymyr Zelensky lance un appel solennel à l’aide. Il compte sur le « leadership » d’Emmanuel Macron en Europe pour faire fléchir Poutine, obtenir la paix et « la restauration territoriale » de l’Ukraine. « La plupart des réponses sont entre vos mains », estime le jeune président, réclamant, au travers ses mots, un geste fort dans ce moment historique, l’Intégration de son pays à l’Union européenne. « Nous avons besoin d’aide pour que la liberté ne perde pas », ajoute Volodymyr Zelensky.

De la France, le président ukrainien attend des actions diplomatiques. Mais pas seulement. Il implore les entreprises françaises de quitter le marché russe. « Elles doivent cesser d’être les sponsors de la machine de guerre de la Russie. Elles doivent arrêter de financer les meurtres d’enfants et de femmes, les viols. Les valeurs valent plus que les bénéfices », explique-t-il pointant Renault, Auchan et Leroy Merlin, accusés de préférer regarder leurs profits plutôt que le nombre de vies détruites.

Placées face à un dilemme, les multinationales mises au ban devront trancher. Décision lourde et difficile mais l’enjeu est bien de peser sur Poutine en se montrant solidaire du peuple ukrainien en souffrance. En temps de guerre, il n’est point de demi-mesure.


 

Commentaire sur un florilège d'expressions :

" intervention bouleversante " : M. Siret oublie bien vite quelle est la profession antérieure de M. Zelensky... : acteur, certes plutôt versé dans le comique antérieurement, mais tout de même... acteur ; comédien, tragédien ? Beaucoup d'acteurs sont passés de l'un à l'autre au cours de l'histoire...

" la folie du maître du Kremlin " : argument maintes fois exprimé sur les médias mainstream ; c'est ce qu'on qualifie parfois de psychiatrisation de l'adversaire...

" le président courage " : ce rôle sera le sommet de sa carrière... d'acteur.

     De quels faits objectifs M. Siret dispose-t-il pour affirmer cela ?

" pour que la liberté ne perde pas " : la liberté par rapport à quoi ? A l'interventionisme des Etats-Unis, le gendarme du monde à l'origine du coup d'Etat de 2014 ? A l'Otan, organisation militaire défensive devenue prédatrice après la chute de l'Union soviétique ? A l'Union européenne, vous savez, celle qui se flattait d'être le meilleur garant de la paix en Europe et qui livre des armes à l'Ukraine.

" Elles doivent arrêter de financer les meurtres d'enfants et de femmes, les viols. " : dans les tombereaux d'accusations non documentées déversés par les médias mainstream au service de l'oligarchie mondialiste, il me semble qu'il n'avait pas encore été évoqué l'existence de viols... Mais, j'y pense, c'est logique qu'il y en ait vu qu'on a affaire à de la soldatesque barbare venue des steppes. Aucun rapport avec des prétendues milices néo-nazies protectrices de la femme et de l'orphelin...

En tout cas, certains journalistes sont de "bons petits soldats au service d'une juste cause"... Mais la Normandie peut-elle se sentir honorée d'en détenir au moins un dans sa presse régionale ?

Sapeur de fond s/c Sire de sei


 

Commentaire de Florestan:

La lucidité, une valeur normande...

"Dans une guerre, la première victime c'est la vérité" disait Albert Londres. On pourrait aussi ajouter cet aphorisme de Nietszche: "nul ne ment autant qu'un homme indigné." Ou encore, cette fameuse réflexion de Charles Péguy qui devrait éclairer la lanterne de tout journaliste: "Il faut toujours dire ce que l'on voit ; surtout, il faut toujours, ce qui est plus difficile, voir ce que l'on voit." (Charles Péguy, "Notre Jeunesse")

Enfin, Léopold Sédar Senghor, grand lecteur de Flaubert mais qui fut aussi notre dernier grand poète normand avait fait de la lucidité la valeur normande cardinale...

La lucidité, c'est bien ce qu'il nous faut de toute urgence en ce moment sur tous les sujets!