Voltaire détestait et combattait, à juste titre, le fanatisme, l'intolérance et le sectarisme...

1

A l'époque de Voltaire, c'était la religion chrétienne catholique apostolique romaine qui sombrait dans le fanatisme, l'intolérance et le sectarisme suscitant la révolution intellectuelle dite des "Lumières" revendiquant la liberté de conscience et le libre exercice de la raison humaine. Mais une fois la Révolution arrivée en France, révolution espérée par presque tous, les Amis de la Liberté, de la Tolérance et la Raison devinrent les Amis de Robespierre: ils furent, à leur tour, fanatiques, intolérants, sectaires jusqu'au sang, jusqu'au "populicide" (le mot est de Babeuf) des paysans d'une Vendée attachée viscéralement à son christianisme catholique, autrement dit un génocide. La "Terreur" jacobine de Robespierre fut donc l'occasion d'une nouvelle guerre civile religieuse en France, non plus entre catholiques majoritaires et protestants minoritaires mais entre l'immense majorité des Français ayant une confession religieuse (catholiques, protestants et juifs) et une minoritaire révolutionnaire fanatique, intolérante et sectaire: ce modèle idéologique et politique fondateur fascina, plus tard, un certain Lénine avec les conséquences funestes que nous savons... De 1917 à 1991, en Russie, eut lieu le plus grand sacrifice humain de tous les temps.

Alors, on lira non sans goguenardise l'article suivant qui a le parfum surrané de la guéguerre de Péponne contre Don Camillo transposée aujourd'hui à Sées, la capitale spirituelle catholique d'un département de l'Orne très rural et encore très attaché à ses racines.

Franchement, nous n'avons pas une grande appétance pour le port de la soutane en public mais les "Amis de Robespierre" à l'image d'une gauche qui ne sait, aujourd'hui, que nous infliger un détestable sectarisme ( on en voit les conséquences dans les intentions de vote) qui pétitionne, pleurniche et réclame ici auprès des autorités publiques (préfet et conseil départemental) contre certaines activités, certes douteuses, d'associations inspirées par la tradition catholique, réussissent à nous rendre sympathiques ces catholiques traditionnalistes qui, pour l'instant, ne sont responsables d'aucun trouble à l'ordre public républicain français, contrairement à d'autres manifestations sociales et politiques inspirées par une tradition religieuse étrangère à l'histoire de notre pays.

Bref! comme le dit le proverbe, l'habit ne fait pas le moine ! Car dans cette consternante affaire, les véritables inquisiteurs, sectaires, intolérants, voire... fanatiques ne sont pas ceux que l'on croit.

 

Orne. Academia Christiana : un collectif interpelle le préfet et le Département (ouest-france.fr)

Orne. Academia Christiana : un collectif interpelle le préfet et le Département

Des syndicats de l’Éducation nationale, des partis politiques et des associations ont écrit au préfet de l’Orne et au président du conseil départemental après la diffusion, le 16 février, d’un reportage sur France 2 concernant la proximité entre une association identitaire et une école traditionaliste hors contrat basée à Sées.


« Qu’est-ce que les pouvoirs publics entendent mettre en place pour faire face à ce qui a été dit et vu durant la diffusion de ce reportage ? » Cette question résume la lettre qu’un collectif associatif, politique et syndical (1) vient d’envoyer au nouveau préfet de l’Orne, Sébastien Jallet, et au président du conseil départemental, Christophe de Balorre, après la diffusion d’un reportage sur France 2, mercredi 16 février.

Ce soir-là, devant 4 350 000 téléspectateurs, le reportage de L’Œil du 20 heures pointait une certaine proximité entre Academia Christiana, association identitaire au discours anti-immigration, et l’Institut Croix-des-Vents, établissement scolaire traditionaliste hors contrat, basé à Sées depuis 2001.

« Les propos tenus […] ont de quoi interpeller les républicains que nous sommes », écrivent les signataires en s’appuyant sur la loi du 24 août 2021 (dite Loi Séparatisme) qui conforte le respect de la République, pour interpeller le représentant de l’État et celui du Département. L’Institut Croix-des-Vents était mis en cause pour avoir hébergé les universités d’été (2013-2019) de l’association d’ultradroite. Depuis, le supérieur de l’Institut a pris ses distances avec Académia.

« L’image de l’Orne ressort ternie au détriment des campagnes du Conseil départemental pour promouvoir le territoire » écrit le collectif, regrettant par ailleurs que le Département loue en 2017 les locaux du Palais d’Argentré à une seconde école hors contrat, également à Sées, pour une durée de trente ans.


 

Commentaire de Florestan:

voici la liste des "Amis de Robespierre"...

1. La FSU 61, SE-UNSA, Sud-Education, SDEN-CGT 61, CGT Enseignement privé, SNUipp-FSU, UNSA-Education, La Libre-pensée, la Ligue des droits de l’Homme, la Ligue de l’enseignement, la France insoumise et le Parti communiste.