Billet de Florestan:

Dimanche 7 mars 2022, les Caennais et les Normands étaient conviés à un rassemblement silencieux à 15 heures sur l'esplanade du Mémorial de la Paix en soutien au peuple ukrainien agressé comme chacun sait par une invasion militaire russe.

Nous y étions présents pour apporter LA touche spécifiquement normande pour que tout soit dit par les symboles:

De par son histoire et ses héritages notre Normandie millénaire est la terre de la Liberté, de la Paix et du Droit. Elle le fut, tout particulièrement, dans ce lancinant conflit ukrainien terrain d'affrontement quasi tellurique entre la plaque tectonique russe et la plaque tectonique atlantiste américaine: une zone de broyage géopolitique, une "terre de sang" martyrisée depuis 1917 jusqu'à aujourd'hui...

Avec notre panneau " La Paix c'est le format Normandie, 6 juin 2014" et qui fut très remarqué, nous voulions rappeler ce qui est pour nous une manifestation utile et opportune de l'évidence normande.

Au château de Bénouvile, à l'occasion des festivités du 70ème anniversaire du débarquement en Normandie, François Hollande et Angela Merkel avaient eu la bonne idée d'une discussion directe avec Poutine et le président ukrainien d'alors pour mettre à plat les problèmes, entre... Européens sans passer par la tutelle américaine: le "format" ou "modèle" Normandie pour la Paix en Ukraine était né. De ces négociations difficiles et ardues, en sortirent les désormais célèbres accords de Minsk (2015) suivis d'une série de réunions du "Format Normandie" pour veiller à l'application desdits accords jusqu'en 2021...

Mais, hélas, ces accords furent piétinés à tour de rôle par toutes les parties prenantes et le dernier à mettre les pieds dans le plat, ce fut Poutine avec la brutalité que nous savons.

Il n'en reste pas moins qu'il faut arrêter au plus vite la catastrophe géopolitique en cours: elle ne manquera pas de dégénérer si elle devait encore durer en une guerre qui, historiquement, risque de clore le plus long cycle de paix relative que notre vieux continent aura pu connaître dans sa longue histoire tourmentée... Escalader jusqu'au sommet nucléaire? Tel est l'enjeu brandi par Poutine qui fait ainsi peur aux pays européens membres de l'OTAN dont on voit bien, au final, l'inutilité puisque le pouvoir russe a démontré dans son histoire militaire qu'il était capable de tout s'il se sentait menacé.

Il ne faut pas insulter l'avenir définitivement car c'est avec son ennemi que l'on fait la paix et que la paix a déjà été écrite depuis la Normandie...


 

Probablement près de 5000 de personnes se sont réunies...

Capture d’écran du 2022-03-07 09-33-14

(source: compte FB de Sophie Gaugain, 1ère vice-présidente du conseil régional de Normandie et maire de Dozulé)

Après la manifestation, le panneau "Format Normandie" a été déposé au pied du mât pavoisé aux couleurs nationales ukrainiennes: des réfugiés ukrainiens présents ont déposé des jonquilles au pied du mât et du panneau "Format Normandie"... Un moment intense et émouvant.

20220306_160945

Voir aussi:

https://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/caen-entre-4000-et-5-000-personnes-rassemblees-en-soutien-au-peuple-ukrainien-54adc26c-9d70-11ec-ba4a-916679fca3ae?utm_source=sendinblue_of_newsletter-eddvc&mgo_eu=1009722&mgo_l=yhO6k5XgRgCm7WT9tBxh2g.4.1&utm_content=20220307&utm_campaign=of_EDDVC-14118&utm_medium=email&utm_term=840042&vid=1009722&mediego_euid=1009722&alog=1

Caen. Entre 4000 et 5 000 personnes rassemblées en soutien au peuple ukrainien

Le rassemblement pour le peuple Ukrainien sur l’esplanade du Mémorial de Caen (Calvados) a réuni entre 4 000 et 5 000 personnes, selon la police, ce dimanche 6 mars 2022. Le drapeau ukrainien a été hissé aux côtés de celui de la France.

Un lieu symbolique pour se rassembler pour la paix. Sur l’esplanade du Mémorial de Caen, entre 4 000 et 5 000 personnes étaient présentes en soutien au peuple ukrainien, ce dimanche 6 mars 2022. L’appel avait été lancé par la Ville et par le président de l’Union des maires du Calvados, Olivier Paz

Le drapeau ukrainien hissé sur l’esplanade

À 15 h, l’heure du rendez-vous, la place était noire de monde et pourtant presque silencieuse. Sous le drapeau français, des Ukrainiens étaient ensemble. Certains sont arrivés ici depuis longtemps et d’autres la semaine dernière. Ils tiennent des pancartes sur lesquelles sont écrits, en anglais : « Otan, ferme l’espace aérien », « Aujourd’hui, l’Ukraine, demain, qui ? »

Après quelques minutes, le drapeau ukrainien est hissé aux côtés de celui de la France, pendant que les Ukrainiens chantent leur hymne national, la gorge serrée. De très longs applaudissements se font entendre dans la foule, marquant une forme de respect et de soutien aux Ukrainiens. « Ils peuvent être fiers d’eux, de leur pays, ils se battent. Ça ne va pas changer le conflit, mais si on peut au moins leur remonter, un peu, le moral », témoigne Annick. L’hymne français est à son tour entonné, par les habitants mais aussi par les élus du territoire, venus en nombre.

Un lieu symbolique pour se rassembler pour la paix. Sur l’esplanade du Mémorial de Caen, entre 4 000 et 5 000 personnes étaient présentes en soutien au peuple ukrainien, ce dimanche 6 mars 2022. L’appel avait été lancé par la Ville et par le président de l’Union des maires du Calvados, Olivier Paz.

« Pour nous, l’Ukraine ça représente tout »

« On se sent soutenus, la situation est un petit peu plus facile à vivre, même si elle reste très difficile, explique Ganna, arrivée la semaine dernière en France, avec ses deux filles. Pour nous, l’Ukraine représente tout. Le pays a été attaqué à de nombreuses reprises. Nous voulons être libres. »

Parmi les Calvadosiens présents sur place, il y a des enfants, des familles. « On veut protéger l’Ukraine, ça fait chaud au cœur de voir tout ce monde », note Constant, venu avec sa famille. Pour sa mère, c’était essentiel de venir avec lui et son autre frère, Maxence. « J’ai emmené les enfants parce que c’est un moment important, pour qu’ils voient ce qu’il se passe. C’est la première guerre que les enfants vivent sur notre continent. » Professeure dans un établissement Ulis, qui accueille des enfants en situation de handicap, elle a tenu à aborder le sujet avec ses élèves. « L’objectif c’était de leur expliquer la situation, de les rassurer mais aussi de leur donner des informations fiables. »

Sur l’esplanade, recouverte par le bleu et le jaune, on voit aussi d’autres drapeaux. Yasser, Zafer et Feras, tous les trois Syriens, ont d’une part le drapeau syrien et d’autre part, l’ukrainien. Ils ont tenu à venir ici pour apporter leur soutien, eux qui connaissent bien le quotidien de ces familles qui vivent au rythme des bombardements. « Nous avons vécu la même chose, à cause de gens qui essayent de voler la liberté des autres. Ils nous ont pris la nôtre et maintenant ils veulent prendre celle des Ukrainiens. »