Billet de Florestan:

Le papier ne refuse pas l'encre!

Alors qu'un certain président-candidat (ou l'inverse... depuis cinq ans) nous inflige une lettre dans le papier de la PQR à paraître ce vendredi 4 mars 2022, l'un de nos fidèles lecteurs a repéré un exemple éclatant sinon superbe de cire-pompe...

Ce chef-d'oeuvre de bêtise pure comme l'aurait dit Flaubert est l'oeuvre du bien nommé Stéphane Siret, de son état, éditorialiste dans le quotidien rouennais "Paris-Normandie".

Ce texte magnifique qui enfile perles fines et déplace de généreuses lapalissades, illustre à merveille cette vérité sur le soi-disant métier de journaliste qu'il ne faut jamais oublier lorsqu'on tient, quelques minutes, entre ses mains le papier qui allumera plus utilement le feu dans la cheminée plutôt que dans la cervelle de nos concitoyens:

"Le journaliste est le seul intellectuel qui s'autorise le droit de travailler à partir de ses préjugés"...

Visiblement, Stéphane Siret... les pompes présidentielles au point de perdre le sens de la nuance: il a entièrement vidé sa boîte à cirage et nous a beurré au noir toute la réalité qui a pu lui parvenir...

shoeshine_sm


 Poutine, seul coupable du chaos

Paris-Normandie Mis en ligne le 3/03/2022 à 07:54 - Éditorial de Stéphane Siret

https://www.paris-normandie.fr/id283994/article/2022-03-03/poutine-seul-coupable-du-chaos

Le ton est grave car la situation l’est tragiquement. Au septième jour de cette terrifiante invasion de l’Ukraine qui se déroule sous nos yeux, il faut dire les choses : Emmanuel Macron a raison de rappeler que personne n’est en guerre contre le peuple russe, que « la Russie n’est pas agressée », qu’elle est bien le seul « agresseur ».

Dans son allocution solennelle hier soir, le chef de l’État a désigné l’unique coupable de cette situation qui conduit à la mort de civils, des pères et des mères de famille, des jeunes, des enfants, à un exode d’un autre âge : Vladimir Poutine. Animé par un esprit belliqueux, assoiffé de guerre, le président de la Russie, entouré de sa garde rapprochée, veut faire croire que cette invasion serait menée au nom d’un combat contre les fantômes du passé. Quitte à réécrire l’histoire à sa guise. « C’est un mensonge, une insulte à l’histoire de la Russie et de l’Ukraine à la mémoire de nos aînés qui ont combattu côte à côte contre le nazisme. Les dirigeants russes, explique à juste titre Emmanuel Macron, s’en prennent à la mémoire de la Shoah en Ukraine. »

S’il est bon de rappeler que « nous ne sommes pas en guerre avec la Russie » comme l’a fait hier soir le chef de l’État, il est juste de souligner que l’Europe, en défendant la liberté et en louant le courage et la bravoure du peuple d’Ukraine coincé sous les bombes, a su trouver l’unité nécessaire pour répliquer avec des sanctions ayant vocation à isoler Poutine du reste du monde.

Convaincu, comme il l’avait déjà dit le 24 février dernier, que ce conflit aura des conséquences durables sur nos vies, Emmanuel Macron entend continuer à œuvrer pour la Paix. En ne rompant pas le contact avec Poutine. Et en se plaçant en protecteur de la nation. Un objectif capital qui, à ses yeux, passera, à terme, par la question de la souveraineté énergétique de l’Europe et celle de la défense européenne. Des enjeux qui seront forcément au cœur de la campagne présidentielle. Même si dans ce contexte, elle aura du mal à trouver sa place.


 Commentaire de Florestan:

Lorsque le plumitif cire-pompe de Paris-Normandie évoque, sans l'avoir bien étudié, le sujet sensible de "la défense européenne", ledit plumitif journaleux éditorialiste ignore visiblement l'existence de la doctrine du département d'état américain aux affaires étrangères toujours inspirée de Zbigniew Brzezinski, conseiller à la sécurité nationale du Président Jimmy Carter et artisan majeur de la politique étrangère de Washington, ou fait semblant de l'ignorer...

Cette doctrine consiste à entretenir, d'une manière ou d'une autre, la discorde relative, une entente minimum, voire une certaine méfiance entre la Russie à l'Est et le reste de l'Europe à l'Ouest car s'il devait y avoir une entente cordiale entre les Etats européens et la Russie pour une auto-gestion de la sécurité collective d'une Europe "de l'Atlantique à l'Oural", les Américains perdraient, de fait, leur leadership stratégique mondial face à la Chine.

La poussée continue vers l'Est de l'OTAN des années 1990 à aujourd'hui est la cause profonde de ce grand retour de la vraie guerre en Europe: Poutine est, certes, l'agresseur, sinon le coupable, le fauteur de troubles et de la guerre qui fait souffrir amèrement l'une de nos nations européennes mais l'attitude irresponsable des Etats-Unis malgré les mises en garde des experts européens ou les réticences de la France et de l'Allemagne, est co-responsable de ce désastre politique et humanitaire qui aurait pu être évité!

Car la question géopolitique fondamentale gelée en Europe depuis l'échec de la Communauté Européenne de la Défense proposé par l'agent américain Jean Monnet dans les années 1950 est de savoir s'il peut enfin exister une réelle autonomie stratégique du continent européen nous épargnant, enfin, les affres d'une Europe atlantiste soumise aux intérêts américains et une Europe coupée en deux dont la moitié orientale doit se résigner à vivre dans la crainte du ressentiment russe.

Le Général de Gaulle avait parfaitement compris l'enjeu en essayant de donner à la France un rôle de puissance européenne indépendante pratiquant l'équilibre entre Washington et Moscou et en essayant de bâtir avec les Allemands le noyau d'une force armée authentiquement européenne et indépendante de l'OTAN: c'était l'objectif du fameux plan Fouché accepté par Conrad Adenauer lors du traité de l'Elysée scellant l'amitié franco-allemande, plan qui fut saboté par les Américains.

L'erreur stratégique majeure commise par Poutine en Ukraine ouvre une opportunité historique exceptionnelle de faire, enfin, advenir une authentique Europe des Nations assumant par elle-même sa sécurité collective entre Washington et Moscou: le problème, hélas, est de savoir si nous avons actuellement en Europe les responsables politiques qui soient au niveau de cet enjeu.

Lire aussi:

Ukraine, les démocraties corrompues face aux nationalismes humiliés.

Agoravox par Spike mercredi 2 mars 2022

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/ukraine-les-democraties-corrompues-239809