Revue de presse normande en ce 21 janvier 2022.

A Caen, en ce 21 janvier, on devait rendre hommage à Armand Frémont, grand professeur, géographe normand, l'un des pères intellectuels de l'unité normande contemporaine mais aussi écrivain à l'occasion d'un colloque consacré à sa vie et à son oeuvre à la Maison de la recherche en sciences humaines de l'université de Caen où il laissa une trace profonde de son enseignement:

Mais on apprend que le colloque qui devait lui être consacré a été reporté au mois de février en raison de la crise sanitaire... Décidément!

afremont

Armand Frémont, un géographe dans le siècle

https://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/mrsh/7419

En revanche, toujours à Caen, en ce 21 janvier, la messe commémorative de la mort de Louis XVI (21 janvier 1793) aura bien lieu comme prévu à l'église Saint-Sauveur/Notre-Dame-de-Froiderue...

be0a94_074c0eae05b2446989ca12216da0d21e~mv2

On rappelera, au sujet de Louis XVI qu'il effectua en Normandie, en 1786, le seul voyage en province qu'il a pu accomplir pour visiter le chantier de Cherbourg et, pour remercier les Normands de leur enthousiasme lors de ce voyage, il donna le titre de "duc de Normandie" à son fils aîné le Dauphin: compte tenu du destin épouvantable et tragique de ce dernier, ce fut la dernière fois de l'Histoire que le titre de "duc de Normandie" fut officiellement porté.

Enfin, Louis XVI émancipa, trois ans avant la Révolution, les Juifs et les Protestants de France (édit de Tolérance de 1787).

Cela mérite donc un hommage certain...

https://www.fsspcaen.com/

A lire, dans la lettre aux décideurs diffusée par Paris-Normandie du 21 janvier 2022

Le comité des pêches: les éoliennes en mer c'est NON!

Capture d’écran du 2022-01-21 09-57-03

Les ventes automobiles repartent en Normandie:

Capture d’écran du 2022-01-21 09-57-46

Le pari de ressusciter l'Alpine Renault du côté de Dieppe est un pari gagné!

Capture d’écran du 2022-01-21 09-56-22

Un nouveau "data-center" en Normandie:

Capture d’écran du 2022-01-21 09-58-25


 La filière nucléaire française a été fragilisée par des années de sous-financements arbitrés par des raisons idéologiques: on commence à en constater les conséquences inquiétantes du côté de la Hague alors que la demande pour consommer une électricité décarbonée va exploser dans l'avenir!

orano-960x640

https://actu.fr/normandie/la-hague_50041/orano-la-hague-l-abandon-du-retraitement-des-combustibles-uses-est-il-envisageable_48095121.html

Orano-La Hague : l'abandon du retraitement des combustibles usés est-il envisageable ?

Le président de l’ASN, Bernard Doroszczuk, a évoqué mercredi 19 janvier l’hypothèse d’un éventuel abandon du retraitement des combustibles usés à l’horizon 2040. Réactions.

C’est une petite phrase qui fait parler. Bernard Doroszczuk, le président de l’Autorité de sûreté nucléaire, a évoqué l’hypothèse d’un arrêt du retraitement des combustibles usés dans une vingtaine d’années.

« D’ici 2030 au plus tard, le gouvernement devra se prononcer sur la poursuite ou non du retraitement des combustibles usés à l’horizon 2040, a-t-il déclaré mercredi 19 janvier lors de ses vœux. Quelle que soit la décision prise, il faudra en anticiper les conséquences d’au moins une dizaine d’années à l’avance : soit prévoir la rénovation des installations actuelles si le retraitement est poursuivi ; soit anticiper la mise en place de solutions alternatives pour la gestion des combustibles usés, qui devront être disponibles à l’horizon 2040, si le retraitement est arrêté. »

Difficultés du MOX

Une déclaration qui illustrait son inquiétude quant à l’absence de marge en cas d’aléas et au déficit d’anticipation, « une double fragilité inédite du système électrique français, qui touche autant le parc nucléaire des réacteurs que les installations du cycle combustible ».

À lire aussi:

Et le président de citer parmi ses arguments les difficultés industrielles subies à l’usine Melox pour produire du MOX dans les quantités programmées.

« Si Orano ne peut pas valoriser le plutonium, cela a des conséquences sur le retraitement à La Hague. Quand un maillon du cycle du combustible ne fonctionne pas, c’est toute la chaîne qui se retrouve à l’arrêt. Et les combustibles usés n’ont plus de débouchés. On n’en est pas là, mais attention, il y a une fragilité. »

Bernard Doroszczuk Président de l'ASN

Délégué syndical central Orano-R (pour Recyclage) de la CFDT, Arnaud Baudry se montre rassurant. « On vient d’investir dans le chantier NCPF (Nouvelle unité de concentration des produits de fission). Les nouveaux évaporateurs vont être raccordés dans les mois qui viennent, à partir de septembre 2022 pour le premier d’entre eux sur T2 dans l’UP3. »

À lire aussi:

Même son de cloche du côté de la CGT : « On fait ce qu’il faut pour pouvoir continuer à retraiter, affirme Pascal Fauchon, secrétaire-adjoint du syndicat. Après… nos usines ne sont pas éternelles. Donc se posera la question à l’avenir : faut-il construire une nouvelle unité pour assurer le retraitement ? Bien sûr qu’anticiper, c’est important, car chez nous, pour sortir les projets, il faut bien au moins 10 ans. »

Comme le montre encore l’exemple de la future piscine d’EDF d’entreposage centralisé des combustibles usés, qui ne sera pas mise en service avant 2034. « En attendant, on s’adapte, poursuit Arnaud Baudry, avec notamment la densification des piscines. » Ce projet consiste à augmenter leurs capacités d’entreposage actuelles, dans le respect des limites fixées, pour écarter le risque de saturation des piscines d’entreposage. Il y a aussi la solution de l’entreposage à sec, plus rapide à mettre en œuvre que la construction d’une piscine.

Les moyens de leurs ambitions

Le nucléaire, ça coûte cher, il faut donc y mettre les moyens. Non seulement financiers, pour assurer les investissements indispensables au développement du site comme à la maintenance des équipements. Mais aussi en termes de compétences, car les manques sont constatés.

« On a toujours des gros volumes de maintenance, rappelle Patrick Fauchon, et on estime que les moyens mis en œuvre ne sont pas encore suffisants. Chez Orano, il y a eu une période de gel des embauches au début des années 2010, et on le ressent aujourd’hui. Même s’il y a des embauches, il y a toujours des départs. Et les gens qui partent sont souvent les plus expérimentés, et ce sont des jeunes qui arrivent. Or pour faire un bon opérateur, qui maîtrise toutes les situations, il faut une dizaine d’années. »

À lire aussi:

Arnaud Baudry estime également qu’« il faut mettre plus de moyens pour rendre la filière nucléaire attractive et faire face au problème de compétences (NDLR : notamment dans les métiers en tension comme l’ingénierie et la mécanique), car on a absolument besoin d’effectifs en quantité et en qualité ».

En clair, la parenthèse de Bernard Doroszczuk sur l’hypothèse d’un futur abandon du retraitement apparaît plutôt comme une piqûre de rappel aux décideurs politiques, avec un maître-mot : « anticipation ».


 Les promoteurs éoliens s'achètent leur Débarquement sur la plage d'Arromanches...

https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/calvados/caen/le-parc-eolien-en-mer-fait-un-gros-cheque-pour-le-musee-du-debarquement-d-arromanches-2424865.html


LE COUP DE GUEULE DE STEPHANE BERN contre les éoliennes au large de Barfleur:

https://actu.fr/normandie/barfleur_50030/parc-eolien-au-large-de-barfleur-stephane-bern-s-indigne-eric-zemmour-en-rajoute-une-couche_48117631.html

Parc éolien au large de Barfleur : Stéphane Bern s'indigne, Eric Zemmour en rajoute une couche

La création d'un parc éolien au large du Val de Saire n'en finit plus de faire parler. Stéphane Bern est récemment monté au créneau et dénonce « une folie ! ».

Début décembre 2020, la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, et la ministre de la Mer, Annick Girardin, faisaient le choix du Cotentin, et plus précisément le large de Barfleur (une zone de 500 km2), pour l’implantation du 4e parc éolien offshore de Normandie

Ce parc, d’une capacité de 1000 MW, sera le 8e développé en France. Il permettra d’alimenter en électricité l’équivalent de 800 000 foyers. Le 3 janvier 2022, une nouvelle concertation a été lancée pour installer, dans cette même zone, un second parc éolien d’1,5 GW cette fois, sur une surface de 220 à 250 km2.

Seul problème et non des moindres : ce projet est loin de faire l’unanimité depuis son officialisation. Elus, pêcheurs, associations ou encore riverains du Val de Saire, ils sont nombreux à s’offusquer face à ce futur parc éolien dont le coût est estimé entre 4 et 5 milliards d’euros et dont la mise en service est prévue à l’horizon 2030. Les débats sont d’ailleurs nombreux en ce début d’année.

À lire aussi:

Stéphane Bern monte au créneau

Initialement, 80 éoliennes devaient être implantées au large du Val de Saire. Dorénavant, on parle plutôt de 200… « Une véritable forêt » pour certains élus qui dénoncent également leur taille, plus importante que prévu (jusqu’à 250 mètres de hauteur).

Dans ce contexte, quid des tours Vauban de Saint-Vaast-la-Hougue, inscrites au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2008 ? La « pollution visuelle » générée par ces parcs éoliens en mer pourrait forcer l’Unesco à revoir son jugement, chose qu’elle n’hésite pas à faire depuis quelques années à l’image du port de Liverpool, déclassé en 2021. Les risques sont réels du fait de la proximité entre les fortifications et les futurs moteurs à vent. 

Un précédent à proximité du Mont-Saint-Michel

Un temps évoqué à proximité du Mont-Saint-Michel, l'installation d'un parc éolien avait été suspendu par la France sur demande de l'Unesco en juin 2011.

Attaché à Saint-Vaast-la-Hougue et son patrimoine depuis plusieurs années, Stéphane Bern n’a pas hésité à monter au créneau pour défendre le Village préféré des Français 2019.

Sur Twitter, le présentateur de Secrets d’Histoire a fustigé la ministre de la Transition écologique : « Quelle folie ! Barbara Pompili portera une lourde responsabilité devant l’Histoire… »

Une sortie remarquée… qui n’a pas manqué de faire réagir le candidat à l’élection présidentielle, Eric Zemmour. « J’interdirai tout nouveau projet de construction d’éoliennes sur terre et en mer ! », a commenté l’ancien polémiste à propos de ce parc éolien qui n’a pas fini de faire parler…


 

Plus d'avions à l'aéroport de Carpiquet...

https://www.tendanceouest.com/actualite-393100-caen-carpiquet-augmentation-du-nombre-de-vols-au-depart-de-l-aeroport-cet-ete?utm_medium=email&utm_source=newsletter&utm_campaign=NL_2022-01-19&utm_content=bloc1

Mais du côté de la piscine municipal de Carpiquet c'est le... crash dans l'eau!

https://www.lepoulpe.info/pour-sauver-sa-piscine-carpiquet-commune-riche-mais-mal-geree-prend-lagglo-de-caen-en-otage/

L'Education Nationale à la dérive du côté de Rouen... Consternant!

https://www.paris-normandie.fr/id270623/article/2022-01-19/pres-de-rouen-ils-sintroduisent-dans-un-lycee-et-agressent-un-eleve?utm_source=mailing&mgo_eu=b00E80C&mgo_l=3b50ba09-a84f-4a79-8b65-c93953155b70.10.3&utm_campaign=mediego-matin&utm_medium=email

A Moult, on s'est mobilisé pour sauver l'arrêt ferroviaire...

https://actu.fr/normandie/moult-chicheboville_14456/trains-supprimes-debut-janvier-le-combat-porte-ses-fruits-a-moult_48038447.html

Même à Cherbourg, les prix de l'immobilier s'envolent...

https://actu.fr/normandie/cherbourg-en-cotentin_50129/video-pourquoi-les-medias-nationaux-s-emballent-sur-le-prix-de-l-immobilier-a-cherbourg_48040016.html

C'est à Condé-sur-Noireau que Sylvain Guichard trouve son inspiration...

https://actu.fr/societe/a-conde-en-normandie-le-dessinateur-d-heula-sylvain-guichard-puise-son-inspiration_39487719.html

img-20210127-154111-960x640

Drame à l'hôpital de Flers qui en dit long sur l'état de notre hôpital public: les non-vaccinés à la Covid 19 sont les boucs émissaires d'une gestion inhumaine, comptable et bureaucratique hors-sol!

https://actu.fr/normandie/flers_61169/suicide-d-un-cadre-a-l-hopital-de-flers-la-famille-reclame-pres-d-un-million-d-euros-a-l-etablissement_48098049.html

Un nouveau véhicule amphibie pour aller sur l'île de Tatihou:

https://www.ouest-france.fr/normandie/saint-vaast-la-hougue-50550/un-nouveau-bateau-amphibie-entre-le-continent-et-l-ile-de-tatihou-7f0608e0-7939-11ec-ac7b-8b071f4deb75

Démocratie à géométrie variable: dans la Hague, l'intolérance idéologique devient... radioactive!

https://www.ouest-france.fr/normandie/la-hague-50440/la-hague-nouvelle-hague-exclut-yann-da-cruz-legeleux-soutien-d-eric-zemmour-0b490406-7917-11ec-9f74-6db48c95ddec

Après la catastrophe de Lubrizol en 2019 qui a terni l'image de Rouen, notre métropole normande, Emmanuel Macron avait promis l'organisation d'un grand événement international pour redoser la toison de l'agneau rouennais... Les Rouennais vont se fader un... sommet européen de ministres! Super! Comme le disait Charles Pasqua: "les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent!"

https://www.ouest-france.fr/normandie/rouen-76000/presidence-de-l-union-europeenne-rouen-choisie-pour-accueillir-un-sommet-fin-fevrier-cef2cfdc-7317-11ec-aa63-d4f0e90a3def

Mais, fort heureusement, on en sait davantage sur l'édition 2023 de l'ARMADA de Rouen: notre ami Michel Bussi, écrivain géographe normand, en sera le parrain!

https://actu.fr/normandie/rouen_76540/nouveaux-voiliers-celebre-parrain-les-secrets-de-l-armada-2023-devoiles-a-rouen_48005346.html

Nouveaux voiliers, célèbre parrain... Les secrets de l'Armada 2023 dévoilés à Rouen

foule-armada-rouen-1-960x640

Les secrets de la prochaine Armada de Rouen, du 8 au 18 juin 2023, ont été dévoilés : Michel Bussi en sera le parrain, et des bateaux d'exception pourraient (re)venir. Détails.

L’Armada de Rouen, la plus grande manifestation de bateaux au monde, a changé de capitaine à la suite de la dernière édition, en 2019. Patrick Herr a ainsi cédé la présidence à Jean-Paul Rivière, qui compte mettre à profit ses compétences d’entrepreneur à succès pour une organisation sans faille. Pour une coordination optimale, le Rouennais de 70 ans s’est entouré de six vice-présidents, de pôles dédiés aux animations, la sécurité, la communication, le service technique, la mer et le fleuve et enfin l’écologie. Car ce dernier axe sera conducteur, lors de l‘Armada 2023 : « Je veux rapprocher [l’événement] du développement durable, de la sauvegarde des océans, de la mer », a indiqué le nouveau président.

À lire aussi:

Un « challenge » : faire revenir l’Amerigo Vespucci

La manifestation durera dix jours, toujours, du 8 au 18 juin 2023, et accueillera, toujours, une cinquantaine de bateaux. La nouveauté la plus notable, sûrement, sera le retour possible d’un bateau majestueux : l’Amerigo Vespucci, un trois-mâts de 100 mètres, appartenant à la marine militaire italienne. « C’est un challenge, ça fait longtemps qu’il n’est pas venu. C’est un des bateaux chouchous du public, avec le Cuauhtémoc », explique Jean-Paul Rivière. Toutefois, la mission n’est pas gagnée d’avance. « Il renavigue en Méditerranée, mais c’est un bateau d’État, et les États ne veulent pas s’engager deux ans à l’avance. » Un impressionnant bateau chinois, fraîchement construit, pourrait aussi être de la partie.

Michel Bussi et l’enjeu de la presse internationale

Michel Bussi, auteur rouennais, est le troisième écrivain le plus lu en France. Il sera le parrain de l’Armada 2023, et contribuera ainsi à faire rayonner l’événement au-delà de la Normandie. (©La Dépêche de Louviers)

Jean-Paul Rivière, qui s’est aussi donné comme priorité de communiquer plus largement sur l’événement au national et à l’international, a choisi un parrain de choix pour y parvenir. « J’ai contacté Michel Bussi. Dans son livre Mourir sur Seine, il parle de grands navigateurs comme Jehan Ango… Il fallait mettre en valeur des gens qui mettent en valeur notre territoire. » Michel Bussi, troisième écrivain le plus en France, s’est dit ravi de ce nouveau rôle.

Je suis très fier qu'on m'ait demandé, j'ai tout de suite dit oui. Ce qui est fabuleux avec cet événement, c'est qu'il n'est pas critiqué. Il est toujours attendu positivement.

Michel-Bussi-à-Louviers-©La-Dépêche

Michel Bussi, écrivain rouennais et parrain de l'Armada 2023.

L’équipe ambitionne de « faire de ces jours d’Armada l’occasion d’un tournage », à savoir l’adaptation, pour la télévision ou le cinéma, de Mourir sur Seine. Affaire à suivre.

Dans le but de promouvoir toujours plus la prochaine Armada, la nouvelle équipe entend faire appel à la presse étrangère. « Nous allons entrer en contact avec tous les correspondants étrangers basés à Paris », précise Philippe Chastres, vice-président en charge de la communication. D’ailleurs, la mention de la Normandie dans le dernier classement des sites incontournables par le New York Times pourrait être une porte d’entrée de choix… Pour clore les nouveautés, le départ de 300 cyclistes depuis la Tour Eiffel jusqu’aux quais de Seine promet d’être un moyen original de lancer l’Armada. Les cyclistes amateurs qui le souhaitent seront invités à rejoindre le groupe le long de la voie verte.

Mais bien sûr, on ne change jamais (totalement) une équipe qui gagne. Seront ainsi de retour les Concerts de la Région, sur l’esplanade Saint-Gervais, la Grande pagaille, ce défilé d ‘objets flottants construits par des visiteurs, les bateaux-promenade entre les voiliers ou encore le défilé des marins en ville. De quoi s’assurer du retour des quelque 3,8 millions de visiteurs uniques (6 millions en comptant ceux qui sont venus plusieurs fois), guidés par 400 bénévoles. 

Jean-Paul Rivière est en tout cas serein, en termes de calendrier : « Un an et demi, c’est le temps qu’il faut. » Patrick Herr, lui, espère que cette 8e manifestation sera fera dans un meilleur climat. On a déjà hâte d’y être.