Bonne nouvelle! La vague "woke" ne passera pas par Rouen! les Rouennais et les Normands sont des gens bien raisonnables à l'instar d'un Voltaire qui disait à Jean-Jacques Rousseau que l'on peut considérer comme le père intellectuel des délires progressistes actuels: "A vous lire, il me prend l'envie de marcher à quatre pattes!"

La votation rouennaise démontre clairement ce que tout le monde sait avec bon sens: le carnaval progressiste ne représente que lui-même et la catastrophe idéologique et intellectuelle de la gauche française est totale!

https://actu.fr/normandie/rouen_76540/retour-de-napoleon-place-de-l-hotel-de-ville-de-rouen-voici-les-resultats-du-vote_47172386.html

Retour de Napoléon place de l'hôtel de ville à Rouen ? Voici les résultats du vote

Du 6 au 8 décembre 2021, les Rouennais étaient invités à voter en ligne pour plusieurs choses, et notamment le retour (ou non) de la statue de Napoléon place de l'hôtel de ville.

rouen-napoleon-vote-960x640

Ça y est, les résultats du vote sont connus. Du lundi 6 au mercredi 8 décembre 2021, les Rouennais étaient invités à se prononcer, entre autres questionnements, pour ou contre le retour de la statue de Napoléon sur la place de l’hôtel de ville, où elle est installée depuis le XIXe siècle.

68 % pour le retour de Napoléon place de l’hôtel de ville

Et sur le vote qui a le plus été commenté, 68 % des Rouennais s’étant prononcés souhaitent le retour de la statue de Napoléon sur la place de l’hôtel de ville, explique la mairie par voie de communiqué, et « 28,2 % ne sont pas d’accord ».

Par ailleurs, « 54,3 % sont défavorables au retour de Napoléon avec une place faite à l’expression féminine sur l’espace public », contre 38,6 %. En revanche, 64,2 % des Rouennais sont favorables à l’installation d’un élément explicatif permettant de replacer cette statue dans son contexte historique et politique.

65,6 % pour « une meilleure place faite aux femmes »

Aussi, quant aux autres thématiques abordées dans la concertation, 65,6 % des votants souhaitent « qu’une meilleure place soit faite aux femmes dans l’espace public, que ce soit par la dénomination des rues, places et jardins alentours ».

Quant à la renaturation de la place de l’hôtel de ville, 77,3 % des votants se sont prononcés pour une végétalisation à plus de 40 %. 65,8 % sont d’accord pour que de l’eau soit ajoutée, mais 66,1 % ne sont pas d’accord pour que des potagers partagés soient créés.

Toujours à propos de cette place, 73,9 % des votants sont d’accord « pour que des animations festives, culturelles et commerçantes soient créées. 54,1 % sont défavorables à la pratique du skate sur ladite place, mais 74,5 % sont favorables à la tenue d’activités artistiques.

« Nous suivrons les avis exprimés »

La statue de Napoléon devrait donc retrouver son socle sur la place de la mairie, lorsque les travaux de rafraîchissement qu’elle subit depuis plus d’un an seront terminés : « Conformément à nos engagements, nous suivrons les avis exprimés par les Rouennaises et les Rouennais, tant sur l’aménagement de la place de l’Hôtel de Ville et sa renaturation, la représentation des femmes dans l’espace public que sur la statue de Napoléon, son retour sur la place ainsi que des aménagements temporaires le temps de sa restauration », expliquent Nicolas Mayer-Rossignol, maire de Rouen, Laura Slimani, adjointe en charge notamment de la démocratie locale et participative, de l’égalité femmes-hommes et de la lutte contre les discriminations, et Elizabeth Labaye, conseillère municipale déléguée en charge du patrimoine et du matrimoine.

La consultation a mobilisé 4080 votants (mais 578 réponses ont été écartées pour cause de doublon ou bien de problème avec les pièces justificatives fournies), expliquait vendredi 10 décembre 2021 la mairie, saluant une « participation importante ».


 

Lire aussi le communiqué de presse de la sénatrice Catherine Morin-Desailly:

Napoléon restera sur la place de l’Hôtel de ville de Rouen

 
La mairie de Rouen a enfin rendu public les résultats de la votation sur l’avenir de la statue de Napoléon qu’elle avait lancée du 6 au 8 décembre dernier. 68% des Rouennais et des Rouennaises qui se sont exprimés souhaitent le retour, sur son socle, de la statue de l’Empereur, place du Général de Gaulle.   
 
Catherine MORIN-DESAILLY, Sénatrice de la Seine-Maritime et Conseillère régionale de Normandie, ancienne présidente de la Commission de la Culture, de l’Education et de la Communication du Sénat salue le vote des Rouennais et des Rouennaises pour le maintien de la statue. « Ils ont du bon sens ! Consultés, ils se sont très largement prononcés en faveur du retour, une fois restaurée de la statue de Napoléon, sur son socle place de l’hôtel de ville à Rouen ! »
 
« Je me réjouis de savoir que la statue dans son intégrité conservera sa place dans la ville respectant par la même aussi la volonté à l’époque des habitants qui avaient décidé de ce projet et contribué à son financement ! » rajoute l’ancienne adjointe à la culture de la ville de Rouen qui s’est prononcée pour le maintien à sa place du « Napoléon à Cheval » de Vital Gabriel DUBRAY. 
 
Catherine MORIN-DESAILLY considère que l’objectif de donner plus de visibilité aux femmes dans l’espace public, très largement oubliées et/ou négligées, ne peut être opposable à celui de la préservation et de la transmission du patrimoine. C’est contreproductif ! « Repère dans la ville, cette statue est le témoignage d’une part de notre histoire avec comme pour toute notre histoire et l’histoire du monde ses parts d’ombre et de lumière. Vouloir gommer ces repères, vouloir éradiquer comme on le voit aujourd’hui des œuvres témoignages de notre histoire, n’a aucun sens, dans ce cas combien d’œuvres devraient être décrochées des cimaises dans les musées au gré du jugement qu’on porterait sur tel personnage ou tel épisode dépeint. Qui peut, aujourd’hui plus que jamais, prétendre s’ériger en juge de l’histoire et de l’art ?! ».   
 
Jeudi prochain, la Commission régionale de l’Architecture et du Patrimoine (CRPA) de Normandie, dont Catherine MORIN-DESAILLY est membre, statuera sur le statut patrimonial de l’œuvre et permettra ainsi définitivement, elle l’espère, sa protection dans l’espace public rouennais.