Dans le dernier numéro disponible de sa chronique (n°722, décembre 2021), Bertrand Tierce revient sur la polémique engendrée par l'annonce d'Hervé Morin de fusionner d'ici 2023 les forces de l'orchestre régional de Normandie basé à Mondeville avec celles de l'orchestre de fosse de l'opéra régional de Rouen, institution déjà labelisée "théâtre lyrique d'intérêt national" pour créer un orchestre régional "national" pour la Normandie...

Catherine Morin-Desailly réveille le complexe d'infériorité ex bas-normand...

Archives de l'Etoile de Normandie...

127862939

100991952

http://normandie.canalblog.com/archives/2015/04/03/31825426.html

Au delà de ce dossier cacophonique, Bertrand Tierce insiste ci-après sur ce que cette polémique révèle: le déséquilibre en terme de représentation politique et médiatique entre l'ex Haute-Normandie et l'ex Basse-Normandie.

Du côté de la vallée de la Seine, des ténors ayant une surface à la fois régionale et nationale prennent la parole et des initiatives quitte à s'affronter.

De l'autre côté, "outre l'eau", dans la profondeur normande de la rive gauche de la Seine, aucun élu n'accède à une dimension supérieure à l'échelle locale.

Pendant six ans, Hervé Morin le Normand a eu le talent de veiller à l'équilibre subtil et délicat entre Caen et Rouen pour réussir la réunification institutionnelle et politique de la Normandie:

Il ne faudrait pas que les initiatives parfois maladroites de Madame Catherine Morin-Desailly, sénatrice et régente, de fait, de la culture en Normandie, déstabilise ce qui a été mis en place pour le bien supérieur de la Normandie. Car, malgré les évidences géo-historiques ou socio-économiques, malgré une notoriété mondiale, la défense de l'intérêt général de la Normandie n'est toujours pas entrée dans la culture de la classe politique régionale.

Capture d’écran du 2021-12-05 00-01-35