Billet de Florestan:

Bla bla bla bla bla...

Que nous dit la réalité?

1) A peine créée la nouvelle superstructure du port unique de l'Axe Seine s'enfonce dangereusement au-dessus de la ligne de flottaison par son excès de bureaucratie et par des liens trop complexes entre les technos et les professionnels des réalités portuaires et logistiques. Vieille habitude française. Les ports d'Anvers et de Zeebruges vont fusionner en 2022 et à la tête du directoire du nouveau port, on trouvera une élue locale issue de l'échevinage d'Anvers: une autre culture maritime et démocratique probablement plus efficace que notre jacobinisme parisien...

2) Les grands ports maritimes normands sont freinés dans leur développement non pas en mer ou dans leurs darses ou sur leurs quais mais plus loin à terre ou sur le fleuve par une organisation logistique inadaptée: alors que les marchandises pour la région parisienne sont débarquées à l'Ouest dans les grands ports normands, le traitement logistique de ces dernières se fait au Nord-Est et au Sud de Paris (Garonor, Melun, Orléans) avec une logistique à 90% routière! Du pain bénit pour nos concurrents d'Anvers, Rotterdam ou Hambourg qui maîtrisent déjà près de la moitié du marché logistique de la première mégalopole d'Europe (on parle du Grand Paris) et qui attendent avec gourmandise l'ouverture du canal Seine-Nord-Europe.

3) Le pilotage politique de l'enjeu national de l'Axe est défaillant: faute d'un pilotage clair, stable et sérieux de l'Etat central parisien de cet enjeu, les concurrences territoriales et partisanes s'excitent et s'agacent...

L'Axe Seine devient un axe Paris-Rouen-Le Havre qui ignore la Normandie: Edouard Philippe se constitue, peu à peu, un réseau partisan à partir des grandes communautés de communes concernées entre Le Havre et Paris.

Anne Hidalgo, la maire de Paris et petite candidate à l'élection présidentielle de 2022 a fait des déclarations aussi inutiles qu'inquiétantes sur une fusion "Paris-Normandie" dans le but de créer une "euro-région" de l'Axe Seine (29 septembre 2020) et le serin en cage qui fait office de maire et président de la métropole de Rouen suit ces deux-là docilement.

Ces trois- là ont annoncé la création d'une structure commune regroupant les intercoms de l'Axe Seine pour financer des projets de développement durable dans la vallée de la Seine notamment sur l'hydrogène.

Problème, les deux régions directement concernées, la Normandie présidée par Hervé Morin et l'Ile-de-France, présidée par Valérie Pécresse font exactement la même chose: développer l'hydrogène dans la vallée de la Seine.

Moralité: La vallée de la Seine est au coeur de l'intérêt général normand c'est même l'épine dorsale de notre économie régionale et qui donne à la Normandie son intérêt national:

L'enjeu de l'Axe Seine ne doit pas diviser la Normandie!


 

https://www.lejournaldelaxeseine.fr/evenement/2e-sommet-de-laxe-seine-cooperer-renforcer-decarboner/

La dynamique impulsée depuis 2015 autour de la Seine par l’Etat et les Régions Normandie et Ile-de-France se traduit aujourd’hui par des résultats tangibles, confortés par la création au 1er juin de HAROPA PORT, établissement unique issu de la fusion des ports de l’axe Seine. Au-delà, les acteurs privés cherchent aussi à renforcer les coopérations à cette échelle, de même que les élus du Grand Paris, de Rouen et du Havre.

Afin de faire le point sur les enjeux, Le journal du Grand Paris/Le journal de l’axe Seine organisent, le 1er décembre à la Maison de la chimie à Paris, une série de tables-rondes permettant aux acteurs institutionnels et économiques d’évoquer leurs initiatives et leurs ambitions.

Sommet-Axe-Seine

Description

La dynamique impulsée depuis 2015 autour de la Seine par l’Etat et les Régions Normandie et Ile-de-France se traduit aujourd’hui par des résultats tangibles, confortés par la création au 1er juin de Haropa port, établissement unique issu de la fusion des ports de l’axe Seine. Au-delà, les acteurs privés cherchent aussi à renforcer les coopérations à cette échelle, de même que les élus du Grand Paris, de Rouen et du Havre.

Afin de faire le point sur les enjeux, Le journal du Grand Paris/Le journal de l’axe Seine organisent, le 1er décembre à la Maison de la chimie à Paris, une série de tables-rondes permettant aux acteurs institutionnels et économiques d’évoquer leurs initiatives et leurs ambitions.

Programme

> 9h – Ouverture

Pascal Sanjuan, préfet, délégué interministériel au développement de la vallée de la Seine

> 9h15 – Mobilisation des acteurs du CPIER : quels enseignements ?

Participants :

  • Jean-Philippe Dugoin-Clément, vice-président de la région Ile-de-France
  • Pierre Vogt, conseiller régional de Normandie
  • Jérémie Almosni, directeur régional Ile-de-France de l’Ademe
  • Pascal Sanjuan, préfet, délégué interministériel au développement de la vallée de la Seine

> 10h – La maîtrise du foncier, un levier à la croisée des enjeux économiques, sociaux et environnementaux

Introduction : Benoit Laignel, président du Giec normand

Participants :

  • Guillaume Terraillot, directeur général adjoint en charge du pôle stratégie et ressources de l’EPF Ile-de-France
  • Gilles Gal, directeur général de l’EPF de Normandie
  • Jean Benet, urbaniste à la mission planification de l’Institut Paris Region

> 10h40 – Une dynamique renforcée grâce à l’union des ports

Participants :

  • Antoine Berbain, directeur général délégué de HAROPA PORT
  • Dominique Ritz, directeur territorial bassin de la Seine de VNF
  • Olivier Jamey, président de la Communauté portuaire de Paris
  • Frédéric Courault, directeur délégué grands projets Ile-de-France d’Enedis
  • Daniel Lheritier, directeur affaires publiques Ile-de-France de GRDF
  • Patrick Torrekens, directeur d’Enterprise Ireland France

> 11h30 – Une logistique multimodale et décarbonée

Introduction : Jean-Michel Génestier, conseiller métropolitain du Grand Paris délégué à la logistique métropolitaine, maire du Raincy

Participants :

  • Abdelkrim Marchani, directeur territorial adjoint de SNCF réseau Normandie
  • Steve Labeylie, vice-président de Logistique Seine Normandie
  • Philippe Arfi, directeur de Goodman France
  • Didier Léandri, président et délégué général d’Entreprises fluviales de France
  • Laurence Dehan, directrice régionale adjointe de la Banque des territoires en Ile-de-France
  • Jonathan Sebbane, directeur général de Sogaris

> 12h30 – Cocktail déjeunatoire

> 14h – Les initiatives de coopérations territoriales à l’échelle de l’axe Seine

Participants :

  • Patrick Ollier, ancien ministre, président de la métropole du Grand Paris
  • Nicolas Mayer-Rossignol, président de métropole Rouen Normandie
  • Edouard Philippe – président du Havre Seine Métropole (en vidéo)
  • Grégory Canal, conseiller de Paris, président de la mission d’information et d’évaluation de la ville de Paris sur la Seine
  • Yann Perron, conseiller délégué à l’axe Seine de Grand Paris Seine & Oise

> 15h – L’Axe Seine vecteur de transition énergétique

Introduction : Nathalie Lemaître, déléguée régional Ile-de-France Normandie de RTE

Participants :

  • Stéphane Vialet, directeur des projets de transition écologique d’Air liquide
  • Catherine Brun, secrétaire générale de GRTgaz
  • Olivier Burel, chargé de projets innovation de VNF
  • Hélène Milot-Durin, déléguée régionale EDF Ile-de-France
  • Pierre-Yves Dulac, directeur délégué régional Ile-de-France d’Engie
  • Richard Curnier, directeur régional Ile-de-France de la Banque des territoires

> 16h – La connaissance au service des projets et de l’adaptation au changement climatique

Participants :

  • Dominique Alba, directrice général de l’Apur
  • Daniel Guiraud, vice-président à la transition écologique, à la qualité de l’air et au développement des réseaux énergétiques de la métropole du Grand Paris
  • Lydia Prouvé, chargée de projets politique territoriale à la direction Seine-francilienne à l’agence de l’eau Seine-Normandie
  • Elise Avenas, directrice du GIP Seine-Aval
  • Alexandra Bonnet, directrice de l’Ecole nationale supérieure de paysage

> 16h45 – Prospective : quel axe Seine en 2024, 2030, 2040 ?

Participants :

  • Marc Abadie, président de CDC Biodiversité
  • Frédéric Leroux, délégué général de Paris Seine-Normandie
  • Simon du Moulin de Labarthète, directeur général de l’AURH
  • François Marie Didier, président du Siaap
  • Pierre Hitzberger, directeur général des services techniques du Syctom
  • Richard Delepierre, vice-président délégué aux mobilités et aux transports du conseil départemental des Yvelines