Billet de Florestan

L'Axe Seine que l'on devrait appeler la "vallée de la Seine normande", est l'épine dorsale de la Normandie, le territoire de commandement de notre région dont les richesses et les enjeux économiques et industriels font de la Normandie une région d'intérêt national pour l'avenir de la France:

En conséquence, l'Axe Seine devient, hélas, le jouet de postures partisanes concurrentielles justifiées par la perspective prochaine des élections présidentielles avec, d'un côté, la bande des trois avec un ancien Premier ministre qui se croit prêt pour 2027, un petit oiseau maire d'une pseudo-métropole régionale qui se croit déjà ministre et la maire de Paris qui fait le grand pari de se croire prête pour 2022 à 5% et à 30 km∕h...

De l'autre, un couple évident par la continuité ou le voisinage géographique mais qui demeure... stérile, car ce couple est formé par un président de région 100% normand et par une présidente de région qui ne peut pas l'être à 100%. En effet, gérer le plus gros syndicat mixte de transports publics de l'Europe continentale ne suffit pas à justifier une ambition politique complète: cela peut se comprendre. La preuve? La patronne francilienne est candidate aux prochaines élections présidentielles.

La concurrence politique sinon politicienne est donc totale et dans cette nouvelle course de petits chevaux ce n'est plus l'avoine le carburant mais l'hydrogène:

Aux initiatives ambitieuses déjà annoncées au cours de l'année 2021 par Edouard Philippe, Nicolas Mayer-Rossignol et Anne Hidalgo qui souhaitent associer, à partir du Havre, de Rouen et de Paris, toutes les grandes intercommunalités urbaines de la vallée de la Seine dans une structure commune, une Société d'Economie Mixte, nommée "Axe Seine énergie" d'ores-et-déjà dotée de plusieurs millions d'euros qui se destine au développement de la production et des usages de l'hydrogène comme l'une des solutions de la transition énergétique et écologique, Hervé Morin pour la Normandie et Valérie Pécresse pour l'île-de-France se devaient de répondre car pour d'évidentes raisons géographiques mais aussi pour des questions tout aussi évidentes de compétences et de financements, la question du développement de l'hydrogène est au coeur des politiques publiques régionales...

Mais faute d'avoir un Etat central patron ou stratège pour organiser dans le temps et l'espace le développement harmonieux et efficace du potentiel hydrogène dans la vallée de la Seine, les principales collectivités territoriales prennent des initiatives variées, concurrentes, discordantes au risque d'une cacophonie générale alimentée par des impostures partisanes, claniques ou personnelles au détriment de l'intérêt général de notre Normandie réunifiée et de la défense commune de cette dernière comme LA région française de la transition énergétique.


 

https://www.ouest-france.fr/normandie/normandie-et-ile-de-france-veulent-accelerer-sur-l-hydrogene-a3e35d32-4bc3-11ec-a42b-4fd67cb210b6

MjAyMTExNWYzZjdiM2E1NjA0MzdlNGI4YTY3MWUzNDg5NzYxMjA

Normandie et Ile-de-France veulent accélérer sur l’hydrogène

Leurs présidents, Hervé Morin et Valérie Pécresse ont lancé, ce lundi 22 novembre 2021 à Rouen un « accélérateur de projets hydrogène ». Objectif : soutenir les projets appliqués à la mobilité lourde fluviale.

Hervé Morin, président de la Normandie, et Valérie Pécresse, son homologue francilienne, ont rencontré ce lundi 22 novembre 2021 à Rouen les acteurs industriels de l’axe Seine. Ils y ont lancé un dispositif unique en France : l’accélérateur de projets hydrogène. Objectif : soutenir des projets appliqués à la mobilité lourde fluviale qui seront retenus dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt dont l’ouverture est programmée début janvier 2022, et « permettre à notre territoire de devenir le point focal français des innovations d’usage de l’hydrogène ».

Les deux Régions engageront 4 millions d’euros à parts égales pour financer les projets sélectionnés et soutiendront les porteurs de projet dans leur recherche de financements au niveau européen en mettant à disposition une cellule d’ingénierie financière.

« Un territoire idéal pour expérimenter »

« La Vallée de la Seine représente une part considérable du transport fluvial français, et un territoire idéal pour développer et expérimenter des solutions innovantes en matière d’usage de l’hydrogène. La concentration de fret fluvial sur ce bassin permet également d’envisager l’atteinte d’un équilibre économique favorable à une transition énergétique rapide », fait valoir la Région Normandie dans un communiqué.

Déjà fin octobre, l’« Entente de l’Axe Seine » Paris-Rouen-Le Havre avait scellé à Paris la coopération entre les trois métropoles pour le développement de la vallée de la Seine. Première initiative : la création de la société d’économie mixte « Axe Seine énergie » pour stimuler la production d’énergies renouvelables (hydrogène, photovoltaïque…) le long du fleuve.

Cet accélérateur est un des volets d’un plan plus global incluant aussi à terme un volet infrastructures, informe également la collectivité. Il sera décliné en deux phases : l’évaluation des solutions et services autour de l’hydrogène dans le domaine fluvial pour accélérer la mise sur le marché d’innovations ; la favorisation de l’émergence de projets d’investissements.