Billet de Florestan:

Joël Bruneau, le tout puissant maire et président de la communauté urbaine de Caen, est passé maître dans l'art subtil et délicat de "brésiller" les bonnes et les belles idées...

Halle gourmande, arbres, tramway, aménagement de la place de la République ou du château, statue publique dédiée à Guillaume le Conquérant et Mathilde de Flandres et, last but not least, projet expéditif de millénaire de la ville à fêter avant la fin du mandat de Monsieur le maire! ça commence à faire beaucoup tout cet or transformé en plomb dans les mains maladroites d'un maire incompétent sur ces matières et donc, mal informé ou mal conseillé dans le choix d'options souvent médiocres, peu coûteuses car livrées clef-en-main.

Prenons, par exemple, l'affaire en cours de la prolongation du réseau actuel du tramway caennais vers l'Ouest de la cité jadis fondée (ou presque) par Guillaume Le Conquérant: comme d'habitude, il s'agit d'arbitrer entre une solution plus qualitative mais plus onéreuse et une autre moins chère mais moins qualitative aussi.

Il est donc, hélas, pas trop compliqué de deviner pour quelle solution ira l'inclination de l'ancien expert comptable banquier coureur de fond qui nous tient lieu de maire de Caen...

Car l'option qui va être retenue par la municipalité après la dispersion de l'habituel rideau de fumée d'une démocratie locale participative en trompe l'oeil est celle qui a déjà été retenue par le Monsieur le maire de Caen pour les raisons que vous savez:

On va donc défoncer la dernière grande rue historique du centre ville de Caen épargnée par les terribles bombardements de l'été 1944, à savoir, l'axe millénaire de la rue de Bayeux en faisant passer par la rue Guillaume Le Conquérant (ex rue Saint Benoît) le plateau et les rails d'un tramway quitte à défigurer, en passant, la prestigieuse place Fontette qui date du XVIIIe siècle...

A l'instar de ce qui est à craindre pour les immeubles historiques et bâtiments classés qui entourent encore la place de la République menacée depuis 2016 par un inepte projet de centre commercial doté d'un parking souterrain qui risque de perturber la circulation des eaux souterraines et, donc, d'ébranler le sous-oeuvre des monuments historiques concernés (par ex: l'église Notre-Dame de la Gloriette), la volonté de Joël Bruneau de faire passer, coûte que coûte, la future ligne de tramway pour desservir au plus court et au moins disant, les quartiers populaires du Nord-Ouest de la ville, à travers le dernier axe urbain historique encore préservé risque de remettre en cause la stabilité du sous-oeuvre de... l'abbatiale Saint-Etienne qui abrite depuis 1087 la tombe de Guillaume Le Conquérant...

C'est, tout simplement, IRRESPONSABLE !

D'où la "clameur de Haro", de fait, poussée par l'association des riverains "Village Saint-Etienne" qui a décidé d'interpeller le Prince Charles de Galles, héritier du trône d'Angleterre jadis fondé par Guillaume Le Conquérant:

474814db517afe6bd702304b6cf394d9--grande-bretagne


 

Rue Guillaume-le-Conquérant à Caen : les anti-tram crient « Help ! » au prince Charles (ouest-france.fr)

Rue Guillaume-le-Conquérant à Caen : les anti-tram crient « Help ! » au prince Charles

Depuis plusieurs mois, les commerçants de la rue Guillaume-le-Conquérant, à Caen (Calvados) se mobilisent contre le passage du futur tramway devant leurs boutiques. Dernière initiative en date : un courrier adressé au prince Charles.

Gil Bisson, tapissier décorateur rue Guillaume-le-Conquérant à Caen (Calvados) et président de l’association « Village Saint-Etienne », hostile à la construction d’une ligne de tram dans cette artère du centre-ville explique pourquoi son association a adressé un courrier au prince Charles.

Gil Bisson, depuis la création de l’association « Village Saint-Etienne », les initiatives pour empêcher le passage du futur tramway rue Guillaume-le-Conquérant se multiplient ?

En effet, avec mes collègues commerçants, nous débordons d’idées. Chaque jour, de nouvelles propositions émergent.

La dernière en date dépasse largement les frontières de l’agglo caennaise ?

Absolument. Nous avons décidé d’envoyer un courrier au prince Charles. Pour la bonne et simple raison que la couronne d’Angleterre participe, paraît-il, à l’entretien de l’église abbatiale Saint-Etienne (1). Nous allons l’alerter sur le fait que ce monument, auquel sa famille est attachée, est en grand danger. Car nous sommes persuadés que le passage d’un tramway dans ce secteur de la ville mettrait en péril tous ces bâtiments qui ont déjà beaucoup souffert pendant la guerre.

Qu’attendez-vous de la monarchie anglaise ?

Tout simplement, un soutien en bonne et due forme. Certains pourraient penser que c’est une boutade ou une façon de faire le « buzz », mais pas du tout. Nous espérons que l’invraisemblable va se produire et que le prince Charles va être sensible à notre démarche. Une lettre de soutien officielle ferait notre bonheur. C’est une bouteille à la mer, certes, mais elles ont vocation à être ramassées.

Quelle forme prendra cette missive ?

Nous y travaillons. J’ai rédigé quelques phrases simples et explicites, qu’un ami professeur d’anglais va traduire pour nous. Bien sûr, il y a des documents officiels à remplir. Mais nous allons envoyer un dossier complet avec de jolies photos de notre rue, de l’église, de nos commerces. Et sur l’enveloppe, nous imprimerons le mot HELP (à l’aide, N.D.L.R.), bien en évidence. Il faut être percutants si nous voulons attirer son attention.

Avez-vous d’autres projets de ce type en gestation ?

Oui. Notre association et notre combat prennent de plus en plus d’ampleur. Beaucoup de riverains nous rejoignent et nous sommes soutenus par des personnalités comme l’ancien ministre Louis Mexandeau ou le dessinateur humoristique Chaunu. Ce dernier nous a même concocté un dessin dont il nous offre les droits et que nous utiliserons dans notre communication. Tout cet engouement nous encourage à être encore plus vindicatifs. S’il faut écrire à Emmanuel Macron, nous le ferons.

(1) À l’heure ou nous publions cet article, nous n’avons pas pu joindre la municipalité, propriétaire de l’édifice, pour connaître les termes d’un éventuel accord entre la France et le Royaume-Uni.

(...)

Ces doléances seront répétées ce vendredi 19 novembre à 18 h lors de la réunion publique de présentation du projet, organisée par la municipalité au pôle de vie des quartiers nord-ouest, 5, rue Jean-Racine.


 

Pour mémoire, on relira les archives de l'Etoile de Normandie qui suivent sur le lien historique et culturel profond qui lie Caen et la Normandie à la monarchie britannique:

70ème ANNIVERSAIRE du D.DAY: LA DUCHESSE DE NORMANDIE INVITEE D'HONNEUR - L'ETOILE de NORMANDIE, le webzine de l'unité normande (canalblog.com)

Le 6 juin 1984: le maire de Caen recevait à l'abbaye-aux-Hommes... notre "duc" de Normandie et un prince Consort. - L'ETOILE de NORMANDIE, le webzine de l'unité normande (canalblog.com)

Funérailles du Prince Philippe d'Angleterre, duc d'Edimbourg dans le château de Guillaume Le Conquérant - L'ETOILE de NORMANDIE, le webzine de l'unité normande (canalblog.com)

Par ailleurs, Charles d'Angleterre Prince de Galles, est connu depuis longtemps pour ses prises de position et ses combats en faveur de la sauvegarde du patrimoine architectural, artistique, culturel et naturel de son pays: 

Face au désastreux processus d'enlaidissement de nos villes et de nos paysages, le Prince Charles s'est fait, depuis des années, le héraut courageux des idées de l'architecte luxembourgeois Léon Krier, véritable architecte maudit par notre époque...

L'urbanisme "à la Prince Charles" en 10 leçons - UrbaNews

LÉON KRIER - Encyclopædia Universalis

Le Prince Charles qui avait eu l'occasion d'honorer de sa présence l'abbatiale Saint-Etienne de Caen en 1987 à l'occasion du millénaire de la mort de Guillaume le Conquérant en déclarant ce mot fameux sur sa tombe "votre duc, notre roi, mon ancêtre", ne manquera pas d'être sensible à cette moderne clameur de Haro venue des habitants de sa bonne ville de Caen...

prince-charles