La guerre du camembert va-t-elle reprendre?

OIP (1)

La fin de la mention du "fabriqué en Normandie" autrefois apposée sur les boîtes de camembert, mention illégale depuis près d'un an, continue d'irriter les fabricants. Ces derniers ont pris l'attache de Nathalie Porte, députée LR du Calvados, du côté du Pays d'Auge... La porte ouverte aux industriels?

https://actu.fr/normandie/lisieux_14366/bataille-du-camembert-la-deputee-nathalie-porte-craint-que-des-centaines-d-emplois-soient-detruits_44715172.html

Bataille du camembert : la députée Nathalie Porte craint que « des centaines d’emplois » soient détruits

La députée Nathalie Porte s’est exprimée mardi 7 septembre 2021 à l’Assemblée Nationale pour pointer du doigt les contrôles subis par des producteurs de camembert

La bataille du camembert s’est invitée dans les travées de l’Assemblée nationale, mardi 7 septembre 2021. C’est Nathalie Porte qui a interpellé le gouvernement sur ce sujet qui fait couler beaucoup d’encre depuis plusieurs années.

Les producteurs de lait, les transformateurs fromagers normands sont très inquiets. Le camembert, un des fromages préférés des Français, un des fleurons de l’industrie agroalimentaire pour l’exportation, connaît des heures difficiles.

Nathalie Porte Députée de la troisième circonscription du Calvados

En cause, selon elle : les contrôles des étiquettes des fromages.

Explications. En mars 2020, les professionnels de la filière réunis dans l’Organisme de Défense et de Gestion (ODG) Camembert de Normandie avaient voté l’abandon du projet d’une grande AOP Camembert de Normandie, après deux ans de concertation. Ce nouveau cahier des charges devait permettre d’intégrer les camemberts au lait cru et les fromages industriels fabriqués en Normandie sous une même appellation, « afin de tirer l’ensemble de la filière vers le haut », estime l’élue : « Pour des raisons obscures et regrettables, l’Inao (institut national de l’origine et de la qualité), qui a d’abord accompagné la démarche, s’y est ensuite opposé », regrette-t-elle.

« Déstabiliser la filière »

Une fin des négociations qui vient changer beaucoup de choses. Depuis le 1er janvier 2021, les industriels qui ne respectent pas le cahier des charges de l’AOP Camembert de Normandie n’ont plus le droit d’inscrire « Fabriqué en Normandie » sur les étiquettes de leurs produits : « Depuis, les services de la DGCCRF (direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) multiplient les initiatives pour déstabiliser la filière, faisant la chasse à toutes les mentions rappelant un lien avec la Normandie sur les étiquettes des camemberts non AOP, jusqu’à l’origine du lait, menaçant de sanctionner tous les transformateurs qui ne changeraient pas rapidement leurs étiquettes », déplore la députée de Lisieux/Falaise.

« Imaginez qu’un jour vos producteurs locaux ne puissent plus utiliser ce lien au terroir qui participe à l’identification d’une production agricole » : après avoir interpellé ses collègues dans l’hémicycle, elle s’adresse aux membres du gouvernement :

Préférez-vous laisser aux fromagers d’Allemagne, de Pologne, plus loin encore, la possibilité d’exporter en France des camemberts sans permettre aux fromagers normands de faire valoir le lieu de production de leur fromage ? Avez-vous une réelle volonté politique de favoriser l’activité économique de nos territoires ? Laissez-vous le champ libre à des contrôleurs électrons libres de votre administration ?

Nathalie Porte

Des contrôles pour faire respecter les règles

Pour Alain Griset, « l’étiquetage d’un produit ne doit pas induire le consommateur en erreur ou usurper les signes officiels de qualité comme les appellations d’origine protégée ». Le ministre délégué auprès du ministre de l’économie, chargé des petites et moyennes entreprises rappelle que « les opérateurs disposaient d’un délai allant jusqu’au 31 décembre 2020 pour mettre en conformité leur étiquetage » :

Nous avons donc actuellement des contrôles qui sont effectués pour faire respecter cet avis.

Alain Griset Ministre chargé des petites et moyennes entreprises

Nathalie Porte s’alarme : « Ces contrôles et sanctions vont détruire des centaines d’emplois dans les fermes et fromageries normandes, et vous aurez face à vous des élus qui ne sont pas d’accords ».

Retrouvez l’intervention de Nathalie Porte et la réponse d’Alain Griset sur ce lien.