"C'est mon dreit et j'y ti!"

Ou encore:

"Clameur de Haro. Haro! Haro! Haro mon duc, Macron me fait tort!"

Des milliers de Normands ont défilé, malgré une météo complotiste (de belles averses orageuses) à Caen, à Rouen ainsi que dans d'autres villes contre la généralisation d'un passe sanitaire à la fois liberticide et inutile comme l'actualité de la crise sanitaire nous le démontre.

2300 personnes à Caen, 2000 à Rouen, 800 au Havre. Des manifestations à Cherbourg, à Alençon, Dieppe etc...

REVUE DE PRESSE

  • Reportage proposé par Tendance Ouest:

https://www.tendanceouest.com/actualite-385753-video-normandie-des-milliers-de-manifestants-contre-le-pass-sanitaire.html

Normandie. Des milliers de manifestants contre le pass sanitaire

Des manifestations ont eu lieu partout en Normandie ce samedi 24 juillet contre le pass sanitaire et la vaccination obligatoire pour certaines professions.

Par Tendance Ouest

385753

(Alençon, halle aux blés)

Après une première mobilisation nationale samedi 17 juillet, des manifestations se sont à nouveau déroulées dans toute la France samedi 24 juillet, contre le pass sanitaire et contre la vaccination obligatoire pour certaines professions.

"Non au vaccin obligatoire", "Boycott du QR code", "Liberté pour ma santé", "Votre monde de fous n'est pas le nôtre", pouvait-on par exemple lire sur les pancartes de manifestants. Selon notre comptage, près de 2 500 personnes, soit le double de la semaine dernière, se sont ainsi retrouvées devant l'hôtel de ville de Caen avant de se diriger vers le port de plaisance.

8726-tab

A Rouen, le rendez-vous était place de l'hôtel de Ville, de même qu'au Havre. A Cherbourg, c'était place De Gaulle. A Alençon, 400 manifestants, soit 25 % de plus que la semaine dernière, se sont retrouvés au départ de la Halle au Blé pour un cortège dans les rues de la ville, entre Croix de Lorraine, des familles avec enfants, et quelques blouses blanches applaudies à leur arrivée.

Capture d’écran du 2021-07-24 23-08-51


  • Reportage proposé par Normandie actu (groupe Ouest-France):

https://actu.fr/normandie/caen_14118/manifestation-contre-le-pass-sanitaire-2-300-dans-les-rues-de-caen-et-une-interpellation_43689293.html

Manifestation contre le pass sanitaire : 2 300 dans les rues de Caen et une interpellation

 

Plus de 2 000 personnes étaient dans les rues de Caen ce samedi 24 juillet 2021. La mobilisation contre le pass sanitaire prend de l'ampleur à Caen (Calvados).

Liberté Caen

manif-4

Les jours passent et le mouvement s’intensifie à Caen (Calvados) contre la mise en place du pass sanitaire et la vaccination contre le Covid-19. Ce samedi 24 juillet 2021, plus de 2 000 personnes étaient dans les rues. Douchés par la pluie à plusieurs reprises, rien n’arrêtait les manifestants qui criaient : « Macron démission », « Liberté liberté liberté ». 

« Un vaccin qui n’est pas prêt »

La troisième manifestation en moins de 15 jours a mobilisé 2 300 personnes qui ne veulent pas « d’un vaccin qui n’est pas prêt » et de « mesures contraires au libertés ». La mobilisation, que la pluie n’a pas arrêtée, est partie de l’esplanade de l’Hôtel-de-Ville et s’est terminée au même endroit ou presque.

Quelques dizaines de manifestants étant retournés dans l’hypercentre tandis que les autres restaient sur le rond-point de l’Hôtel-de-Ville. 

Troisième manifestation

A Caen, le premier rassemblement a eu lieu deux jours après les annonces d'Emmanuel Macron qui confirmaient la mise en place du pass sanitaire, interdisant l'accès de ceux qui ne sont pas vaccinés ou n'ont pas fait de test à certains lieux. La nouvelle n'avait pas fait l'unanimité et dès le 14 juillet, une centaine de manifestants étaient venus perturber la traditionnelle cérémonie, place Foch à Caen. 
La deuxième manifestation, samedi 17 juillet avaient rassemblé environ 1 000 personnes. 

Une interpellation

En toute fin de manifestation, deux petits groupes se sont poursuivis boulevard Bertrand. L’intervention des forces de l’ordre a interrompu ce qui aurait pu tourner en bagarre. Un homme a été interpellé en possession d’une bombe lacrymogène et d’un couteau.


Voir aussi:

https://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/a-caen-une-nouvelle-manifestation-contre-les-mesures-sanitaires-en-cours-61dc6a62-ec75-11eb-bcc8-d060f63909dc

  • A Rouen et au Havre, le reportage proposé par Paris-Normandie:

https://www.paris-normandie.fr/id216044/article/2021-07-24/plus-de-2-000-manifestants-rouen-800-au-havre-lopposition-contre-le-pass

Plus de 2 000 manifestants à Rouen, 800 au Havre : l’opposition contre le pass sanitaire grandit

Capture d’écran du 2021-07-24 23-38-10

Les manifestations contre le pass sanitaire ont fait le plein samedi 24 juillet 2021. Le mouvement très hétéroclite rassemble des personnes de tous horizons. Qu’ils soient anti-vax, ou juste méfiants, ou qu’ils soient vaccinés, tous dénoncent ce pass jugé liberticide.

L’opposition au pass sanitaire a encore pris de l’ampleur, samedi 24 juillet 2021, en Normandie.

Après les 1 500 manifestants du week-end dernier, Rouen a vu défiler cette fois plus de 2 000 personnes ce samedi. Dans le cortège, le chiffre de plus de 4 000, attribué aux « organisateurs », circule. De son côté, la préfecture totalisera 1 900 participants au plus fort de la manifestation. À notre niveau, il nous aura fallu plus de 15 minutes pour filmer l’intégralité du cortège dans la rue du Gros-Horloge (dont trois minutes cumulées de pause pour laisser passer la circulation).

Beaucoup de monde donc, de tout âge, et pas seulement des gilets jaunes, des identitaires, des slogans radicaux ou des personnes convaincues par des fake news telles que cette fable sur le magnétisme conféré aux personnes vaccinées. Loin de là. David par exemple, 49 ans, ne se reconnaît pas dans le « Macron dictateur » brandi à quelques mètres de lui. « C’est ma voisine, une infirmière, qui m’a sensibilisé il y a plusieurs semaines aux risques du vaccin, avant je restais assez éloigné des infos », explique le Vernonnais. Venu avec un groupe d’une centaine de personnes qui se sont organisées via le réseau Telegram, le voici donc à Rouen, en train de battre le pavé. « On n’a pas encore assez de recul sur le vaccin. Pourquoi obliger tout le monde à se faire vacciner ? On nous prend de plus en plus de libertés avec toujours plus de contrôles. »

Vaccinés mais contre le pass sanitaire

Auprès des personnes rencontrées, l’entrave aux libertés revient systématiquement. Juché sur un banc pour filmer la foule, la trentaine tout au plus, un jeune homme dénonce ce pass qui crée « des parias ». Lui est vacciné. « J’ai des facteurs de comorbité, donc le rapport bénéfice/risque je l’ai trouvé. Mais jamais je n’utiliserai mon pass sanitaire », jure-t-il. « On va peut-être vaincre le virus [avec le vaccin, NDLR], ajoute Alain, venu de Barentin, mais on va perdre un destin commun. »

« Liberté, liberté »

Au Havre, pour la première fois et une semaine après l’appel national, les Havrais se sont mobilisés contre le pass sanitaire et/ou les vaccins en majorité. Aux cris de « liberté, liberté », 800 personnes sont d’abord restées rassemblées, sur la place de l’Hôtel-de-ville, avant qu’une partie commence à défiler dans le centre-ville en direction du parvis Saint-Michel et de Coty, après une averse. Parmi les pancartes et banderoles déployées par des personnes de tous les horizons (familles, jeunes, quelques gilets jaunes…), « Stoppons cette folie manipulatrice », ou encore « Fausse pandémie, vraie dictature ».

« C’est dingue de demander la liberté dans un des pays les plus démocratiques au monde », témoigne Véronique, la cinquantaine, fonctionnaire qui s’affiche ouvertement contre le pass sanitaire tout en étant vaccinée depuis plusieurs semaines.

La prochaine fois, ces Dieppois iront à Rouen

À Dieppe ce samedi 24 juillet 2021, une quinzaine d’anti-pass sanitaire se sont retrouvés sur le parvis de la mairie, après l’appel lancé sur différents comptes Facebook locaux. Parmi eux, des couples BCBG et des militants d’extrême-droite, notamment. Tous opposés à ce qu’on leur demande de montrer patte blanche avant d’aller au restaurant ou au cinéma. Déçus du manque d’organisation, ils retourneront peut-être manifester à Rouen la semaine prochaine.